Votre poème ici

N'hésitez pas à m'envoyer vos textes, ils seront publiés dans la catégorie "Tous les poèmes". Vous pouvez joindre également une courte biographie.

Courriel : poetika17(at)gmail.com

Posté le 12/12/2018 - Catégorie : Vie

Etre

Je suis entré en moi
Sans un bruit dans mon tumulte
Pas un cri du bois
Pas un grincement du pêne
Rien
A peine le crissement d'une larme
Sur le désert d'une joue

J'ai poussé le verrou
Comme on passe la main
Sur un front moite
Ou sur un ventre chaud
Et la poigne qui me serrait le cou
A relaché son étreinte

Le grabat rouge de ma peau
Me tendait les bras
Et dans un râle de vague
Sur le cimetière d'une plage
Je m'y suis étendu

J'avais payé mon dû
J'ai fermé les yeux
Et aux horizons de ma rétine
Tout a vacillé
Le soleil de ma nuit interne
M'a mordu les paupières
Insensiblement le galop furieux
Des jours des soirs des nuits
S'est estompé
Mille hennissements l'ont salué
Là-bas ciel et terre
S'accouplaient sauvagement

Dans la gouttière oxydée
De mes artères
Le sang s'est remis à couler
A longs glouglous
Au rythme de ma respiration
Se commet l'assassinat
Inlassablement répété
De l'oxygène
Des armées en déroute
Refluent dans mes veines
Mon sang charrie des cadavres
Les électrons même
Ont déposé les armes
Brisé les fusils
Signé l'ignoble trêve
Et aux créneaux de la citadelle
Ne se dressent plus
Que de sombres déclins
Tandis que
Dans mon poing crispé
S'apaise
La brûlure du poignard
Qu'insidieusement l'on m'a glissé
En me disant :
La vie

© Christian-Erwin ANDERSEN

Christian-Erwin Andersen (1944-)
Ecrivain et poète belge d'expression française, Christian-Erwin Andersen a arrêté sa scolarité à 17 ans et devient fonctionnaire au Ministère des travaux publics jusqu'en 2005. Ancien militant trotskyste, il évolue vers l'anarchisme après 1967. S'étant découvert poète dès 1973, il abandonne l'écriture et se passionne pour le Sahara algérien, qu'il sera contraint de quitter en 2003 suite à un grave accident. Il se remet alors entièrement à la poésie et publie plusieurs recueils.
Sa biographie sur Wikipédia

m
Posté le 12/12/2018 - Catégorie : Lieux

Se souvenir

Se souvenir - du bruit du clair de lune,
lorsque la nuit d'été se cogne à la montagne,
et que traîne le vent,
dans la bouche rocheuse des Monts Liban.

Se souvenir - d'un village escarpé,
posé comme une larme au bord d'une paupière ;
on y rencontre un grenadier,
et des fleurs plus sonores
qu'un clavier.

Se souvenir - de la vigne sous le figuier,
des chênes gercés que septembre abreuve,
des fontaines et des muletiers,
du soleil dissous dans les eaux du fleuve.

Se souvenir - du basilic et du pommier,
du sirop de mûres et des amandiers.

Alors chaque fille était hirondelle,
ses yeux remuaient, comme une nacelle,
sur un bâton du coudrier.

Se souvenir - de l'ermite et du chevrier,
des sentiers qui mènent au bout du nuage,
du chant de l'Islam, des châteaux croisés,
et des cloches folles, du mois de juillet.

Se souvenir - de chacun, de tous,
du conteur, du mage, et du boulanger,
des mots de la fête, de ceux des orages,
de la mer qui brille comme une médaille,
dans le paysage.

Se souvenir - d'un souvenir d'enfant,
d'un secret royaume qui avait notre âge ;
nous ne savions pas lire les présages,
dans ces oiseaux morts au fond de leurs cages,
sur les Monts Liban. 

© Nadia TUENI

Nadia Tuéni (1935-1983)
Nadia Tuéni est une auteure libanaise d'expression française reconnue "pour une poésie qui porte en elle les rythmes, les visions, la somptuosité du vers arabe". Elle sera rédactrice littéraire au journal libanais de langue française "Le Jour", et collabore à diverses publications arabes et françaises. Elle a a reçu le Prix de l'Académie Française en 1973.
Sa biographie sur Wikipédia

m
Posté le 12/12/2018 - Catégorie : Sensualité

Renaître

Quand tu me déshabilleras
De tes mains de sourcier
Fais lentement glisser
Ma robe d'aubes calcinées
Lisse ma peau de vélin
Refleuris mes saisons usées
Amarante moi, girofle moi
Mais s'il te plait
N'efface rien
Je suis faite d’herbes incendiées
De lisières d'enfance jaunies
Ta main les reverdit

© Catherine SMITS

Catherine Smits
Née en 1965, gérante de société, Catherine Smits se dit boulimique de la vie en général et de mille autres petites choses en particulier, les livres, l'écriture, les voyages, le bénévolat... Elle est membre du jury Prix des Lecteurs l'Express/BFMTV.

m
Posté le 11/12/2018 - Catégorie : Sensualité

La chair du désir

Tu es ma nuit radieuse
nuit sortilège nuit sacrificielle
où le sexe incarne le sang
des hautes luttes passionnelles
où le coeur bat le rappel des rêves
sur des tambours d'ébène

Je suis pirogue d'os et de peau
remontant le cours d'une Amazonie fiévreuse
aux berges peuplées de perroquets
et de toucans criards
de singes hurleurs
parmi les lianes du désir

nous sommes fleurs et flammes voluptueuses
à l'assaut d'un ciel étoilé
où s'écrivent en lettres délirantes
les mots d'amour que nous étouffons
jusqu'à ce que mort nous couve
dans un berceau de douce humanité

© André CHENET

André Chenet (1954-)
Poète et écrivain français, après avoir pas mal bourlingué et exercé plusieurs métiers, André Chenet a commencé sur le tard à publier dans des revues francophones. Il édite depuis 2006 "Danger Poésie" et organise des Rencontres poésie dans le sud-est de la France. Il a également publié plusieurs recueils.
Blog de poésie
https://poesiedanger.blogspot.com/ Autre blog
Désobéissance civile

m
Posté le 10/12/2018 - Catégorie : Société

Coulisses

Dans des armoires de fer, montées sur de grinçantes roues,
On amène aux méchants petits vieux, le potage qui sent le chou.
Un jour de mars, en me penchant, j'ai failli entrevoir,
Parménide vieilli que suivait la déesse, et tant d'autres encore.
Pauvre Will qui s'en gausse.
Les héros accablés
Lèvent l'une après l'autre leurs jambes faibles.
Le monde est un triste théâtre aux quatre coins du vent : du côté de la cour
On entend les cuisines, leurs jurons ; du côté du jardin,
C'est un arbre qui croît, solitaire,
Auquel un jour nous avons dérobé le fruit.
Nous sommes oublieux du mal et de nos fuites
Sur la route où nos pieds se meurtrirent.
Où êtes-vous, lancent parfois nos cris à ceux qui nous ont précédés,
Mais nous n'écoutons pas le chœur nous avertir
Des solitudes enchantées où nous tombons sans fin
Pour avoir oublié l'amour et la joie de l'azur.

© Philippe DELAVEAU

Philippe Delaveau (1950-)
Poète et écrivain français, également traducteur et critique d'art, Philippe Delaveau a fait de nombreux séjours à Londres. Il est l'auteur d'une dizaine de recueils et lauréat de plusieurs prix.
Sa biographie sur Wikipédia

m
Posté le 09/12/2018 - Catégorie : Inclassables

Musique

Ce soir, en écoutant de la noble musique,
Mon esprit, libéré de l'entrave physique,
S'est envolé d'un bond soudain, puissant et sûr,
Tel l'oiseau délivré s'élance vers l'azur.

Dans des temples, vibrant d'un somptueux andante,
Et des jardins, baignés d'une lumière ardente,
Je fus, trop bref instant, l'hôte des Maîtres morts,
Tout n'était qu'harmonie, extase, purs accords.

La voix des sources et la voix des clairs de lune
Se mêlaient aux sanglots des mers et de la dune,
Les chants de Montsalvat à l'ivresse d'Yseult...
O concert exalté jaillissant pour moi seul !

Et je compris qu'une obscure miséricorde,
Prévoyant la muette et sombre mort, accorde
À ceux que marque le stigmate sensuel
D'entendre, avant le grand Silence, un peu du ciel...

© Paul MORIN

Paul Morin (1889-1963)
Ecrivain et poète québécois, Paul Morin a fait paraître, en 1911, un recueil de poèmes intitulé Paon d'émail chez l'éditeur français Lemerre. Ce recueil alimenta la querelle des exotiques et des régionalistes au Québec.
Sa biographie sur WWikipédia

m
Posté le 09/12/2018 - Catégorie : Nourriture

Je croque et craque

Pour les accros au chocolat

Je croqu'en plaque

Et croque et craque !

Saveur ébène

Arachnéenne,

Sérénité

Sous le palais,

Fondant carré

Croque café

A déguster

Enamourée.

Chocolatier,

Je vais craquer

Tout acheter.

Pralin, praline,

Suis une gamine,

Suis amoureuse

Du chocolat.

A heure creuse,

Gourmande et pieuse

Je croqu'en plaque

Pour le plaisir,

Dans un désir

Aphrodisiaque !

Si mon cerveau

A l'trémolo,

Je croque et craque

Puis, je recraque

A satiété

Un peu shootée,

Je plonge

Et ronge

Comm'une souris

Au paradis.

J'ai le mouron,

Ça sent l'bonbon

Au chocolat

Et patatras !

Dans un' marée,

Ensorcelée,

De guerre lasse,

J'y fais la brasse

Puis, rassasiée

Le tentateur

Libérateur

Sait mes faiblesses

Et mon ivresse !

Pour n'plus craquer,

Je mets la plaque

En clic et clac.

Paradisiaque

Goût vanillé

Estampillé !

Puis, je bivouaque

Et je recraque

C'est insensé !

Dans la mer noire

Acidulée

Mon chocolat

Met en émoi.

Il se prélasse

Dans la mélasse

De mon palais

A fin gourmet.

 

Si je l'adore,

Encore, encore,

Faut pas m'juger !

En guilledou,

Le roudoudou

Me fait craquer.

Et puis après,

Est-ce un péché ?

© Colette BONNET SEIGUE

Colette Bonnet Seigue
Ecrivain, poètesse et parolière, Colette Bonnet Seigue a abandonné l'enseignement en maternelle et primaire pour se consacrer entièrement à l'écriture, au sein d'ateliers destinés au jeune public. Elle a publié plusieurs albums jeunesse et un roman.
Autre texte :
Ma chaumière
Biographie :
http://welovewords.com/colbonne

m
Posté le 07/12/2018 - Catégorie : Saisons

Au point du jour

Sous la tiédeur d’avril quand renaît la nature,
Et qu’un printemps galant tonifie le gazon
Bordant les longs sentiers, l’abondante verdure
Habille un riche sol flattant l’intersaison.

Le lent baiser du jour offre au bois la parure
D’un lever de rideau dorant la frondaison,
Où les douces senteurs, dans le vent qui murmure,
S’essaiment alanguies, flânant vers l’horizon.

Dans toute la vallée baignée de solitude,
Je respire au secret de cette quiétude,
Les pervenches et lys cortégeant mon parcours.

Les arbres fraternels dans la vapeur légère
Des prémices du jour se dressent alentour,
Et dans l’humus épais prospère la fougère. 

© André LAUGIER

André Laugier
Dès sa plus tendre enfance, André Laugier a baigné dans le milieu artistique. Après des études musicales, il poursuit dans l'Art Dramatique et se tourne vers la prestidigitation et l'illusionnisme dont il fait son métier. Depuis plusieurs années, il se consacre entièrement à la poésie et a publié plusieurs recueils.
Autre texte :
Le crayon et la... gomme
Site officiel : http://echos-poetiques.e-monsite.com/

m
Posté le 06/12/2018 - Catégorie : Vie

Pour aller plus avant...

Pour aller plus avant,
il faut s’enténébrer
d’orphidiennes racines ;
vivre avec la vipère :

sagesse de la pierre
où le soleil s’enferme ;
sagesse de la terre,
de la pluie et du vent.

Il faut se mélanger
aux crapauds des étangs
qui disent avec leurs flûtes
la glaise originelle,

la saveur de la nuit
comme un lait qui se caille
et fait un noir fromage
pour les brebis galeuses.

Et c’est un dur ciment
qui maçonne les trous
creusés par la lumière
dans les feuilles, les branches...

© Claude VAILLANT

Claude Vaillant (1924-2004)
Poète breton, Claude Vaillant est l'auteur d'une œuvre poétique marquée par la puissance, la joie de vivre, l'amour, l'érotisme, la révolte, le style et le constant renouvellement de son écriture.
Sa biographie sur Wikipédia

m
Posté le 06/12/2018 - Catégorie : Amour

Abri

Dans les lignes de ta main
Pour me plaire j’y veux voir
Que rien ne nous sépare
Et qu’avons même destin.

Dans les lignes de ta main
Je découvre en cherchant
Les signes bienfaisants
De ce qui me convient.

Dans le creux de ta paume
Où ma main se blottit
Je retrouve mon abri
Doux et calme. Comme un baume.

© Esther GRANEK

Esther Granek (1927-2016)
Poétesse franco-belge qui a survécu à l'Holocauste.
Autres textes :
Quoi donc ?
Offrande
Ephémérides
La fenêtre
Vacances

Site officiel : http://esthergranek.webs.com/

Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia.org

m
Posté le 05/12/2018 - Catégorie : Mer

Marée haute

Rien qu’un trait bleuté au flanc des étoiles,

Une légère brûlure et le vent

Qui frissonne doucement dans les voiles

De mon cœur éveillé et impatient.

 

Au gisant de la nuit froide, se croisent

Nos âmes offrant sans autre discours

Une liberté aux heures qui toisent

La course du temps dans les hautes tours.

