Paroles de poètes

Les réflexions de grands auteurs sur la poésie.


Eric Dubois

La poésie et les médias
p Dix ans que je sonne l'alarme à propos de la situation de la Poésie Contemporaine en France, après de nombreux articles et tribunes sur Rue89, Bibliobs, Actualitté etc. et ici même sur Mediapart, des pétitions que j'ai lancées, des tweets, des statuts Facebook, mes blogs, mes livres de poésie sur le thème du langage, de la création, de la poésie, de la fonction du "poète" au sein de notre société,  mon soutien à l'Union des Poètes & Cie, la création de mon association le Capital des Mots (prolongement éponyme de ma revue culturelle en ligne créée il y a plus de dix ans). Dix ans donc et une grande lassitude !


André Laude

Poésie urgente

p Plus que jamais la poésie est urgente. Vitale comme le pain et le vin. Nécessaire comme la pluie et le soleil, les néons et les nuits polaires.

À l'heure où s'effondre définitivement le rêve révolutionnaire nourri d'octobre 17, à l'heure où l'abjecte massification, l'uniformisation dans le pire médiocre s'accélèrent, à l'heure où en dépit de certaines apparences, la « liberté » de l'individu - fondement incontournable de toute civilisation - rétrécit, à l'heure où les politiques s'épuisent, où les tyranneaux prolifèrent, où les nationalismes, les intégrismes se réveillent, où la pauvreté enflamme les têtes autant que les slogans stupides et simplistes, la poésie est, d'abord et avant tout, une « arme miraculeuse » (Aimé Césaire) pour la Résistance. Totale Irrécupérable Sur tous les fronts.


Christian Bobin

Pour un monde plein d'attention

p La racine du mauvais monde dans lequel nous nous trouvons, c'est la négligence, c'est le défaut d'attention, un manque d'attention, c'est que ça.
C'est peut-être pour ça que la poésie est une chose vitale, parce que la poésie est une pierre à aiguiser l'attention, une sorte de pierre de sel, pour se frotter les yeux, pour se frotter les paupières, pour revoir le jour enfin, pour revoir ce qui se passe, pour revoir le jour et les nuits et la mort en face, cachée derrière le soleil, voir tout ça. Le voir s'en trop s'en inquiéter, s'en trop s'en alarmer.C'est ça je crois la racine du mal d'aujourd'hui qui est grande, c'est juste un défaut panique d'attention, qui suffit pour engendrer tous les pires désordres et les maux les plus terribles. Juste ça, l'attention.


Martin Rueff

La non-poésie des non-poètes

p « Poétique » est l'adjectif de la louange partagée. D'une exposition, d'une installation, d'une chanson, d’une silhouette on dira aujourd’hui qu'elles sont « poétiques ». Le prédicat est ici moins descriptif qu’évaluatif. « Poétique » signifie tour à tour mystérieux, beau, profond, singulier, frappant.


Alain Boudet

Lit-on un poème comme on lit un journal ?

p D’où vient cette habitude qui nous conduit à chercher invariablement à savoir ce que "le poète a voulu dire" ? Cette curiosité serait-elle typiquement occidentale ? Une certitude : en France, instituée à l’école, la question pervertit la relation à chaque poème ainsi abordé, ce qui est dommage, et au fait poétique, ce qui est coupable. Ce comportement scolaro-universitaire (qui convient peut-être à la lecture des textes en prose) prépare hélas des lecteurs qui, sauf exception méritoire, seront exclus de l’approche vivante que suppose toute lecture de la poésie.


Francis Ponge

Raisons de vivre heureux

p L'on devrait pouvoir à tous poèmes donner ce titre : Raisons de vivre heureux. Pour moi du moins, ceux que j'écris sont chacun comme la note que j'essaie de prendre, lorsque d'une méditation ou d'une contemplation jaillit en mon corps la fusée de quelques mots qui le rafraîchit et le décide à vivre quelques jours encore. Si je pousse plus loin l'analyse, je trouve qu'il n'y a point d'autre raison de vivre que parce qu'il y a d'abord les dons du souvenir, et la faculté de s'arrêter pour jouir du présent, ce qui revient à considérer ce présent comme l'on considère la première fois les souvenirs : c'est-à-dire, garder la jouissance présomptive d'une raison à l'état vif ou cru, quand elle vient d'être découverte au milieu des circonstances uniques qui l'entourent à la même seconde.


Vincent Avanzi

Les dix vertus de l'art qui subliment l'âme

p La poésie est la première expression littéraire de l’Humanité.

Du grec ancien ποίησις, elle signifie « créer, faire ». Le poète est donc un créateur, un acteur de ce monde qui se munit de l’imaginaire pour sublimer et peindre une réalité, celle d’hier, d’aujourd’hui, de demain, d’ailleurs ou de nulle part.

Entre rimes, vers, rythmes, proses, jeux et métaphores, la poésie est une symphonie humaniste des mélodies de la vie, un voyage spatio atemporel vers l’inconnu ou l’infini, vers l’au-delà ou l’eau de la vie, vers ce qui n’est pas encore et ce qui reste à définir. A la fois magique, utopique et totalement libre, elle est le reflet de l’âme de toute femme et de tout homme.


Richard Taillefer

La poésie ?

p Je n'ai jamais su parler de la poésie et pourtant, je saurai la reconnaître, la ressentir comme un cochon devant sa truffe.

Poésie vérité selon Goethe.
Mentir vrai nous dit Aragon.

La poésie est peut-être cet espace de liberté, qui permet d'exercer notre libre arbitre pour fuir tout conditionnement et affirmer notre vision du monde.

Le poète doit-être "cet allumeur de réverbères" et s'affronter aux forces des ténèbres et de l'obscurantisme.


Jacques Gourvennec

Qu'est-ce que la poésie ?

p Qu’est ce que la poésie ? Peut-on parler de tout avec la poésie ? Oui, sans aucun doute !

Chacun de nous a remarqué qu’en poésie le plus souvent, on parle de la vie. Et surtout de la vie ! La vie en générale voulais-je dire, avec tous ses couics et ses couacs, ses bonnes et ses fausses notes. On sait aussi parler des fleurs, de ce qui papillonne ou bien gazouille, tout comme il est d’usage d’aller chercher la rime pour toutes nos maladies, pour la souffrance de l’un, ou la douleur de l’autre, quelle soit physique ou bien morale. En poésie on sait tout faire, ou plutôt non, on sait tout dire... Enfin presque tout ! Trouver la rime et compter les syllabes, n’est pas si difficile.


Pierre Perret

Ma France à moi

p Ma France à moi, c’est celle de 1789, une France qui se lève, celle qui conteste, qui refuse, la France qui proteste qui veut savoir, c’est la France joyeuse, curieuse et érudite, la France de Molière qui tant se battit contre l’hypocrisie, celle de La Fontaine celle de Stendhal, de Balzac, celle de Jaurès, celle de Victor Hugo et de Jules Vallès, la France de l’invention, des chercheurs, celle de Pasteur, celle de Denis Papin et de Pierre et Marie Curie, la France des lettres, celle de Chateaubriand, de Montaigne, la France de la Poésie, celle de Musset, d’Eluard, de Baudelaire, de Verlaine et celle d’ Aimé Césaire, la France qui combat tous les totalitarismes, tous les racismes, tous les intégrismes, l’obscurantisme et tout manichéisme, la France qui aime les mots, les mots doux, les mots d’amour, et aussi la liberté de dire des gros mots la France qui n’en finira jamais de détester le mot soumission et de choyer le mot révolte.