Ecrire des vers à vingt ans, c'est avoir vingt ans.
En écrire à quarante, c'est être poète.
Francis Carco 

L'été
de Théodore de banville

Il brille, le sauvage Été,
La poitrine pleine de roses.
Il brûle tout, hommes et choses,
Dans sa placide cruauté.

Il met le désir effronté
Sur les jeunes lèvres décloses ;
Il brille, le sauvage Été,
La poitrine pleine de roses.

Roi superbe, il plane irrité
Dans des splendeurs d’apothéoses
Sur les horizons grandioses ;
Fauve dans la blanche clarté,
Il brille, le sauvage Été.

Théodore de Banville (1823-1891)
Surnommé "le poète du bonheur", Théodore de Banville fut l'un des précurseurs du parnasse. Il professait un amour exclusif de la beauté et la limpidité universelle de l’acte poétique, s'opposant à la fois à la poésie réaliste et à la dégénérescence du romantisme, contre lesquels il affirmait sa foi en la pureté de la création artistique.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Autour de l'été

Qui pêche en juin, ne pêche que fretins.
Dicton français, 1913



L'été qui s'enfuit est un ami qui part. 
Victor Hugo



Vieux moi ? Je peux encore faire l'amour deux fois de suite. Une fois l'hiver. Une fois l'été.
Alfred Capus