 

De mes doigts, je façonne l’éphémère

Gravier lascif de ces ombres sans tain.

Mon bateau amarré à la lumière

Sera un refuge jusqu’à demain.

 

Avec le flux de la mer, un murmure

Palpite telle une odeur sur nos peaux.

Quand le silence fait morne figure,

Tout au bout du chenal, montent les eaux.

 

Devant le ressac, tes vagues d’iode

Invite l’air salin de l’océan,

Sur le clapotis où encore, rôde

La chaloupe de nos baisers brûlants.

 

Le jour s’égoutte dans le marécage

Où s’encartent les lueurs du matin.

Déjà, la mer descend de son étage

Mais l’estran garde nos traces sans fin.

 

Sedna
Résidant en Charente-Maritime, Sedna a toujours eu la passion des mots. Elle aime les rimes et travaille principalement avec le Traité de Sorgel en poésie classique. Elle aime la mer, le ciel qui sont sources d'inspiration permanente. La sauvegarde de notre planète est l'une de ses préoccupations.
Autres textes
Planète en danger
Air marin
La poudre d'escampette

Son site : http://www.cassiopee17.fr/

m
Posté le 05/12/2018 - Catégorie : Bonheur

Le bonheur

Le bonheur, ce n'est point aimer, puisque l'on pleure. 
Le bonheur, ce n'est point savoir : on ne sait rien. 
Est-ce vivre ? La vie est-elle un si grand bien ? 
Est-ce mourir ? La mort n'est-elle pas un leurre ? 

Ce n'est point se blesser à nos amours d'une heure, 
Ni, sans ailes, tenter l'essor aérien. 
Ce n'est pas habiter la terre, et l'on peut bien 
Ne pas croire qu'une autre étoile soit meilleure. 

— Faible cœur, sais-tu bien, avant de blasphémer, 
Ce qu'ouvre le tombeau qui vient de se fermer ; 
Et que, tant qu'en nos yeux la lumière demeure, 

Le bonheur, c'est marcher libre dans le devoir ; 
C'est s'élever sans fin vers l'infini savoir. 
Le bonheur, c'est aimer aussi, puisque l'on pleure.

 

Albert Mérat (1840-1909)
Poéte français, il a fait partie des poètes Parnassiens, tout comme Théophile Gautier, José-Maria de Heredia, Théodore de Banville, Charles Baudelaire, Stéphane Mallarmé, François Coppée, Verlaine, Rimbaud. Il était loué par les poètes de son époque, Rimbaud le considérait comme visionnaire et en faisait, presque, l'égal de Verlaine, qui lui dédia son poème Jadis.
Autre texte
Les parfums

Sa biographie sur Wikipédia

m
Posté le 04/12/2018 - Catégorie : Lieux

Cairn de Barnenez

La nuit primitive

qui s’élève de la terre noire,

et la lumière des premiers hommes

au-dessus de la baie immuable.

 

Une seule pierre déplacée

et l’arc-en-ciel des silex s’effondre,

une seule pierre ajoutée

et tout le promontoire gronde.

 

L’oiseau dépose son fragment de ciel,

le lézard inscrit sa ligne fugitive,

le vent et la pluie brassent

le levain des pierres.

 

Chaque caillou est un son arrêté,

chaque pierre une pensée d’un défunt,

chaque bloc est un rêve

qui continue de se réaliser.

 

Alentour la ronce chante,

le genêt distribue ses trilles jaunes,

l’ajonc percute les amorces marines,

le buisson de pierre comme une vasque de lune.

 

L’essaim de pierres attend sa ruche,

le cadran son aiguille solaire,

le grenier de pierre s’ouvre aux étoiles

et à la brise qui sème.

 

Dans le désordre des îles

il manquait un guetteur

aux yeux de houx et de jonquilles

Les hommes l’ont halé de leur âge de l’avenir.

 

Le grondement d’une vague de fond

qui a escaladé le promontoire

et s’est figé au sommet tel un migrateur

en attente d’un nouvel envol.

© Gérard LE GOUIC
© Image : Le cairn de Barnenez (Finistère) Archives Ouest France

Gérard Le Gouic (1936-)
Poète et écrivain français, Gérard Le Gouic est né en 1936 à Paris, où il vécut jusqu'à son départ pour l'Afrique. Il rencontra le poète Maurice Fombeure comme professeur au collège Lavoisier de Paris. Puis pendant un séjour de dix ans en Afrique, il se lie d'amitié avec Henri Queffelec. Il revient régulièrement en vacances en Bretagne, contrée d'origine de ses parents, et s'y installe définitivement dès 1969 où il créé sa propre maison d'édition.
Sa biographie sur Wikipédia

m
Posté le 04/12/2018 - Catégorie : Vie

C'est une chose étrange à la fin que le monde

C'est une chose étrange à la fin que le monde 

Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit

Ces moments de bonheur ces midis d'incendie

La nuit immense et noire aux déchirures blondes

 

Rien n'est si précieux peut-être qu'on le croit

D'autres viennent Ils ont le cœur que j'ai moi-même

Ils savent toucher l'herbe et dire je vous aime

Et rêver dans le soir où s'éteignent les voix

 

Il y aura toujours un couple frémissant

Pour qui ce matin-là sera l'aube première

Il y aura toujours l'eau le vent la lumière

Rien ne passe après tout si ce n'est le passant

 

C'est une chose au fond que je ne puis comprendre 

Cette peur de mourir que les gens ont chez eux 

Comme si ce n'était pas assez merveilleux 

Que le ciel un moment nous ait paru si tendre...

 

Malgré tout je vous dis que cette vie fut telle

Qu'à qui voudra m'entendre à qui je parle ici

N'ayant plus sur la lèvre un seul mot que merci

Je dirai malgré tout que cette vie fut belle

© Louis ARAGON

Louis Aragon (1897-1982)
Poète et romancier français, il participe au mouvement dadaïste et surréaliste aux côtés de André Breton. En 1928, sa rencontre avec Elsa Triolet, l'amour de sa vie, lui inspirera de nombreux poèmes.
Autres textes
Que serais-je sans toi ?
Les larmes se ressemblent
Les mains d'Elsa

Autre site
http://www.maison-triolet-aragon.com/

Sa biographie sur Wikipédia

m
Posté le 03/12/2018 - Catégorie : Temps

Le temps qui reste

Combien de temps ?
Combien de temps encore ?
Des années, des jours, des heures, combien ?
Quand j'y pense, mon cœur bat si fort
Mon pays c'est la vie
Combien de temps encore ?
Combien ?
Je l'aime tant le temps qui reste
Je veux rire, courir, pleurer, parler
Et voir, et croire et boire, danser
Crier, manger, nager, bondir, désobéir
J'ai pas fini, j'ai pas fini
Voler, chanter, partir, repartir
Souffrir, aimer
Je l'aime tant le temps qui reste

Je ne sais plus où je suis né, ni quand 
Je sais qu'il n'y a pas longtemps
Que mon pays c'est la vie
Je sais aussi que mon père disait :
"Le temps c'est comme ton pain
Gardes-en pour demain"
J'ai encore du pain
Encore du temps, mais combien ?
Je veux jouer encore
Je veux rire des montagnes de rires
Je veux pleurer des torrents de larmes
Je veux boire des bateaux entiers de vin de Bordeaux et d'Italie
Et danser, crier, voler, nager dans tous les océans
J'ai pas fini, j'ai pas fini
Je veux chanter
Je veux parler jusqu'à la fin de ma voix
Je l'aime tant le temps qui reste

Combien de temps ?
Combien de temps encore ?
Des années, des jours, des heures, combien ?
Je veux des histoires, des voyages
J'ai tant de gens à voir, tant d'images
Des enfants, des femmes, des grands hommes
Des petits hommes, des marrants, des tristes
Des très intelligents et des cons
C'est drôle, les cons ça repose
C'est comme le feuillage au milieu des roses

Combien de temps ?
Combien de temps encore ?
Des années, des jours, des heures, combien ?
Je m'en fous mon amour
Quand l'orchestre s'arrêtera, je danserai encore
Quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul
Quand le temps s'arrêtera
Je t'aimerai encore
Je ne sais pas où, je ne sais pas comment
Mais je t'aimerai encore
D'accord ?

© Paroles de Jean-Loup DABADIE, musique de Alain GORAGUER

Jean-Loup Dabadie (1938-)
Romancier, auteur de sketches et de chansons, auteur et metteur en scène, traducteur, scénariste et dialoguiste, Jean-Loup Dabadie signera plusieurs titres pour Serge Reggiani :  Le Petit garçon (1967), Et puis (1968), De quelles Amériques (1970), L’Italien (1971), Hôtel des voyageurs (1972), Les mensonges d’un père à son fils(1972), Le vieux couple (1972).
Sa biographie sur Wikipédia

m
Posté le 03/12/2018 - Catégorie : Vie

Que faire ?

Fonder quelque chose
Demeurer vivant
Brûler à tes causes
Courir en avant
Fonder l’amour même
Et l’homme nouveau
Nier le problème
Lancer des bateaux

Ouvrir une route
Cueillir le grand vent
Défier le doute
Brûler le gréement
Atteindre la rive
Débloquer le port
Débarquer les vivres
Débusquer la mort

Tricher sur les dates
Sauver la maison
Avancer sans carte
Plaider la passion
Inventer de l’âme
Gonfler les enjeux
Tutoyer le drame
Rallumer le feu

Renverser la table
Nier le destin
Croire dans ses fables
Retoucher la fin
Rallumer de l’homme
Se laisser hanté
Ramener de l’homme
Tout réinventer

Ramener de l’homme
Cueillir en hiver
Réhabiter l’homme
Planter dans la mer
Parler à mon frère
Te prendre la main
Quelques pas sur terre
Enfant du chagrin

Défier les astres
Marcher au canon
Violer le cadastre
Rétablir les ponts
Croire dans des choses
L'homme est dans nos mains
Boire dans des causes
Aimer à sa faim

Boire dans des causes
Aimer à sa faim

Ramener de l’homme
Cueillir en hiver
Réhabiter l’homme
Planter dans la mer
Parler à mon frère
Te prendre la main
Quelques pas sur terre
Enfant du chagrin

Défier les astres
Marcher au canon
Violer le cadastre
Rétablir les ponts
Croire dans des choses
L’homme dans nos mains
Boire dans des causes
Aimer à sa faim

Boire dans des causes
Aimer à sa faim

Boire dans des causes
Aimer à sa faim !
© Jacques BERTIN

Jacques Bertin (1946-)
Chanteur, poète et journaliste français, Jacques Bertin est un artiste à contre-courant de la variété en plein développement à partir de la seconde moitié des années 1960 et son œuvre n'aura jamais les faveurs des médias ni du grand public. Artiste sans compromissions, ses chansons sont partagées entre une inspiration politique et une autre éminemment poétique. Il a obtenu deux fois le Grand Prix du Disque de l'Académie Charles-Cros durant sa carrière.
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 03/12/2018 - Catégorie : Société

Le vieux

Combien d'entre nous ont vu
Le vieux qui passe dans la rue
Épouvantail tout gris
Que la cité a exclu
La rue et les gens et le monde
Vont bien trop vite pour lui
Dans ses yeux absents d'enfant
Ne passe que l'effroi du temps

Pour descendre et remonter
Six étages d'escaliers
Il faut l'éternité
Quelle faute a-t-il pu commettre
Le vieux tout gris qui traîne
Ses vieux membres rassis ?

Combien d'entre nous ont fait
Quoi que ce soit de palpable
Un geste, un mot, un sourire
Pour le raccrocher à nous ?
La vieillesse nous fait frémir
On ne veut pas croire au pire
Nos yeux ne retiennent d'elle
Qu'une image irréelle

Mon vieux à moi, tous les mois
Va à tout petits pas
Empocher sa pension
Il se ménage au retour
Un détour insolite
Chez le glacier du coin

Quand je serai vieux et tout seul
Demain ou après demain
Je voudrais comme celui-là,
Au moins une fois par mois
Avec mes sous, si j'en ai
M'acheter une glace à deux boules
Et rêver sur leur saveur
A un monde rempli d'enfants

Mais peut-être que pour nous
Nous les vieux de demain
La vie aura changé
En s'y prenant maintenant
Nous-mêmes et sans attendre
A refaire le présent

Je donne à ceux qui sourient
Et qu'ont bien l'droit de sourire
Rendez-vous dans vingt, trente ans,
Pour reparler du bon temps.

© François BERANGER

François Béranger (1937-2003)
Auteur-compositeur-interprète libertaire français qui connaît une forte notoriété dans les années 1970 grâce à des textes dans la pure tradition du "protest song", symbole de l’après Mai 68. Des générations ont vibré sur Natacha, AlternativeLes Mots terribles,Magouilles blues ou Mamadou m’a dit. Aujourd’hui, Hubert-Félix Thiéfaine ou Sanseverino reprennent volontiers des chansons de son répertoire.
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 03/12/2018 - Catégorie : Femme/Amour

Le serpent qui danse

Que j'aime voir, chère indolente,
De ton corps si beau,
Comme une étoffe vacillante,
Miroiter la peau !

Sur ta chevelure profonde
Aux âcres parfums,
Mer odorante et vagabonde
Aux flots bleus et bruns,

Comme un navire qui s'éveille
Au vent du matin,
Mon âme rêveuse appareille
Pour un ciel lointain.

Tes yeux, où rien ne se révèle
De doux ni d'amer,
Sont deux bijoux froids où se mêle
L'or avec le fer.

A te voir marcher en cadence,
Belle d'abandon,
On dirait un serpent qui danse
Au bout d'un bâton.

Sous le fardeau de ta paresse
Ta tête d'enfant
Se balance avec la mollesse
D'un jeune éléphant,

Et ton corps se penche et s'allonge
Comme un fin vaisseau
Qui roule bord sur bord et plonge
Ses vergues dans l'eau.

Comme un flot grossi par la fonte
Des glaciers grondants,
Quand l'eau de ta bouche remonte
Au bord de tes dents,

Je crois boire un vin de Bohême,
Amer et vainqueur,
Un ciel liquide qui parsème
D'étoiles mon coeur !


