Ecrire des vers à vingt ans, c'est avoir vingt ans.
En écrire à quarante, c'est être poète.
Francis Carco 

Dernier couloir
de Géo LIBBRECHT


Ce soir dans la paix des pipes
la mémoire est un plat froid,
la salive sur la lippe
remonte de l’autrefois.
On est toujours loin des nôtres
— entre eux et soi que de croix : —
quand tu te souviens de toi,
songeur, c’est encore un autre.
Au printemps des papillons
tu revois passer la morte,
elle suit le couloir long
et disparaît par la porte.

 

La voix de l’éclair te parle,
Renoue avec le passé
sous l’averse et la tempête
dans la nuit des girouettes
en prose et cristal français
tu ne comprends pas sa flamme.
Invente pour chaque image
l’énigme au double visage :
du dehors ou du dedans
lequel est le plus prenant ?


Géo Libbrecht (1891-1976)
Poète belge qui s'est exprimé tant en picard qu'en français. Il a publié en français des dizaines de recueils en vers repris dans les dix volumes de Livres cachés.
Sa biographie sur Wikipédia


Autour du souvenir

Le souvenir est une belle chose quand il rappelle un bonheur accompli, mais dans la vie, où tout n'est pas en rose, souvent on lui préfèrerait l'oubli.
Paul de Koch (écrivain et romancier français / 1793-1891)



Le moment présent est vite passé, c'est le souvenir qui dure.
Eugène Marbeau



Le parfum de l'âme, c'est le souvenir.
George Sand