Charles Baudelaire (1821-1867)
Connu pour sa vie de bohême et poéte torturé, il ne publia de son vivant qu'une seule oeuvre "Les Fleurs du Mal", recueil qui fut condamné et censuré dès sa sortie en 1857 car trop choquant pour la morale bourgeoise avant de passer à la postérité. Criblé de dettes, il séjournera durant deux ans en Belgique (1864-1866) pour y donner des conférences mais sa santé se dégrade. Il revient à Paris où il meurt un an plus tard à l'âge de 46 ans des suites de la syphilis, d'abus d'alcool et autres drogues.
Ce magnifique poème, qui évoque Jeanne Duval, la maîtresse de Baudelaire, a été mis en musique plusieurs fois, en particulier par Léo Ferré et Serge Gainsbourg.
Image : Jeanne Duval par Baudelaire. Ce dessin à la plume (daté du 27 février 1865 par Poulet-Malassis) est reproduit page 48 du Baudelaire par lui-même présenté par Pascal Pia. Seuil 1952.

Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 05/12/2018 - Catégorie : Humour

Etre et avoir

Loin des vieux livres de grammaire, 
Écoutez comment un beau soir,
Ma mère m'enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir.

Parmi mes meilleurs auxiliaires,
Il est deux verbes originaux.
Avoir et Être étaient deux frères
Que j'ai connus dès le berceau.

Bien qu'opposés de caractère,
On pouvait les croire jumeaux,
Tant leur histoire est singulière.
Mais ces deux frères étaient rivaux.

Ce qu'Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l'avoir.
À ne vouloir ni dieu ni maître,
Le verbe Être s'est fait avoir.

Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro,
Alors qu'Être, toujours en manque
Souffrait beaucoup dans son ego.

Pendant qu'Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités,
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter.

Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités,
Pendant qu'Être, un peu dans la lune
S'était laissé déposséder.

Avoir était ostentatoire
Lorsqu'il se montrait généreux,
Être en revanche, et c'est notoire,
Est bien souvent présomptueux.

Avoir voyage en classe Affaires.
Il met tous ses titres à l'abri.
Alors qu'Être est plus débonnaire,
Il ne gardera rien pour lui.

Sa richesse est tout intérieure,
Ce sont les choses de l'esprit..
Le verbe Être est tout en pudeur
Et sa noblesse est à ce prix.

Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord,
Entre verbes ça peut se faire,
Ils conjuguèrent leurs efforts.

Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés,
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier.

Le verbe Avoir a besoin d'Être
Parce qu'être, c'est exister.
Le verbe Être a besoin d'avoirs
Pour enrichir ses bons côtés.

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées,
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.

© Yves DUTEIL

Yves Duteil (1949-)
Auteur-compositeur-interprète, Yves Duteil a commencé son éducation musicale par le piano avant de découvrir la guitare. Son premier titre "Virages" (1972), lui ouvre les portes du succès et lui permet par la suite de créer sa propre maison d'édition. Engagé auprès de plusieurs associations caritatives, il a été également maire sans étiquette de la commune de Précy-sur-Marne.
Son blog
http://blog.yvesduteil.com/blog/

Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 03/12/2018 - Catégorie : Humour

Les oubliettes (1961)

Les regrets fillettes 
Du pauvre poète 
Se valsent musette 
Dans les caboulots 
Se valse musette 
Le pauvre poète 
Pour les gigolettes 
Et les gigolos

Dieu que je regrette 
Mes larmes fillette 
Ce vin malhonnête 
Qui monte au cerveau 
Y' a belle lurette 
Que je n'ai plus cette 
Fameuse piquette 
Derrière mes fagots 
Le pâle squelette 
De mes amourettes 
Joue des castagnettes

Comme un hidalgo 
La nuit est longuette 
Du pauvre poète 
Voyez mes poulettes 
Il a les grelots 
Dans chaque guinguette 
J'ai cherché Juliette 
Je n'ai je regretté 
Que trouvé Margot 
De ces amourettes 
Que l'on pickpockette 
Sous sa chemisette 
J'en ai plein le dos

S'il faut à perpète 
Qu'à l'aube on regrette 
Vaut mieux qu'on 'arrête 
Mes petits oiseaux 
Venez mignonnettes 
Dans mes oubliettes 
Que je vous y mette 
Au pain et à l'eau

Les regrets fillettes 
Du pauvre poète 
Se valsent musette 
Dans les caboulots 
Se valse musette 
Le pauvre poète 
Pour les gigolettes 
Et les gigolos

© Serge GAINSBOURG
Image : Thibaut Hermant et Martine Hermann

Serge Gainsbourg (1928-1991)
Il accède à la notoriété en tant qu'auteur-compositeur-interprète, abordant de nombreux styles musicaux. Il s'essaiera également au cinéma et à la littérature, et réalisera plusieurs films et vidéo-clips et composera plus de quarante musiques de films.
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 03/12/2018 - Catégorie : Inclassables

Nous les gueux

Nous les peu
nous les rien
nous les chiens
nous les maigres
nous les Nègres

Nous à qui n’appartient
guère plus même
cette odeur blême
des tristes jours anciens

Nous les gueux
nous les peu
nous les riens
nous les chiens
nous les maigres
nous les Nègres

Qu’attendons-nous
les gueux
les peu
les rien
les chiens
les maigres
les nègres
pour jouer aux fous
pisser un coup
tout à l’envi
contre la vie
stupide et bête
qui nous est faite
à nous les gueux
à nous les peu
à nous les rien
à nous les chiens
à nous les maigres
à nous les nègres

© Léon-Gontran DAMAS

Léon-Gontran Damas (1912-1978)
D’origine africaine, amérindienne et européenne, Léon Gontran Damas est avec Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor un des fondateurs de la Négritude. Considérant indispensable de s’engager dans la lutte contre le racisme et pour l’avènement d’une conscience noire internationale, il oeuvrera au niveau mondial, autant en politique qu’en littérature.
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 01/12/2018 - Catégorie : Société

Solde

Pour Aimé Césaire

J'ai l'impression d'être ridicule
dans leurs souliers
dans leurs smoking
dans leur plastron
dans leur faux-col
dans leur monocle
dans leur melon

J'ai l'impression d'être ridicule
avec mes orteils qui ne sont pas faits
pour transpirer du matin jusqu'au soir qui déshabille
avec l'emmaillotage qui m'affaiblit les membres
et enlève à mon corps sa beauté de cache-sexe

J'ai l'impression d'être ridicule 
avec mon cou en cheminée d'usine
avec ces maux de tête qui cessent
chaque fois que je salue quelqu'un

J'ai l'impression d'être ridicule
dans leurs salons
dans leurs manières
dans leurs courbettes
dans leur multiple besoin de singeries
J'ai l'impression d'être ridicule
avec tout ce qu'ils racontent
jusqu'à ce qu'ils vous servent l'après-midi
un peu d'eau chaude
et des gâteaux enrhumés

J'ai l'impression d'être ridicule
avec les théories qu'ils assaisonnent
au goût de leurs besoins
de leurs passions
de leurs instincts ouverts la nuit
en forme de paillasson

J'ai l'impression d'être ridicule
parmi eux complice
parmi eux souteneur
parmi eux égorgeur
les mains effroyablement rouges
du sang de leur ci-vi-li-sa-tion 

© Ilustration : Pigments de L.G. DAMAS, frontispice, sculpture sur bois de Frans Masereel, histoire-image.org
© Léon-Gontran DAMAS

Léon-Gontran Damas (1912-1978)
D’origine africaine, amérindienne et européenne, Léon Gontran Damas est avec Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor un des fondateurs de la Négritude. Considérant indispensable de s’engager dans la lutte contre le racisme et pour l’avènement d’une conscience noire internationale, il oeuvrera au niveau mondial, autant en politique qu’en littérature.
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 30/11/2018 - Catégorie : Inclassables

Je suis n'importe qui

Je suis n’importe qui 
Mêlé à la poussière errante de la foule 
Et mes mains sont trop lourdes pour la poésie 
Et mon cœur se renverse à la table commune 
Trinquant à la santé du monde comme il tourne 
 
Je n’ai rien accepté je n’ai rien refusé 
Je laisse les mouches ensevelir les morts 
Et s’il m’arrive encore de me souvenir 
D’une aurore en forêt d’un vol de libellules 
C’est d’un élan trop bref pour toucher les étoiles 
 
Le feu des images me couronne de cendres 
Et seule mon angoisse s’émerveille parfois 
D’une vie trop fragile pour être vécue 

© Christian BACHELIN

Christian Bachelin (1933-2014)
Poète et écrivain français, il s'engage à l'école millitaire où ses professeurs remarquent ses dons littéraires. De retour à la vie civile, il reçoit en 1953 le prix Marie-Bonheur pour son recueil "Stances à la neige". Après dix années de silence pendant lesquelles il exercera une multitude de petits métiers, il connaît une intense période de création durant laquelle il publie plusieurs recueils.
Son site :
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 30/11/2018 - Catégorie : Mer

La danse du cheval

J'aimais la danse du cheval
Au bord des falaises de nacre
Cette symphonie animale
Au printemps à l'heure du sacre
Les vents coulaient entre mes doigts
Vers une comète invisible
Que je devinais dans la voix
Profonde reine du possible

Le sel sur la roche piquait
Mon âme de fleur et d'épine
Je savais que le soir allait
Sécher mes tristesses marines
La marée me montait aux yeux
Dans un hennissement de sable
De tonnerre et d'air audacieux
Je chantais les flots indomptables

Le cheval dansait de plus belle
Pour les algues les coraux fous
Cependant qu'une ribambelle
D'éclairs joyeux ravageait tout
Autour de moi luisaient les portes
De mondes impensés la nuit
Également vivante et morte
Pleuvait de lumière et d'oubli

La musique se fit plus douce
Charmeuse d'enfants éternels
Finie la tempête aux secousses
De brume et de vase rebelle
La bête galopait déjà
Sur mes terres mes grands espaces
Mes mythologies d'au-delà
Les aiguilles des temps qu'on chasse
© Louis Lucien PASCAL

Louis Lucien Pascal
Auteur-compositeur-interprète, Louis Lucien Pascal est né à Saint-Raphaël en 1982. Pendant plusieurs années, il se produit sur scène au sein du trio Bilbo et accompagne à la guitare le chanteur provençal Pierre Pascal, son père, ami traducteur de Georges Brassens en espagnol. Il a collaboré avec Allain Leprest, notamment pour la chanson "Bien avancés". Il s'installe à Toulouse et se produit au Théâtre des Mazades puis à Venelles (13) et participe au festival "Détours de Chants" à Toulouse.
Son site : http://www.louislucienpascal.com

Posté le 29/11/2018 - Catégorie : Nature

Planète en danger

Ici, le temps accroche à la patère
Le sel de l’éternité pour flirter
Avec tous les océans de prières
Où nos axiomes se noient sans ciller.

Quand, debout, sur un radeau de fortune
La poésie expose ses lourds sanglots,
Des Noroîts s’accaparent sans rancune
Les discours brandis tel un calicot.

Pas de rédemption pour peupler la route.
Juste ce message qui s’est greffé
Sur les lianes du monde sans écoute,
Cédant au déclin déjà programmé.

Bientôt, quand nos oiseaux et ours polaires
Auront disparu, les silences drus
Régneront comme des vieux mercenaires
Sur les cendres des continents battus.

Pourtant, si les ombres cherchent leur place
Entre chaque battement des matins,
Notre printemps quitte sa carapace
Captivant le ciel de ses serpentins.

Mais, ce qui reste des rêves, demeure
Dans les brisures des vents harassés,
Et chaque saison crachote ses heures

A la figure des présents châtrés.

© Image : passion aquitaine.fr
© SEDNA
 

Sedna
Résidant en Charente-Maritime, Sedna a toujours eu la passion des mots. Elle aime les rimes et travaille principalement avec le Traité de Sorgel en poésie classique. Elle aime la mer, le ciel qui sont ses sources d'inspiration permanente. La sauvegarde de notre planète est l'une de ses préoccupations.
Son site : http://www.cassiopee17.fr/

Posté le 29/11/2018 - Catégorie : Mer

Air marin

Entends la mer qui porte nos regards

Vers l’horizon d’un silence précaire.

La salicorne et les ajoncs cossards

Dorment sous le ciel et ses lampadaires.

 

De l’océan sans nom, le clapotis

Rappelle son souvenir à la plage.

S’enfuit vers le couchant, le gazouillis

Du jour écorné par ses tatouages.

 

Pour éclairer la nuque des feuillus,

La lune blanche retrousse ses manches.

Rapiéçant la peur dans les cumulus,

L’ombre déboule en forçant l’avalanche.

 

L’étoile consignée à bord du silex

Sans âge, persuade sa somnolence

Dans son lit froid, de se mettre à l’index

Pour se prouver enfin, une existence.

 

Mais, au sommet des mots abandonnés,

Il y a encore ce crépuscule

Fixé à l’alphabet entrebâillé,

Quand beaucoup plus loin, une aurore ovule.

 

Veux-tu respirer ce souffle marin

Si les voiliers de mon imaginaire

Naviguent entre un possible demain,

L’immédiat nous offre son estuaire.

 

Des traces de nous zigzaguent parmi

Nos consciences transies d’embruns corsaires.

Partons sur les vagues de l’infini,

Cet asile où nous serons locataires.

© Image : passion aquitaine.fr
© SEDNA

Sedna
Résidant en Charente-Maritime, Sedna a toujours eu la passion des mots. Elle aime les rimes et travaille principalement avec le Traité de Sorgel en poésie classique. Elle aime la mer, le ciel qui sont sources d'inspiration permanente. La sauvegarde de notre planète est l'une de ses préoccupations.
Son site : http://www.cassiopee17.fr/

Posté le 29/11/2018 - Catégorie : Saisons

La poudre d'escampette

Quelques fragments de mots se sont couchés

Près du canapé défait des comètes.

Le temps à vif, dans les immensités

Cherche l’aurore des autres planètes.


Bien avant que la nuit vole le jour

Par ses assauts brisant la lumière,

Sur les landes ouvertes au labour,

L’automne déroulait sa bannière.


Si les saisons errent sur le chemin

Au gré des retrouvailles du silence,

L’espoir, sur la rive des lendemains,

S’est abîmé dans la résilience.


D’où provient ce givre qui envahit

Les cieux où mon écriture s’accroche.

L’encre frissonne en l’hiver endormi

Tant la bise froide a percé sa poche.


Même si les oiseaux cachent leur chant

Dessous les vestiges glacés des heures,

Il faut libérer le long du couchant,

Les traces du crépuscule qui pleure.


A l’orée des pages, le regard

Déterre ses antiques amulettes

Exilées dans le sillon communard

Là, où je prends la poudre d’escampette.


Ce souffle où se montre à nu, les éclats

De rêves, raconte aux arbres moroses

Que la terre prolonge ses combats,

Pour que l’été d’avant-hier se repose.


S’envolent les oies dans le tourbillon

Du plus haut de cet ailleurs où bavardent

Les étoiles au sommeil de crépon.

Au loin, l’aube répare sa guimbarde.

© SEDNA

Sedna
Résidant en Charente-Maritime, Sedna a toujours eu la passion des mots. Elle aime les rimes et travaille principalement avec le Traité de Sorgel en poésie classique. Elle aime la mer, le ciel qui sont sources d'inspiration permanente. La sauvegarde de notre planète est l'une de ses préoccupations.
Son site : http://www.cassiopee17.fr/

Posté le 29/11/2018 - Catégorie : Temps

Pendant la pluie

Il pleut : 
L’épinard verdoie 
Et l’eau ravive la couleur de toute chose ; 
La brique de l’auberge est plus rose 
Et la mousse est plus bleue 
Sur le toit. 

Et toi, tu bois, 
Cher bourgeois 
Strasbourgeois 
Qu’on voit au travers de la vitre close, 
Tu bois en riant un vieux vin de choix 
Et ton nez rougeoie. 

© Tristan KLINGSOR

Tristan Klingsor (1874-1966)
Poète musicien, peintre et critique d'art français, de son vrai nom Léon Leclère, Tristan Klingsor publie son premier recueil "Filles-fleurs" en vers de onze syllabes. Par la suite, il utilisera souvent une forme personnelle de vers libres rimés. Il a reçu en 1956 le Grand Prix des Poètes Français. Alexandre Arnoud de l'Académie Française le décrira comme un : "poète exquis, délicat, aérien, rompu aux rythmes rigoureusement libres, abondant en images transparentes et irisées, un des plus purs et des plus nécessaires de son temps".
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 27/11/2018 - Catégorie : Temps

Le silence des maisons vides

Le silence des maisons vides
Est plus noir que celui qui dort dans les tombeaux,
Le lourd silence sans repos
Où passent les heures livides.

On dirait que, comme le vent
Qui siffle à travers les décombres
Des vieux moulins tout remplis d'ombre
Passent, toujours se poursuivant,

L'heure, passant par ce silence
Comme si le pendule lent
Qu'une antique horloge balance
La comptait à pas lourds et lents,

Passe sans rien changer aux choses
Dans un présent cristallisé
Où l'avenir et le passé
Seraient comme deux portes closes

Et dans ce silence béant
On dirait, tant le temps est lisse
Que c'est l'éternité qui glisse
À travers l'ombre du néant. 


Hector de Saint-Denys Garneau (1912-1943)
Peintre, poète et écrivain québécois, Saint-Denys Garneau entreprend des études de philosophie qu'il interrompra pour des problèmes de santé. A l’âge de 16 ans, il a contracté une fièvre rhumatismale causant des complications cardiaques. Quelques années plus tard, les médecins lui découvrent une lésion au cœur. Sa perception du monde change brutalement alors qu’il prend conscience de la fragilité de sa vie. Il ne publiera qu'un seul recueil "Regards et jeux dans l'espace" en 1937. Il sera reconnu après sa mort, comme un précurseur de la littérature moderne québécoise.
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 27/11/2018 - Catégorie : Nature

A ma lointaine

Je te délègue mon ruisseau
pour te parler de mes absences

je t’envoie mon saule
pour pleurer tes nuits perdues

je t’envoie ma plus belle pierre
pour faire chanter ta fenêtre

je t’envoie l’oriole et son nid
je t’envoie un matin rare
je t’envoie un soir de pluie
je t’envoie la lune neuve

et si tu ne me vois pas
c’est que je n’existe plus.

© Gaston GIGUERE

Gaston Giguère (1929-2003)
Ecrivain, peintre et graveur québecois, Roland Giguère étudie la typographie, la gravure et la lithographie à l'École des Arts graphiques de Montréal puis à Paris. Il fonde en 1949 les Éditions Erta, d'où naîtront plusieurs dizaines de beaux ouvrages faits de mots et d'images. Il retourne plusieurs années à Paris puis revient au Québec où il sera maquettiste et professeur en arts graphiques. Au cours de ces années, Roland Giguère publie plusieurs recueils et a reçu plusieurs prix de poésie.
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 26/11/2018 - Catégorie : Nature

Le cantique païen

Je suis parti sans savoir où
Comme une graine qu'un vent fou
Enlève et transporte : 
A la ville où je suis allé
J'ai langui comme un brin de blé
Dans la friche morte

J'ai dit bonjour à bien des gens
Mais ces hommes étaient méchants
Comme moi sans doute.
L'amour m'a fait saigner un jour
Et puis j'ai fait saigner l'Amour
Au long de ma route.

Je suis descendu bien souvent
Jusqu'au cabaret où l'on vend
L'ivresse trop brève ;
J'ai fixé le ciel étoilé
Mais le ciel, hélas ! m'a semblé
Trop haut pour mon rêve.

Las de chercher là-haut, là-bas
Tout ce que je n'y trouve pas
Je reviens vers celle
Dont le sang coule dans mon sang
Et dont le grand coeur caressant
Aujourd'hui m'appelle.

Au doux terroir où je suis né
Je reviens pour me prosterner
Devant les miracles
De celle dont les champs sans fin
De notre pain de notre vin
Sont les tabernacles.

Je reviens parmi les guérets
Pour gonfler de son souffle frais
Ma poitrine infâme,
Et pour sentir, au seuil du soir, 
Son âme, comme un reposoir
S'offrir à mon âme.

Je reviens, ayant rejeté
Mes noirs tourments de révolté
Mes haines de Jacques,
Pour que sa Grâce arrive en moi
Comme le dieu que l'on reçoit
Quand on fait ses Pâques.

Notre Dame des Sillons ! 
Ma bonne Sainte Vierge, à moi !
Dont les anges sont les grillons
O Terre ! Je reviens vers toi !

 

Gaston Couté (1880-1911)
Poète libertaire et chansonnier français, il est surtout connu pour ses textes antimilitaristes, sociaux et anarchistes, utilisant parfois le patois beauceron ou l'argot.
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 25/11/2018 - Catégorie : Vie

Berceuse pour adultes

A coups de métal,
A coups de vautour,
A coups d'océan,
A coups d'édredon,

A coups d'embrassades,
A coups de cresson,
A coups de pressoir,
A coups d'églantine,

A coups d'escalier,
A coups d'orphéon,
A coups d'horizon,
Dors et fais tes rêves.

© Eugène GUILLEVIC

Eugène Guillevic (1907-1997)
Eugène Guillevic est l'un des plus importants poètes français de la seconde moitié du XXe siècle. Il ne signa jamais ses nombreux recueils que de son seul nom, Guillevic. Catholique pratiquant jusque vers trente ans, il devient sympathisant communiste au moment de la Guerre d'Espagne, adhère en 1942 au Parti communiste alors qu'il se lie à Paul Éluard et participe aux publications de la presse clandestine. Sa poésie est concise, franche comme le roc, rugueuse et généreuse, tout en demeurant suggestive. Sa poétique se caractérise aussi par son refus des métaphores, auxquelles il préfère les comparaisons, jugées moins mensongères.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 21/11/2018 - Catégorie : Vie

Danseurs de paradis

Jusqu’à la fin des temps
et plus loin encore
dans tout ce bleu
qui n’est que toi
jusqu’à la fin des mondes
et plus loin encore
bien plus loin
sans jamais rien comprendre

dans tout ce bleu
qui n’est que toi
je remonte
vers la source
des hommes-questions
vers tous ceux
qui interrogent
la source sans source

je remonte
vers l’intérieur de tout
mille astres noirs
au fond de mes poches
je mets lentement au jour
cette force d’éden
de coeur en coeur
de lèvre en lèvre
de vie en vie

l’univers tout entier
suspendu
au visage d’une femme

je mets du baume
au monde
je marche l’immensité

je glisse et reglisse
le long des désolations
je remonte
vers les cendres fertiles
au jour le jour
à la nuit la nuit
j’écoute sans relâche
cette voix qui parle en moi
je l’écoute
aimanté par l’impossible
aimanté
par le fond des mondes

oui je dérive
vers la nuit de la nuit
je m’abandonne
aux avant-postes
des grands effondrements
je remonte
en fièvre pétrifiée
en étincelante déploration
mon âge se compte
en milliers d’étoiles
dans tout ce bleu
qui n’est que toi

j’accueille le jamais plus
comme si l’inquiétude
ne pouvait plus neiger en moi
dans tout ce bleu
qui n’est que toi

comme au premier jour
et les villes basculent
et les fleuves rebroussent chemin
dans la profondeur
des profondeurs
la sève circule
chez les danseurs de paradis

© Zéno BIANU

Zéno Bianu (1950-)
Zéno Bianu est un poète, dramaturge, essayiste et traducteur français né à Paris. Il est en 1971 l'un des signataires du Manifeste électrique. En 1973 au cours d'un voyage en Inde, l'Orient laissera une empriente durable sur son écriture. Il a reçu le Prix international de poésie francophone Ivan Goll en 2003. Il a dirigé la collection Poésie aux Editions Jean-Michel Place. Il reçoit Le Prix Robert Ganzo pour l'ensemble de son oeuvre en 2017.
Autre texte : Victoire
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 21/11/2018 - Catégorie : Bonheur

Veillée heureuse

J’épie avec amour, ton sommeil dans la nuit :
Ton front a revêtu la majesté de l’ombre,
Tout son enchantement et son prestige sombre…
Et l’heure, comme une eau nocturne, coule et fuit !

Tu dors auprès de moi, comme un enfant… J’écoute
Ton souffle doux et faible et presque musical
S’élevant, s’abaissant, selon un rythme égal…
Ton âme, loin de moi, suit une longue route…

Tes yeux lassés sont clos, ô visage parfait !
Te contemplant ainsi, j’écoute, ô mon amante !
Comme un chant très lointain, ton haleine dormante,
Je l’entends, et mon cœur est doux et satisfait.

 

Renée Vivien (1877-1909)
Renée Vivien, née Pauline Mary Tarn, surnommée « Sapho 1900 », est une poétesse britannique de langue française du courant parnassien de la Belle Époque. A l'abri du besoin par un héritage paternel conséquent, elle voyagea beaucoup à travers le monde. En 1899, elle s’installe définitivement à Paris et prend un nom de plume : René Vivien, prénom qu’elle féminise ensuite en Renée. L’intense production littéraire et poétique se mêle à des tentatives de suicide. Renée vit le spleen baudelairien, se drogue, boit de plus en plus d’alcool en solitaire. Elle fut la première poétesse francophone à exprimer ouvertement son amour physique pour les femmes.
Autre texte : Victoire
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 21/11/2018 - Catégorie : Amour

Aggiornamento

Flammes
Emportez
Aux quatre vents
Les mots et photos
D’hier
Lames
Découpez
Les sentiments
Aggiornamento
D’ère..
Yeux
Regardez
L’envie
Merveilleuse
De l’amour...
Feux
Entourez
la vie
Somptueuse
D’autres jours

© Christophe BREGAINT

Christophe Bregaint
Né en 1970 à Paris, Christophe Breggaint s’est d'abord passionné pour le dessin pictural avant de se tourner vers la musique rock puis l’écriture, et plus particulièrement la poésie. Il a débuté sur les forums de poésie, puis s’est tourné vers les revues et les recueils collectifs. Il a publié deux recueils : « A l’avant-garde des ruines » et « Route de Nuit ».
Autre texte : A ma fée

Posté le 21/11/2018 - Catégorie : Société

Dans la nuit qui finit

Dans la nuit qui finit l’usine est une étoile
Mitez-vous ô mes moucherons !
Courons, ô ma raideur, sur les pavés bossus
avec la main sur la musette
pour empêcher la vinaigrette
de corrompre en flic-floc mon repas suspendu

Gueule du métro chaude où l’on plonge enfiévrés
Bus et tramways que l’on submerge
— Accours et cours ! l’usine héberge ! —
Camions de brume où l’on s’entasse en étrangers.
Cadrans de pointage au giron
l’usine vous attend au centre de sa toile.

La sirène en serpent furieux se raidissant
s’élance ! Hâtez-vous travailleurs !
elle sera sur les rumeurs
tête coupée bientôt jet de sang s’affaissant.

Au déboulé, garçon, pointe ton numéro
pour gagner ainsi le salaire
d’un morne jour utilitaire
métro, boulot, bistro, mégots, dodo, zéro.

© Pierre BEARN

Pierre Béarn (1902-2004)
Né à Bucarest en Roumanie, Pierre Béarn, de son vrai nom Louis-Gabriel Besnard, est un homme de lettres français. Poète, romancier, fabuliste (360 fables à son actif), journaliste, auteur de récits de voyages, critique gastronomique et littéraire, il a vécu une vie assez aventureuse avant de se fixer à Paris comme libraire. Il invente l'expression "Métro-boulot-dodo" en 1968 qui deviendra l'un des slogans de Mai 68. Fin mai 2004, quelques mois avant sa mort, il se marie à 101 ans, avec Brigitte Egger. Il meurt à l'âge de 102 ans.
Site consacré à Pierre Béarn :
http://pierrebearn.free.fr/
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 21/11/2018 - Catégorie : Saisons

Le premier givre

L'hiver est sorti de sa tombe, 
Son linceul blanchit le vallon ; 
Le dernier feuillage qui tombe 
Est balayé par l'aquilon.

Nichés dans le tronc d'un vieux saule, 
Les hiboux aiguisent leur bec ; 
Le bûcheron sur son épaule 
Emporte un fagot de bois sec.

La linotte a fui l'aubépine, 
Le merle n'a plus un rameau ; 
Le moineau va crier famine 
Devant les vitres du hameau.

Le givre que sème la bise 
Argente les bords du chemin ; 
À l'horizon la nue est grise : 
C'est de la neige pour demain.

Une femme de triste mine 
S'agenouille seule au lavoir ; 
Un troupeau frileux s'achemine 
En ruminant vers l'abreuvoir.

Dans cette agreste solitude, 
La mère, agitant son fuseau, 
Regarde avec inquiétude 
L'enfant qui dort dans le berceau.

Par ses croassements funèbres 
Le corbeau vient semer l'effroi, 
Le temps passe dans les ténèbres, 
Le pauvre a faim, le pauvre a froid 

Et la bise, encor plus amère, 
Souffle la mort. — Faut-il mourir ? 
La nature, en son sein de mère, 
N'a plus de lait pour le nourrir.

 

Arsène Houssaye (1814-1896)
Homme de lettres français également connu sous le pseudonyme de Alfred Mousse.
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 21/11/2018 - Catégorie : Temps

Visages

Nos visages
Se tissent
Dans le ventre des mères
Et puis se défissent
Dans l’enclos du temps

Ils furent soie
Ils furent lisses
En leur gloire pulpeuse

Ils furent cendres
Ils furent pierre
En leurs dernières moissons

Mais l’esprit veille encore
Sur le royaume des rides
Un sourire émaille
Nos trop brèves saisons

© Andrée CHEDID

Andrée Chedid (1920-2011)
Femme de lettres et poétesse française d'origine syro-libanaise. Elle déclare son humanisme entre autres avec son livre Le Message, écrit en 2000, en écrivant sa colère envers la guerre et la violence, à travers deux amants séparés par ces guerres. Les héroïnes de ses œuvres sont décidées, prêtes à tout pour atteindre leur objectif.
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 20/11/2018 - Catégorie : Poésie

Juste un petit poème

Juste un petit poème, léger
Comme le souffle du temps !
C'est tout ce qu'ils veulent.
C'est là ce qu'ils réclament.
Ils ont oublié que Verlaine,
Qui toujours célébrait sa mie,
Souffrait aussi affreusement.
Il est sacré le poète immortel,
Bien qu'il plût sur son cœur
Comme il pleuvait sur la ville !
La nature inondait son âme,
Quand l'amour le suppliciait !
Ils ont oublié que Baudelaire
Aimait cueillir certaines fleurs
Qui étaient loin d'être vertueuses !
Des rimes qui dansent toujours,
C'est à légitime désir de l'âme.
Las ! Des vers qui pleurent aussi
Et racontent la peine et la douleur
Foisonneront toujours, chers amis,
Pour nous parler du mal de l'être.

© Jacqueline Quentin LOUISON

Jacqueline Quentin Louison
Jacqueline Quentin Louison ou J.Q. Louison est une écrivaine et poétesse martiniquaise née en 1952. Auteur de neuf ouvrages incluant quatre recueils de poèmes, publie depuis 2005. Passionnée par l'étude des cultures, par ses déplacements en Afrique, en Amérique et en Asie, riche de son expérience de vie, l'auteure nous présente une littérature où se côtoient le quotidien et le fantastique, pour exprimer l'universalité de l'être.
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 01/11/2018 - Catégorie : Amour

Tu es plus belle que le ciel et la mer

Quand tu aimes il faut partir
Quitte ta femme quitte ton enfant
Quitte ton ami quitte ton amie
Quitte ton amante quitte ton amant
Quand tu aimes il faut partir

Le monde est plein de nègres et de négresses
Des femmes des hommes des hommes des femmes
Regarde les beaux magasins
Ce fiacre cet homme cette femme ce fiacre
Et toutes les belles marchandises

II y a l’air il y a le vent
Les montagnes l’eau le ciel la terre
Les enfants les animaux
Les plantes et le charbon de terre
Apprends à vendre à acheter à revendre
Donne prends donne prends

Quand tu aimes il faut savoir
Chanter courir manger boire
Siffler
Et apprendre à travailler

Quand tu aimes il faut partir
Ne larmoie pas en souriant
Ne te niche pas entre deux seins
Respire marche pars va-t’en

Je prends mon bain et je regarde
Je vois la bouche que je connais
La main la jambe l’œil
Je prends mon bain et je regarde

Le monde entier est toujours là
La vie pleine de choses surprenantes
Je sors de la pharmacie
Je descends juste de la bascule
Je pèse mes 80 kilos
Je t’aime

© Blaise CENDRARS

Blaise Cendrars (1887-1961)
Ecrivain et poète suisse, Blaise Cendrars interrompt ses études de médecine et de lettres pour voyager à travers le monde. Aventurier, bourlingueur, il publie son premier poème : "Les Pâques" lors dun séjour à New York. S'engageant dans la Légion étrangère pendant la Première guerre mondiale, il y perd un bras. Il obtient la nationalité française en 1916 et décide de se tourner vers le roman après un séjour au Brésil. L'œuvre de Blaise Cendrars, poésie, romans, reportages et mémoires, est placée sous le signe du voyage, de l'aventure, de la découverte et de l'exaltation du monde moderne où l'imaginaire se mêle au réel de façon inextricable.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 20/11/2018 - Catégorie : Amour

Les mains blanches, blanches...

Elle avait les mains blanches, blanches,
Comme deux frêles branches
D’un aubier de mai ;
Elle avait les mains blanches, blanches
Et c’est pour ça que je l’aimais.

Elle travaillait aux vignes ;
Mais les caresses malignes
Du grand soleil
Et l’affront des hâles
Avaient respecté sa chair pâle
Où trônait mon baiser vermeil.

Et ses mains restaient blanches, blanches,
Comme deux frêles branches
D’un aubier de mai.
Et ses mains restaient blanches, blanches
Et toujours ! toujours ! je l’aimais

Mais un monsieur de la ville
Avec ses billets de mille
Bien épinglés
Vint trouver son père
Aux fins des vendanges dernières
Et s’arrangea pour me voler…

Me voler la main blanche, blanche,
Comme une frêle branche
D’un aubier de mai,
Me voler la main blanche, blanche
La main de celle que j’aimais !

Au seul penser de la scène
Où l’Autre, en sa patte pleine
D’or et d’argent,
Broierait les mains chères
Au nez du maire et du vicaire,
J’ai laissé ma raison aux champs,

Lui ! toucher aux mains blanches, blanches,
Comme deux frêles branches
D’un aubier de mai,
Lui ! toucher aux mains blanches, blanches,
Aux mains de celle que j’aimais

La veille du mariage,
Chez le charron du village
Je fus quérir
Un fer de cognée,
Et m’en servis à la nuitée,
Quand ma belle fut à dormir.

J’ai coupé ses mains blanches, blanches,
Comme deux frêles branches
D’un aubier de mai,
J’ai coupé ses mains blanches, blanches…
C’était pour ça que je l’aimais !

 

Gaston Couté (1880-1911)
Poète libertaire et chansonnier français, il est surtout connu pour ses textes antimilitaristes, sociaux et anarchistes, utilisant parfois le patois beauceron ou l'argot.
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 18/11/2018 - Catégorie : Amour

Aimez-moi

D’aussi loin que mémoire soudaine

les pas du cœur sont comptés

ma jeunesse en cendres, la voilà

à présent je viens à vous

aimez-moi

 

Voyez, les traces aux semelles

c’est tout ce qui reste

n’en soyez pas étonnés

la foudre rejoint partout ceux qu’elle aime

épargnant aux autres

tel malheur

ou certaines vérités

 

Tous, ici, tous ceux qui habitent la peine

et que la peine habite

aimez-moi comme on aime sa patrie

à travers les murs au-delà des flammes

en l’espace d’un oiseau tranchant sa clarté

de l’océan jusqu’aux larmes

pleurez-moi, que je sois consolé

 

Je viens à vous, aimez-moi

avant la fin du monde

si le monde se meurt

je pars avec lui

 

Aimez-moi j’arrive à vous

afin de n’être pas étranger

 

À défaut d’espoir et de rêve

faites qu’à l’horizon déchirant de mon âme

se lèvent des firmaments constellés

et qu’au grand jour éperdument

je vous aime

comme on n’aime plus

© Yves BOISVERT

Yves Boisvert (1950-2012)
Poète, essayiste, dramaturge, journaliste et pédagogue canadien, Yves Boisvert est un écrivain engagé, indépendantiste inlassable qui a écrit plus de trente-cinq livres. Il est co-fondateur du Festival international de la poésie de Trois-Rivières.
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 17/11/2018 - Catégorie : Vie

L'homme se penche vers l'enfant

L’homme se penche vers l’enfant
cela se passe en un miroir
d’une chambre il y a longtemps
entre un vieux fauteuil et l’armoire

l’homme se voit comme l’enfant
ou l’inverse, entre deux regards
il pourrait s’écouler mille ans

l’enfant s’écrie c’est un miracle
l’homme répond c’est un mirage

© Jean-Claude PIROTTE

Jean-Claude Pirotte
Poète, romancier et peintre, Jean-Claude Pirotte est né à Namur en Belgique le 20 octobre 1939. Il exerce la profession d'avocat pendant onze ans avant d'être condamné à 18 mois de prison ferme pour avoir favorisé la tentative d'évasion d'un de ses clients (acte qu'il a toujours nié). Il se soustrait à l'emprisonnement en vivant clandestinement jusqu'à la péremption de sa peine en 1981.
Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 06/11/2018 - Catégorie : Poésie

Le poids d'une éponge croit

Le poids d'une éponge croit
en proportion avec le nombre
de gouttes d'eau qu'elle absorbe

Mais aucune éponge ne peut absorber
toute l'eau du monde

Quand une éponge est saturée
personne ne peut prévoir
le comportement de l'eau 
qu'elle n'absorbe plus
ni le comportement du monde

Il faut imaginer pourtant
une éponge qui absorberait 
toute l'eau du monde

Nous la mettrions 
à la place de notre mouchoir
dans la poche du coeur
Nous serions un bateau 
Nous serions le sel
Nous serions tous les fleuves 
du monde qui se jettent dans 
le ciel
Une éponge est comme une valise pure
qui contiendrait tout nos chemins

Chaque fois que nous achetons une valise 
nous croyons qu'elle va diminuer le poids
des affaires que nous y rangeons dedans

La valise idéale consiste à diminuer
le poids de ce que nous y transportons 
jusqu’à ne peser que son poids de valise 
ou à devenir plus légère que ce qu'elle était au départ jusqu'à 
ne plus exister

Dans une éponge idéale on peut 
ranger toute la mer
si on la place dans la poche du coeur

Dans une valise idéale
on peut ranger tout l'univers
la troupe engloutie des étoiles
une seule fourmi 
un seul amour

Dans un poème on peut ranger
tout l'avenir
qu'on voudrait faire exister

© Serge PEY

Serge Pey (1950-)
Ecrivain et poète français né à Toulouse, il a fondé la revue "Emeute" en 1975 puis "Tribu" en 1981. Avec "Los Afiladores" : les aiguiseurs de couteaux, il met en œuvre la poésie d'action-Flamenco. Créateur de situations, il rédige ses textes sur des bâtons avec lesquels il réalise ses scansions, ses performances et les rituels de ses poèmes d'action. Il a reçu le Grand Prix national de Poésie en 2017. Le Prix Guillaume-Apollinaire lui a été remis le 6 novembre 2017 pour son ouvrage Flamenco.
Site officiel : http://sergepey.fr/

Posté le 07/11/2018 - Catégorie : Poésie

Il suffit

Il suffit de poser les mots
Bord à bord
En suivant le fil à plomb
De l'inspiration
Et le mur de la poésie se construit
Enjambement de briques
Ciment symétrique
La truelle rattrape
La rime qui dérape
Lisse l'adverbe rebelle
Et l'épithète qui fait la belle
Le poète est un maçon
Qui du mot fait une maison
Ouverte dans tous les sens
Et à tous les visiteurs du bonheur

© Joël SADELER

Joël Sadeler (1938-2000)
Poète français qui a donné son nom au prix Joël Sadeler récompensant chaque année depuis 2001 un recueil de poésie destiné à la jeunesse. Il a été enseignant dans un collège sarthois et animateur en poésie. Amoureux des mots, des sons et des images, il rend sa poésie, parfois grave mais souvent drôle, accessible à un jeune public.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 17/11/2018 - Catégorie : Amour

L'aube, je t'aime

L'aube, je t'aime j'ai toute la nuit dans les veines

Toute la nuit je t'ai regardée

J'ai tout à deviner je suis sûr des ténébres

Elles me donnent le pouvoir

De t'envelopper

De t'agiter désir de vivre

Au sein de mon immobilité

Le pouvoir de te révèler

De te libérer de te perdre

Flamme invisible dans le jour

Si tu t'en vas la porte s'ouvre sur le jour

Si tu t'en vas la porte s'ouvre sur moi-même.

© Paul ELUARD

Paul Eluard (1895-1952)
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 01/11/2018 - Catégorie : Amour

Cet amour

Cet amour  
Si violent  
Si fragile  
Si tendre  
Si désespéré  
Cet amour  
Beau comme le jour  
Et mauvais comme le temps  
Quand le temps est mauvais  
Cet amour si vrai   
Cet amour si beau  
Si heureux  
Si joyeux  
Et si dérisoire  
Tremblant de peur comme un enfant dans le noir  
Et si sûr de lui  
Comme un homme tranquille au milieu de la nuit  
Cet amour qui faisait peur aux autres  
Qui les faisait parler  
Qui les faisait blémir 
Cet amour guetté 
Parce que nous le guettions 
Traqué blessé piétiné achevé nié oublié 
Parce que nous l'avons traqué blessé piétiné achevé nié oublié 
Cet amour tout entier 
Si vivant encore 
Et tout ensoleillé 
C'est le tien 
C'est le mien 
Celui qui a été 
Cette chose toujours nouvelles 
Et qui n'a pas changé 
Aussi vraie qu'une plante 
Aussi tremblante qu'un oiseau 
Aussi chaude aussi vivante que l'été 
Nous pouvons tous les deux 
Aller et revenir 
Nous pouvons oublier 
Et puis nous rendormir 
Nous réveiller souffrir vieillir 
Nous endormir encore 
Rêver à la mort 
Nous éveiller sourire et rire 
Et rajeunir 
Notre amour reste là 
Têtu comme une bourrique 
Vivant comme le désir 
Cruel comme la mémoire 
Bête comme les regrets 
Tendre comme le souvenir 
Froid comme le marbre 
Beau comme le jour 
Fragile comme un enfant 
Il nous regarde en souriant 
Et il nous parle sans rien dire 
Et moi j'écoute en tremblant 
Et je crie 
Je crie pour toi 
Je crie pour moi 
Je te supplie 
Pour toi pour moi et pour tous ceux qui s'aiment 
Et qui se sont aimés 
Oui je lui crie 
Pour toi pour moi et pour tous les autres 
Que je ne connais pas 
Reste là 
Là où tu es 
Là où tu étais autrefois 
Reste là 
Ne bouge pas 
Ne t'en va pas 
Nous qui sommes aimés 
Nous t'avons oublié 
Toi ne nous oublie pas 
Nous n'avions que toi sur la terre 
Ne nous laisse pas devenir froids 
Beaucoup plus loin toujours 
Et n'importe où 
Donne-nous signe de vie 
Beaucoup plus tard au coin d'un bois 
Dans la forêt de la mémoire 
Surgis soudain 
Tends-nous la main 
Et sauve-nous.
© Jacques PREVERT

Jacques Prévert (1900-1977)
Poète, scénariste, parolier et artiste français, Jacques Prévert devient un poète populaire grâce à son langage familier et à ses jeux sur les mots. Ses poèmes sont célèbres dans le monde francophone et appris dans les écoles françaises.
Sa biographie : http://xtream.online.fr/

Posté le 01/11/2018 - Catégorie : Sensualité

Sanguine

La fermeture éclair a glissé sur tes reins
et tout l’orage heureux de ton corps amoureux
au beau milieu de l’ombre
a éclaté soudain
Et ta robe en tombant sur le parquet ciré
n’a pas fait plus de bruit
qu’une écorce d’orange tombant sur un tapis
Mais sous nos pieds
ses petits boutons de nacre craquaient comme des pépins
Sanguine
joli fruit
la pointe de ton sein
a tracé une nouvelle ligne de chance
dans le creux de ma main
Sanguine
joli fruit
Soleil de nuit.

© Jacques PREVERT

Jacques Prévert (1900-1977)
Poète, scénariste, parolier et artiste français, Jacques Prévert devient un poète populaire grâce à son langage familier et à ses jeux sur les mots. Ses poèmes sont célèbres dans le monde francophone et appris dans les écoles françaises.
Sa biographie : http://xtream.online.fr/

Posté le 26/10/2018 - Catégorie : Inclassables

Il me reste un pays

Il me reste un pays à te dire
Il me reste un pays à nommer

Il est au tréfonds de toi
N’a ni président ni roi
Il ressemble au pays même
Que je cherche au coeur de moi

Voilà le pays que j’aime

Il me reste un pays à prédire
Il me reste un pays à semer

Vaste et beau comme la mer
Avant d’être découvert
Puis ne tient pas plus de place
Qu’un brin d’herbe sous l’hiver
Voilà mon jeu et ma chasse

Il te reste un pays à connaître
Il te reste un pays à donner

C’est un pont que je construis
De ma nuit jusqu’à ta nuit
Pour traverser la rivière
Froide, obscure, de l’ennui
Voilà le pays à faire

Il me reste un nuage à poursuivre
Il me reste une vague à dompter

Homme, un jour tu sonneras
Cloches de ce pays-là
Sonnez, femmes, joies et cuivres
C’est notre premier repas
Voilà le pays à vivre

Il nous reste un pays à surprendre
Il nous reste un pays à manger

Tous ces pays rassemblés
Feront l’homme champ de blé
Chacun sème sa seconde
Sous l’amour qu’il faut peler
Voilà le pays du monde

Il nous reste un pays à comprendre
Il nous reste un pays à changer

© Gilles VIGNEAULT

Gilles Vigneault
Né le 27 octobre 1928 à Natashquan au Québec, Gilles Vigneault est un poète, auteur de contes et de chansons, auteur-compositeur-interprète québécois. Ardent défenseur de la langue française, c'est un auteur prolifique (plus de 400 poèmes) dont les chansons représentent quelque quarante albums édités. Ses écrits parlent abondamment des gens et de Natashquan, qui a eu, en 1996, la particularité d''être inaccessible par la route, dépendant ainsi des transports maritimes.
Site officiel :
http://gillesvigneault.com/
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

soleil
Posté le 26/10/2018 - Catégorie : Inclassables

Le soleil rouge

Le soleil rouge nous regarde
Nous regardent les oiseaux
Sur les plages du sommeil

La vague blanche nous regarde
Nous regardent les enfants
Aux terrasses de l’été

La lune bleue nous regarde
Nous regardent les roseaux
Sur les berges du réveil

Le poisson de jais nous regarde
Nous regardent les hiboux
Sous les greniers de la nuit

Les grands arbres nous regardent
Nous regarde le ciel noir
Sur les étangs apaisés

Le sable-feu nous regarde
Nous regardent les cyprès
Sur les collines du vent

Je te regarde tu me regardes
Nous sommes regardés.
© Frédéric-Jacques TEMPLE

Frédéric-Jacques Temple 
Né le 18 août 1921 à Montpellier, Frédéric-Jacques Temple est un écrivain et poète français.Très diverse dans sa forte unité, son œuvre comprend des poèmes (recueillis en 1989 dans une Anthologie personnelle), des romans, des récits de voyage et des essais.
Son blog :
https://lesuniversdetemple.wordpress.com/   Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 26/10/2018 - Catégorie : Lieux

En marchant vers le mont Tremblant

A Gaston Miron

Je suis lac, je mélèze,
je raquette, je harfange,
je portage, j’épinette,
je boucane, je castore,
je saumone, je traineaude,
j’omble, je truite, j’ourse,
j’orignale, je mirone,
je hurone, je rondine,
j’érablise, je québèque,

le cœur en fête, je marche :
là est le Sud, aussi.

© Frédéric-Jacques TEMPLE

Frédéric-Jacques Temple
Né le 18 août 1921 à Montpellier, Frédéric-Jacques Temple est un écrivain et poète français.Très diverse dans sa forte unité, son œuvre comprend des poèmes (recueillis en 1989 dans une Anthologie personnelle), des romans, des récits de voyage et des essais.
Son blog :
https://lesuniversdetemple.wordpress.com/  
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 26/10/2018 - Catégorie : Liberté

Negro Spiritual

Nous sommes la nuit des faces noires

en marche vers la lumière

la nuit des faces noires

qui montent vers l’aurore

Nous sommes les affamés

du soleil de la liberté.

Nous tendons nos mains enchaînées

vers la levée des roses

Nous tendons nos mains couleur de lune

vers le paradis des roses

nos mains de nègres

vers la saignée de l’espoir.

Nous cernons le bonheur des hommes

qui se sont emparés du soleil

Nous cernons le bonheur lumineux des hommes

dont la liberté nous néglige.

Nous voulons goûter au bonheur

de la lumière des hommes dans la joie

Nous voulons marcher dans la lumière

des hommes lumineux de joie

Et que soit oubliée la nuit de nos visages.

Nous voulons que la nuit de nos coeurs

se dissipe

et que devienne lumineux

notre corps

Nous voulons que s’illumine dans la joie

notre corps de douleur

Notre corps semblable au vôtre

© Pierre BEARN

Pierre Béarn (1902-2004)
Né à Bucarest en Roumanie, Pierre Béarn, de son vrai nom Louis-Gabriel Besnard, est un homme de lettres français. Poète, romancier, fabuliste (360 fables à son actif), journaliste, auteur de récits de voyages, critique gastronomique et littéraire, il a vécu une vie assez aventureuse avant de se fixer à Paris comme libraire. Il invente l'expression "Métro-boulot-dodo" en 1968 qui deviendra l'un des slogans de Mai 68. Fin mai 2004, quelques mois avant sa mort, il se marie à 101 ans, avec Brigitte Egger. Il meurt à l'âge de 102 ans.
Site consacré à Pierre Béarn :
http://pierrebearn.free.fr/
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 26/10/2018 - Catégorie : Femme

Les cheveux

Simone, il y a un grand mystère
Dans la forêt de tes cheveux.

Tu sens le foin, tu sens la pierre
Où des bêtes se sont posées ;
Tu sens le cuir, tu sens le blé,
Quand il vient d’être vanné ;
Tu sens le bois, tu sens le pain
Qu’on apporte le matin ;
Tu sens les fleurs qui ont poussé
Le long d’un mur abandonné ;
Tu sens la ronce, tu sens le lierre
Qui a été lavé par la pluie ;
Tu sens le jonc et la fougère
Qu’on fauche à la tombée de la nuit ;
Tu sens la ronce, tu sens la mousse,
Tu sens l’herbe mourante et rousse
Qui s’égrène à l’ombre des haies ;
Tu sens l’ortie et le genêt,
Tu sens le trèfle, tu sens le lait ;
Tu sens le fenouil et l’anis ;
Tu sens les noix, tu sens les fruits
Qui sont bien mûrs et que l’on cueille ;
Tu sens le saule et le tilleul
Quand ils ont des fleurs plein les feuilles ;
Tu sens le miel, tu sens la vie
Qui se promène dans les prairies ;
Tu sens la terre et la rivière ;
Tu sens l’amour, tu sens le feu.

Simone, il y a un grand mystère
Dans la forêt de tes cheveux.

Remy de Gourmont (1858-1915)
Remy de Gourmont est un écrivain français, à la fois romancier, journaliste et critique d'art, proche des symbolistes.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 26/09/2018 - Catégorie : Saisons

Le vent d'automne

Comme je l’aime le vent d’automne
quand je l’entends à ma fenêtre
Et qu’il sonne

Comme je l’aime le vent d’automne
quand il caresse ma cheminée
Et qu’il ramone

Comme je l’aime le vent d’automne
quand il s’arrête d’un coup
Et puis résonne

Comme je l’aime le vent d’automne
qui m’amène un peu l’hiver
Mais je lui pardonne

Comme je l’aime le vent d’automne
quand je suis dans mon lit
Et que je m’abandonne
© Elodie SANTOS

Elodie Santos
On sait très peu de choses sur cette auteure, sinon que plusieurs de ses textes sont publiés sur poetica.fr et paroles2chansons.fr

Posté le 26/10/2018 - Catégorie : Amour

Mon bel amour

Mon bel amour navigateur
mains ouvertes sur les songes
tu sais la carte de mon coeur
les jeux qui te prolongent
et la lumière chantée de ton âme

qui ne devine ensemble
tout le silence les yeux poreux
ce qu'il nous faut traverser le pied secret
ce qu'il nous faut écouter
l'oreille comme un coquillage
dans quel pays du son bleu
amour émoi dans l'octave du don

sur la jetée de la nuit
je saurai ma présence
d'un voeu à l'azur ton mystère
déchiré d'un espace rouge-gorge

© Gaston MIRON

Gaston Miron (1928-1996)
Poète et éditeur québécois, Gaston Miron est considéré comme un éminent poète national du Québec.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 22/10/2018 - Catégorie : Saisons

Les écoliers

Sur la route couleur de sable
En capuchon noir et pointu,
Le « moyen », le « bon », le « passable »
Vont, à galoches que veux-tu
Vers leur école intarissable.

Ils ont dans leur plumier des gommes
Et des hannetons du matin,
Dans leurs poches, du pain, des pommes,
Des billes, ô précieux butin
Gagné sur d’autres petits hommes.

Ils ont la ruse et la paresse
— Mais l’innocence et la fraîcheur
Près d’eux les filles ont des tresses
Et des veux bleus couleur de fleur
Et de vraies fleurs pour la maîtresse.

Puis, les voilà tous à s’asseoir
Dans l’école crépie de lune,
On les enferme jusqu’au soir
Jusqu’à ce qu’il leur pousse plume
Pour s’envoler. Après, bonsoir !

Ça vous fait des gars de charrue
Qui fument, boivent le gros vin,
Puis des ménagères bourrues
Dosant le beurre et le levain.
Billevesées, coquecigrues,
Ils vous auront connues en vain
Dans leurs enfances disparues !

© Maurice FOMBEURE

Maurice Fombeure (1906-1981)
Issu d'une famille d'agriculteurs du Poitou, Maurice Fombeure a été professeur de lettres et a publié son premier recueil en 1930. Très attaché à sa région natale, il a été très actif dans les milieux littéraires de la capitale, et obtient le grand prix de poésie de la ville de Paris en 1958.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 24/10/2018 - Catégorie : Vie

Chanson

Quand il est entré dans mon logis clos,
J’ourlais un drap lourd près de la fenêtre,
L’hiver dans les doigts, l’ombre sur le dos…
Sais-je depuis quand j’étais là sans être ?

Et je cousais, je cousais, je cousais…
- Mon cœur, qu’est-ce que tu faisais ?

Il m’a demandé des outils à nous.
Mes pieds ont couru, si vifs, dans la salle,
Qu’ils semblaient, – si gais, si légers, si doux, -
Deux petits oiseaux caressant la dalle.

De-ci, de-là, j’allais, j’allais, j’allais…
- Mon cœur, qu’est-ce que tu voulais ?

Il m’a demandé du beurre, du pain,
- Ma main en l’ouvrant caressait la huche –
Du cidre nouveau, j’allais et ma main
Caressait les bols, la table, la cruche.

Deux fois, dix fois, vingt fois je les touchais…
- Mon cœur, qu’est-ce que tu cherchais ?

Il m’a fait sur tout trente-six pourquoi.
J’ai parlé de tout, des poules, des chèvres,
Du froid et du chaud, des gens, et ma voix
En sortant de moi caressait mes lèvres…

Et je causais, je causais, je causais…
- Mon cœur, qu’est-ce que tu disais ?

Quand il est parti, pour finir l’ourlet
Que j’avais laissé, je me suis assise…
L’aiguille chantait, l’aiguille volait,
Mes doigts caressaient notre toile bise…

Et je cousais, je cousais, je cousais…
- Mon cœur, qu’est-ce que tu faisais ?

© Marie NOEL

Marie Noël (1883-1967)
De son vrai nom Marie Rouget, Marie Noël est une poétesse et écrivaine française. Femme passionnée et tourmentée, elle n’est souvent connue que pour ses œuvres de « chanson traditionnelle », au détriment de ses écrits plus sombres, dont la valeur littéraire et la portée émotive sont pourtant bien plus fortes. 
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 26/10/2018 - Catégorie : Saisons

Matin d'octobre

C'est l'heure exquise et matinale
Que rougit un soleil soudain. 
A travers la brume automnale 
Tombent les feuilles du jardin.

Leur chute est lente. Ou peut les suivre 
Du regard en reconnaissant
Le chêne à sa feuille de cuivre, 
L'érable à sa feuille de sang.

Les dernières, les plus rouillées, 
Tombent des branches dépouillées : 
Mais ce n'est pas l'hiver encor.

Une blonde lumière arrose 
La nature, et, dans l'air tout rose,
On croirait qu'il neige de l'or.

 

François Coppée (1842-1908)
Autres textes :
Rythme des vagues
La cueillette des cerises

Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 26/10/2018 - Catégorie : Amour

Ainsi soit elle

Oui, nous ferons la croix ensemble,
Et je te clouerai sur le lit
Et je mêlerai mes membres
Aux tiens, ma petite amie.

Oui, cela ferons ensemble
Et je te prendrai la main
Comme à l’enfant pour descendre
Dans le ravin.

Nous jouirons de nous surprendre
Ainsi liés, oui, c’est promis,
Et caresserons nos cendres,
Avec mépris.

Nous regarderons en face
Nos deux pauvres corps meurtris
Sans y voir malice, et fasse
Que le bon Dieu n’y soit. Ainsi

Nous pourrons tous deux survivre
A cet enfer et paradis
Ainsi nous mourrons, et vive
Après l’hiver, l’âpre fruit.

Car il faut que tout finisse
En splendeur, chemise ou non
Ah! que le jour serait triste
Sans la nuit qui dit son nom.

Le plaisir veut qu’on y pense
Un rien de plus qu’il ne vaut
Que la bête en nous dépense
Son crescendo.

A l’amour rendons les armes,
Il nous dérange si peu !
Sois tel un soldat. Les larmes
Ne sont rien qu’un coup de feu

Qu’à personne l’on destine
Sans savoir pourquoi, comment,
Dresse ton corps et calcine
Ton sempiternel tourment.

Laisse-toi souffrir, ma belle,
Moi je laisse aller mon coeur.
Ainsi le navire appelle
L’ancre. Ainsi l’âme soeur, ma soeur.
© Georges PERROS

Georges Perros (1923-1978)
Georges Perros (de son vrai nom Georges Poulot), est un écrivain et comédien français. Il étudie l'art dramatique de 1939 à 1946. Engagé à la Comédie-Française, il renonce pourtant au métier de comédien en 1950, devient alors lecteur au TNP de Jean Vilar, puis pour le compte des Éditions Gallimard, où il se lie d'amitié avec les principaux membres de la NRF. Retiré en Bretagne, à Douarnenez dès 1959, il est mort d'un cancer du larynx le 24 janvier 1978 à Paris.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 26/10/2018 - Catégorie : Vie

La nuit n'est jamais complète

La nuit n’est jamais complète.
Il y a toujours, puisque je le dis,
Puisque je l’affirme,
Au bout du chagrin
Une fenêtre ouverte, une fenêtre éclairée

Il y a toujours un rêve qui veille,
Désir à combler, Faim à satisfaire,
Un cœur généreux,
Une main tendue, une main ouverte,
Des yeux attentifs,
Une vie, la vie à se partager.

La nuit n’est jamais complète.
© Paul ELUARD

Paul Eluard (1895-1952)
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 26/10/2018 - Catégorie : Temps

Extraits du recueil "Cicatrice de l'Avant-jour"

Dans la chambre
fermée à clé
la nuit cogne
contre les meubles
tu ne l’entends pas
contre toi elle se glisse
dans les draps froids
elle se glisse et se faufile
entre tes cuisses
elle a la douceur de l’éclair
et le visage de l’oubli
tu voudrais la saisir
son odeur te poursuit
t’enveloppe d’insomnie
jusqu’à l’aube

*****

Rideaux d’acier
baissés – la respiration
suspendue
aux cris funestes
des sirènes
où es-tu mon amour
la nuit tisse sa toile
longe les murs
s’attarde aux reflets
troués des vitrines –
un visage d’ange
regarde le ciel
pétrifié

© Lydia PADELLEC

Lydia Padellec
Née en 1976 à Paris, Lydia Padellec est poète, haïjin, plasticienne. Passionnée par les livres d’artistes, elle a créé en 2010 les éditions de la Lune Bleue consacrées aux poètes et artistes contemporains. Publiée dans plusieurs revues (Poésie/première, N4728, Incertain regard, Terre à ciel, Cairns, Mouvances…) et anthologies en France et à l’étranger. Elle a publié une dizaine de recueils.
Cicatrice de l'Avant-jour est né du bouleversement provoqué par les événements tragiques de novembre 2015 à Paris.
Découvrir son blog :
http://surlatraceduvent.blogspot.com/

Posté le 26/10/2018 - Catégorie : Nourriture

Les pommes respirent

Ne laissez pas l’amour s’échapper de ses pommes.
Ce sont des fruits mordus, sucrés, puis oubliés.
On trouve dans l’herbage ce qui reste d’un homme ;
pulpes mortes et fraîches, chair qui perdit son nacré.

Le pommier a fleuri dans le gel d’hiver ;
ses pétales ont été emportés au loin par un vent sec.
L’écorce s’est fendue, la mousse est sa misère ;
une roue a écrasé ses pépins, la neige les enterre.

L’amour charnu bouge dans le vent froid,
pomme jaunie par les soucis :
c’est un nomade abandonné sans être en vie,
quel amant a choisi d’être un dieu sans carquois ?

Amour rouge et rond telle une pomme douce,
on retrouve des traces de dents sur la peau neuve.
Est-ce un baiser perdu dont la sève s’abreuve ?
On oublie le pas discret d’une saison trop rousse.

Amour, quoi de plus secret, perdu, abandonné,
la guêpe a mordu son cœur qui fut le tien.
Tu roules sur le chemin avec les chiens,
tu te laisses enfermer dans un blanc compotier.

Amour comestible dont le jus fait du bien.

© Jean CAYROL

Jean Cayrol (1911-2005)
Poète, romancier, essayiste, éditeur et résistant français. L'écriture de Cayrol, dominée par la figure de Lazare, revenu d'entre les morts, représentation du retour de l'univers concentrationnaire, s'est toujours située dans une modernité radicale, avant même l'émergence du « nouveau roman ». Les personnages sont passifs et anonymes face à un monde dépourvu de sens, dans un espace détaché de la conception narrative classique.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 27/10/2018 - Catégorie : Guerre

Nuit et brouillard

Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants
Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent

Ils se croyaient des hommes, n'étaient plus que des nombres
Depuis longtemps leurs dés avaient été jetés
Dès que la main retombe, il ne reste qu'une ombre
Ils ne devaient jamais plus revoir un été

La fuite monotone et sans hâte du temps
Survivre encore un jour, une heure, obstinément
Combien de tours de roues, d'arrêts et de départs
Qui n'en finissent pas de distiller l'espoir

Ils s'appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel
Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vishnou
D'autres ne priaient pas, mais qu'importe le ciel
Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux

Ils n'arrivaient pas tous à la fin du voyage
Ceux qui sont revenus peuvent-ils être heureux
Ils essaient d'oublier, étonnés qu'à leur âge
Les veines de leurs bras soient devenues si bleues

Les Allemands guettaient du haut des miradors
La lune se taisait comme vous vous taisiez
En regardant au loin, en regardant dehors
Votre chair était tendre à leurs chiens policiers

On me dit à présent que ces mots n'ont plus cours
Qu'il vaut mieux ne chanter que des chansons d'amour
Que le sang sèche vite en entrant dans l'histoire
Et qu'il ne sert à rien de prendre une guitare

Mais qui donc est de taille à pouvoir m'arrêter
L'ombre s'est faite humaine, aujourd'hui c'est l'été
Je twisterais les mots s'il fallait les twister
Pour qu'un jour les enfants sachent qui vous étiez

Vous étiez vingt et cent, vous étiez des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiriez la nuit de vos ongles battants
Vous étiez des milliers, vous étiez vingt et cent

© Jean FERRAT

Jean Ferrat (1930-2010)
Jean Tenenbaum, dit Jean Ferrat, est un auteur-compositeur-interprète français. Auteur de chansons à texte, il alterne durant sa carrière chansons sentimentales, chansons poétiques et chansons engagées et a souvent maille à partir avec la censure. Reconnu pour son talent de mélodiste, il met en musique et popularise nombre de poèmes de Louis Aragon avec l'approbation de celui-ci.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 04/12/2018 - Catégorie : Guerre

Par le sang versé

Le monde entier disait : la France est en danger

Les barbares demain, camperont dans ses plaines

Alors, cet homme que nous nommions "l'étranger"

Issus des monts latins ou des rives hellènes

 

Ou des bords d'outre-mers, s'étant pris à songer

Au sort qui menaçait les libertés humaines

Vint à nous, et s'offrant d'un cœur libre et léger

Dans nos rangs s'élança sur les hordes germaines

 

Quatre ans, il a peiné, lutté, saigné, souffert !

Et puis un soir, il est tombé, dans cet enfer..

Qui sait si l'inconnu qui dort sous l'arche immense

 

Mêlant sa gloire épique aux orgueils du passé

N'est pas cet étranger devenu fils de France

Non par le sang reçu mais par le sang versé.

© Pascal BONETTI

Pascal Bonetti (1884-1975)
Poète et journaliste français, il fut président puis président d'honneur de la Société des Poètes Français. L'ensemble de son œuvre poétique a reçu en 1961 le Prix d’Académie de l'Académie française.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 27/10/2018 - Catégorie : Alcool

Le vin des amants

Aujourd’hui l’espace est splendide !
Sans mors, sans éperons, sans bride,
Partons à cheval sur le vin
Pour un ciel féerique et divin !

Comme deux anges que torture
Une implacable calenture,
Dans le bleu cristal du matin
Suivons le mirage lointain !

Mollement balancés sur l’aile
Du tourbillon intelligent,
Dans un délire parallèle,

Ma soeur, côte à côte nageant,
Nous fuirons sans repos ni trêves
Vers le paradis de mes rêves !

Charles Baudelaire (1821-1867)
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia 

Posté le 28/10/2018 - Catégorie : Guerre

Un poème

Un poème pour la terre
et le blé surgira
comme l’oiseau.

Un poème pour l’arbre,
et la feuille dira
le chant des sèves.

Un poème pour l’eau,
et la lumière
se peuplera de sources.

Un poème pour le chemin,
et le nuage nous apprendra
où se cachent les rêves.

Un poème pour le silence
et le vieux temps des fables
chaussera ses sabots
puisque tout sera dit
© Christian DA SILVA

Christian Da Silva (1937-1994)
Christian Da Silva est un poète, diseur, chanteur, homme de scène, l'un des principaux promoteurs de l'introduction de la poésie contemporaine dans le milieu scolaire. Il fonde et anime la revue Verticales 12 et y publie ses premiers poèmes en 1968 ainsi qu'aux éditions Encres vives avec Cendres sera mon aube. Il a obtenu le Prix Malrieu en 1990. 

Posté le 28/10/2018 - Catégorie : Mer

L'algue

Elle qui sait danser

Dit à la mer

Que sa vague est trop forte.

 

Elle qui vient des sables

Porte en mémoire

Des chateaux très anciens.

 

Elle, la nuit

Renait les étoiles

Et les caresse de ses doigts.

 

Aile devient

Sa longue main d'eau verte

Et fait oiseau

Le poisson bleu des fonds.

 

Elle qui sait danser

s'arrachera aux sables

Pour s'enivrer d'écume

Et mourir au matin. 
© Christian DA SILVA

Christian Da Silva (1937-1994)
Christian Da Silva est un poète, diseur, chanteur, homme de scène, l'un des principaux promoteurs de l'introduction de la poésie contemporaine dans le milieu scolaire. Il fonde et anime la revue Verticales 12 et y publie ses premiers poèmes en 1968 ainsi qu'aux éditions Encres vives avec Cendres sera mon aube. Il a obtenu le Prix Malrieu en 1990. 

Posté le 30/10/2018 - Catégorie : Saisons

Neige

Neige dehors neige dedans
neige lente sur les frissons
neige noire à crever les yeux
pas un humain qui vous réponde
il doit leur neiger sur la voix
est-ce que tout le monde est mort
est-ce que je suis le dernier vivant
enfoui sous quelques flocons de rien
(posant le rien tout autour je veux dire)
corrompu jusqu’à l’os par le deuil et le froid
car il neige à n’en plus finir
de plein fouet sur le chagrin
comme autrefois doucement sans pardon
neige légère à serrer le cœur
neige lourde à tuer le temps
c’est bien l’éternité comme prévu
qui précipite exactement sur moi
c’est tout simple il ne fallait pas naître

© Ludovic JANVIER

Ludovic Janvier (1934-2016)
D'ascendance haïtienne, Ludovic Janvier est un romancier, essayiste, nouvelliste et poète français. Il est le petit-fils de l'écrivain et homme politique haïtien Louis-Joseph Janvier.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Posté le 30/10/2018 - Catégorie : Alcool

Oraison du soir

Je vis assis, tel qu’un ange aux mains d’un barbier,
Empoignant une chope à fortes cannelures,
L’hypogastre et le col cambrés, une Gambier
Aux dents, sous l’air gonflé d’impalpables voilures.

Tels que les excréments chauds d’un vieux colombier,
Mille rêves en moi font de douces brûlures ;
Puis par instants mon cœur triste est comme un aubier
Qu’ensanglante l’or jaune et sombre des coulures.

Puis quand j’ai ravalé mes rêves avec soin,
Je me tourne, ayant bu trente ou quarante chopes,
Et me recueille pour lâcher l’âcre besoin.

Doux comme le Seigneur du cèdre et des hysopes,
Je pisse vers les cieux bruns, très haut et très loin,
Avec l’assentiment des grands héliotropes.


Arthur Rimbaud (1854-1891)
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia 

Posté le 31/10/2018 - Catégorie : Saisons

Matin d'hiver

La brume conservait un goût de rêve étrange,
Déliant la candeur des secrets de la nuit,
Elle mêlait ainsi le soleil et l’ennui
Sous le voile infini de son aile d’archange ;

Déliant la candeur des secrets de la nuit
La neige regardait l’étoile ou le nuage,
Pâle comme un soupir, triste comme un naufrage,
Elle mêlait ainsi le soleil et l’ennui ;

La neige regardait l’étoile ou le nuage
Lorsque je m’éveillai dans le petit matin
Bercée par la douceur d’un rayon de satin…
Pâle comme un soupir, triste comme un naufrage.

© Isabelle CALLIS-SABOT

Isabelle Callis-Sabot
Née à Montpellier en 1958. Après des études d’ergothérapie, elle se consacre à l’écriture. D’abord poète, elle commence par publier quelques recueils, avant de se tourner vers le roman. Le Bugey, où elle est venue s’installer, devient la source de son inspiration, par la richesse de son histoire et la beauté de ses paysages. En 2009, elle quitte son pays d’adoption et choisit de vivre dans le Sud de la France. Un retour aux origines, un choix déterminé, un endroit où elle puisera le thème de ses futurs ouvrages.
Site officiel :
http://www.isabelle-callis-sabot.net/

Posté le 08/11/2018 - Catégorie : Guerre

La paix disent-elles
La guerre font-ils

Nous avions maquillé nos yeux pour contempler le ciel
Et rougi nos lèvres de grenades pour embrasser la terre
Nous avions arrondi nos ventres pour honorer le monde

Les oiseaux se sont tus
Ô silence des déserts rendus plus arides 
Sous l'acharnement des chars
Que reste-t-il sous la cendre ?
Nous cherchons les chemins, les champs 
Dévastés par les bottes

Nos yeux sont cernés de deuil, nos jardins de décombres

Nos sexes ont été fouaillés au nom des frontières 
Nos bouches souillées
Nos ventres ont accouché d'enfants traîtres

Ô paix abandonnée aux ronces
Mariée couronnée de la fleur d'oranger
Laissée blanche dans un cortège funèbre
Nous demeurons tes filles d'honneur
Et 
Nos voix continuent d'élever leurs chants au milieu des salves
Nos pieds continuent de fouler la terre gorgée de sang

Nous nous vêtirons à nouveau pour les noces 
Nous nous parfumerons à nouveau de jasmin
Nos maisons s'ouvriront à nouveau au voyageur

L'écho de nos incantations poursuivra notre légende

© Ghislaine LELOUP

Ghyslaine Leloup
Née en février 1956, Ghislaine Leloup a passé son enfance en Normandie, en contact permanent avec la nature et la mer. Études de Littérature française et comparée. Travaille dans le secteur artistique, notamment dans les domaines de la musique et des arts visuels. 1er recueil de poésie publié en 1999.

Posté le 09/11/2018 - Catégorie : Guerre

Pour l'exemple

pas de clairon
ni de couronne
juste une chanson
celle de Craonne

pour les mutins
d’la der des ders
pour le trop-plein
de leurs colères

chemins des drames
bout du rouleau
poser les armes
l’assaut de trop

jours sans soleils
il fait si froid
même nos sommeils
portent leurs croix

tombe la sentence
du déshonneur
morts pour l’offense
au champ d’horreur

alors adieux
frères de combat
quel douloureux
jour ce trépas

c’est en soldats
que nous mourons
ne laissez pas
salir nos noms

même sans clairon
même sans couronne
reste une chanson
celle de Craonne

© Dessin de Jean Droit - Les boues de la Somme
dessins1418.fr

© Didier VENTURINI

Didier Venturini
Auteur, compositeur, interprète et aussi poète, né à Chambéry en 1959. A publié 2 CD "Orange brûlée" en 2007 et "Dernière Fable" en 2010.
Site officiel : http://www.didierventurini.com/

Posté le 09/11/2018 - Catégorie : Guerre

14-18 Folie meurtrière

14-18
C’était la grande guerre
Ils ont vécu l’enfer
C’était la grande guerre
La folie meurtrière
Par un beau jour d’été
Sous un ciel bleu d’azur
Le clairon a sonné
Pour la grande aventure
Ils partirent faire la guerre
Au nom de la patrie
Ils étaient jeunes et fiers
Et la fleur au fusil
Mais du chemin des dames
Au fort de Douaumont
Ils ont perdu leur âme
Sous le feu des canons
Avec la peur au ventre
Ils chantaient la Madelon
En plein mois de décembre
Quand ils montaient au front
Ils tombaient un à un
Fauchés par la mitraille
De la Marne à Verdun
Au coeur de la bataille
Partout des trous de bombes
Partout des trous d'obus
Comme la fin d'un monde
Qui leur tombait dessus
Ils ont pleuré de joie
Le jour de l’armistice
Quand enfin arriva
La fin de leur supplice
Après un grand silence
Les cloches de la paix
Dans le ciel de France
Se mirent à sonner
14-18
C’était la grande guerre
C’était la der des ders
Mais cette grande guerre
Ne fut pas la dernière
© Jacques-Hubert FROUGIER

Dessin de François Flameng - Sur la route de Verdun
dessins1418.fr

Jacques-Hubert Frougier

Posté le 09/11/2018 - Catégorie : Guerre

Les larmes se ressemblent

Dans le ciel gris des anges de faïence
Dans le ciel gris des sanglots étouffés
Il me souvient de ces jours de Mayence
Dans le Rhin noir pleuraient des filles-fées
On trouvait parfois au fond des ruelles
Un soldat tué d’un coup de couteau
On trouvait parfois cette paix cruelle
Malgré le jeune vin blanc des coteaux
J’ai bu l’alcool transparent des cerises
J’ai bu les serments échangés tout bas
Qu’ils étaient beaux les palais les églises
J’avais vingt ans
Je ne comprenais pas
Qu’est-ce que je savais de la défaite
Quand ton pays est amour défendu
Quand il te faut la voix des faux-prophètes
Pour redonner vie à l’espoir perdu
Il me souvient de chansons qui m’émurent
Il me souvient des signes à la craie
Qu’on découvrait au matin sur les murs
Sans en pouvoir déchiffrer les secrets
Qui peut dire où la mémoire commence
Qui peut dire où le temps présent finit
Où le passé rejoindra la romance
Où le malheur n’est qu’un papier jauni
Comme l’enfant surprit parmi ses rêves
Les regards bleus des vaincus sont gênants
Le pas des pelotons à la relève
Faisait frémir le silence rhénan

Dessin de Jean Lefort - Retour des tranchées
dessins1418.fr

© Louis ARAGON

Louis Aragon (1897-1982)
Poète et romancier français, il participe au mouvement dadaïste et surréaliste aux côtés de André Breton. En 1928, sa rencontre avec Elsa Triolet, l'amour de sa vie, lui inspirera de nombreux poèmes.
Autres textes
C'est une chose à la fin que ce monde
Que serais-je sans toi ?

Les mains d'Elsa

Autre site
http://www.maison-triolet-aragon.com/

Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 16/11/2018 - Catégorie : Humour

Ta Katy t'a quitté

Ce soir au bar de la gare
Igor hagard est noir
Il n'arrête guère de boire
Car sa Katia, sa jolie Katia

Vient de le quitter
Sa Katie l'a quitté
Il a fait chou-blanc
Ce grand-duc avec ses trucs

Ses astuces, ses ruses de Russe blanc
Ma tactique était toc
Dit Igor qui s'endort
Ivre mort au comptoir du bar

Un Russe blanc qui est noir
Quel bizarre hasard ! Se marrent
Les fêtards paillards du bar
Car encore Igor y dort

Mais près d'son oreille
Merveille! Un réveil vermeil
Lui prodigue des conseils
Pendant son sommeil

Tic-tac tic-tac
Ta Katie t'a quitté
Tic-tac tic-tac
Ta Katie t'a quitté
Tic-tac tic-tac
T'es cocu, qu'attends-tu ?

Cuite-toi, t'es cocu
T'as qu'à, t'as qu'à t' cuiter
Et quitter ton quartier
Ta Katie t'a quitté
Ta tactique était toc
Ta tactique était toc

Ta Katie t'a quitté
Ote ta toque et troque
Ton tricot tout crotté
Et ta croûte au couteau
Qu'on t'a tant attaqué

Contre un tacot coté
Quatre écus tout comptés
Et quitte ton quartier
Ta Katie t'a quitté
Ta Katie t'a quitté
Ta Katie t'a quitté
Ta Katie t'a quitté

Tout à côté
Des catins décaties
Taquinaient un cocker coquin
Et d'étiques coquettes
Tout en tricotant
Caquetaient et discutaient et critiquaient

Un comte toqué
Qui comptait en tiquant
Tout un tas de tickets de quai
Quand tout à coup
Tic-tac-tic driing !

Au matin quel réveil
Mâtin quel réveille-matin<
S'écrie le Russe, blanc de peur
Pour une sonnerie
C'est une belle sonnerie !

© Boby LAPOINTE

Boby Lapointe (1922-1972)
Auteur-interprète et acteur français né et mort à Pézenas, il est surtout connu pour ses textes semés de calembours, de contrepèteries et d'allitérations.
Sa biographie sur Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Boby_Lapointe
Association des Amis de Boby Lapointe :
http://www.bobylapointe.fr/

m
Posté le 04/12/2018 - Catégorie : Femme

La femme grillagée

Écoutez ma chanson bien douce
Que Verlaine aurait su mieux faire
Elle se veut discrète et légère
Un frisson d'eau sur de la mousse
C'est la complainte de l'épouse
De la femme derrière son grillage
Ils la font vivre au Moyen Âge
Que la honte les éclabousse

    Refrain :
    Quand la femme est grillagée
    Toutes les femmes sont outragées
    Les hommes les ont rejetées
    Dans l'obscurité
Elle ne prend jamais la parole
En public, ce n'est pas son rôle
Elle est craintive, elle est soumise
Pas question de lui faire la bise
On lui a appris à se soumettre
À ne pas contrarier son maître
Elle n'a droit qu'à quelques murmures
Les yeux baissés sur sa couture

Elle respecte la loi divine
Qui dit, par la bouche de l'homme,
Que sa place est à la cuisine
Et qu'elle est sa bête de somme
Pas question de faire la savante
Il vaut mieux qu'elle soit ignorante
Son époux dit que les études
Sont contraires à ses servitudes

Jusqu'aux pieds, sa burqa austère
Est garante de sa décence
Elle prévient la concupiscence
Des hommes auxquels elle pourrait plaire
Un regard jugé impudique
Serait mortel pour la captive
Elle pourrait finir brûlée vive
Lapidée en place publique

Jeunes femmes, larguez les amarres
Refusez ces coutumes barbares
Dites non au manichéisme
Au retour à l'obscurantisme
Jetez ce moucharabieh triste
Né de coutumes esclavagistes
Et au lieu de porter ce voile
Allez vous-en, mettez les voiles

© Pierre PERRET

Pierre Perret (1934-)
Auteur-compositeur-interprète jouant sur les mots et la musicalité de la langue française, Pierre Perret ne dédaigne pas pour autant l’argot, qu'il emploie à dessein dans de nombreux textes (il a réécrit les fables de La Fontaine). L'interprète, dans un style apparemment naïf, voire enfantin, avec candeur et humanisme, pose nombre de questions pertinentes qu'il déclame avec un sourire malicieux.
Autres textes
Les baisers
Le cul de Lucette

Site officiel
pierreperret.fr
A lire également sur son site
Démenti à propos de la rumeur pour la censure de cette chanson

Sa biographie sur Wikipédia

Posté le 14/11/2018 - Catégorie : Objets

L'avion

L'avion, au fond du ciel clair,
Se promène dans les étoiles
Tout comme les barques à voiles
Vont sur la mer.

C'est un moulin des anciens âges
Qui soudain a quitté le sol
A pris son vol.

Les oiseaux ont peur de ses ailes,
Mais les enfants le trouvent beau,
Ce grand cerf-volant sans ficelles
Qui va si haut.

Moi, plus tard, en aéroplane
Plus hardi que les plus hardis,
Je compte bien aller, sans peine
Au paradis.


Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945)
Poétesse, romancière, journaliste, historienne, sculptrice et dessinatrice, Lucie Delarue-Mardrus fut une artiste complète aux dons multiples, d'une curiosité insatiable et d'une capacité de travail impressionnante.
Autre texte :
Si tu viens

Biographie complète :
Association des Amis de Lucie Delarue-Mardrus

View item