La poésie est élément. Elle est irréductible, incorruptible et réfractaire.
Comme la mer, elle dit à chaque fois ce qu'elle a à dire.
Victor Hugo 

View item

Petit meurtre entre amants

Désosse-moi le coeur
Ca me fera du bien,
Sentir de la douleur
C'est déjà mieux que rien

Déchire-moi les yeux
Aux ongles de tes mains,
Vivre aveugle c'est mieux
Que de voir mon chagrin.

Écorche-moi les lèvres
De tes baisers rigides,
Que mon amour se crève,
Sur leurs autels frigides.

Eteins donc cette flamme
Qui consume mon âme,
Ce feu que tu allumes
Au bûcher de ma plume.

Délivre-moi de toi
De l'amour vain qui suinte
De mon corps en émoi
Qui s'étouffe de plaintes.

Libère-moi de toi
D'une phrase assassine
Qui lèvera ce poids
Qui brise mon échine.

Cod Kinay
Son blog : http://desmotsdecitoyen.fr/

View item

Un jour sans doute

Un jour sans doute, tu me diras tous ces secrets
Ces épines de vieux pins cachées sous la langue
Ces surgeons endormis sur des rêves ébauchés
Ces cieux écartés par la folie de tes doux larcins
Ces terres limoneuses figées dans les mots tus

Un jour sans doute, tu me mèneras dans ces climats
Ces champs labourés par l'étrave des amours salines
Ces embouchures où flotte la sphaigne de tes promesses
Cette tourbe des regrets durcie par un vent nostalgique
Ces sentiers chiffonnés à travers des chimères écorchées

Un jour sans doute, tu me guideras dans ces lacis exilés
Ces sentes de crêtes tendues vers des faîtes éburnéens
Ces ventres moussus sur les rivages défaits des voilures
Ces festons de frissons sur tes ombres en échancrures
Ces creux où se dépose la suie des quotidiens calcinés

N'être plus que l'ombilic de ton nom, un jour sans doute.

Guillaume de Chantérac
Né en 1974. Bien que Parisien de naissance et de cœur, il porte en lui un amour inconditionnel pour la Bretagne et les océans qui lui permet d’échapper régulièrement aux griffes de la capitale. Autoéditeur, il fonde en l'an 2000 le site communautaire Accents Poétiques où de nombreux internautes peuvent être publiés en ligne et partager leurs écrits. En 2006, il décide de fonder les éditions Accents Poétiques devenant par la suite une maison d'édition associative.
Site officiel : http://www.accents-poetiques-editions.com/

View item

A ma fée

Amour
Rêve avec moi
Car je crève sans toi
Quand disparaissent tes atours
S’élèvent des ciels noirs griffant mes mers
Et le glaive de ton absence en moi s’insère….

Ma belle
Muse de vers
Toi, tu es sentinelle
De mes nuits libres de l’enfer
Abri oxydant, le soleil de l’est
Se levant sur ton tendre sourire céleste….

Tes yeux,
Illimitable
Lagon silencieux
Chatoiement incommensurable,
Où se reflète l’immortalité..
De l’obscurité de nos nuits de voluptés….

En rimes
Mes mots rêveurs
Sur les tiens s’impriment
Pour devenir vagabonds conteurs
De mes tristesses quand je suis sans toi
Et de l’ivresse du temps passé dans tes bras.

Christophe Bregaint
Christophe Bregaint est né en 1970 à Paris. Il s’est passionné pour le dessin pictural pendant son adolescence avant de se tourner vers la musique rock puis l’écriture, et plus particulièrement la poésie. Il a publié dans de nombreuses revues dont : Les Cahiers du Sens, Poésie Première, Le Cafard Hérétique, Le Capital des Mots, Décharge, Mauvaise Graine, Ce Qui Reste, Les Tas de Mots.

Les mains d'Elsa

Donne-moi tes mains pour l'inquiétude 
Donne-moi tes mains dont j'ai tant rêvé 
Dont j'ai tant rêvé dans ma solitude 
Donne-moi tes mains que je sois sauvé 
Lorsque je les prends à mon propre piège 
De paume et de peur de hâte et d'émoi 
Lorsque je les prends comme une eau de neige 
Qui fuit de partout dans mes mains à moi 
Sauras-tu jamais ce qui me traverse 
Qui me bouleverse et qui m'envahit 
Sauras-tu jamais ce qui me transperce 
Ce que j'ai trahi quand j'ai tressailli 
Ce que dit ainsi le profond langage 
Ce parler muet de sens animaux 
Sans bouche et sans yeux miroir sans image 
Ce frémir d'aimer qui n'a pas de mots 
Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent 
D'une proie entre eux un instant tenue 
Sauras-tu jamais ce que leur silence 
Un éclair aura connu d'inconnu 
Donne-moi tes mains que mon coeur s'y forme 
S'y taise le monde au moins un moment 
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme 
Que mon âme y dorme éternellement …

Louis Aragon (1897-1982)
Site : http://www.maison-triolet-aragon.com/

Lolita

Perdue : Dolorès Haze. Signalement :
Bouche « éclatante », cheveux « noisette » ;
Age : cinq mille trois cents jours (presque quinze ans !)
Profession : « néant » (ou bien « starlette »).

Où va-t-on te chercher, Dolorès quel tapis
Magique vers quel astre t’emporte ?
Et quelle marque a-t-elle – Antilope ? Okapi ? –
La voiture qui vibre à ta porte ?

Qui est ton nouveau dieu ! Ce chansonnier bâtard,
Pince-guitare au bar Rimatane ?
Ah, les beaux soirs d’antan quand nous restions si tard
Enlacés près du feu, ma Gitane ?

Ce maudit würlitzer, Lolita, me rend fou !
Avec qui danses-tu, ma caillette ?
Toi et lui en blue jeans et maillot plein de trous,
Et moi, seul dans mon coin, qui vous guette.

Mac Fatum, vieux babouin, est bienheureux, ma foi !
Avec sa femme enfant il voyage,
Et la farfouille au frais, dans les parcs où la loi
Protège tout animal sauvage.

Lolita ! Ses yeux gris demeuraient grands ouverts
Lorsque je baisais sa bouche close.
Dites, connaissez-vous le parfum « soleils verts » ?
Tiens, vous êtes français, je suppose ?

L’autre soir, un air froid d’opéra m’alita.
Son fêlé – bien fol est qui s’y fie !
Il neige. Le décor s’écroule, Lolita !
Lolita, qu’ai-je fait de ta vie ?

C’est fini, je me meurs, ma Lolita, ma Lo !
Oui je meurs de remords et de haine,
Mais ce gros poing velu je le lève à nouveau,
A tes pieds, de nouveau, je me traîne.

Hé, l’agent ! Les voilà – rasant cette lueur
De vitrine que l’orage écrase ;
Socquettes blanches : c’est elle ! Mon pauvre coeur !
C’est bien elle, c’est Dolorès Haze.

Sergent rendez-la moi, ma Lolita, ma Lo
Aux yeux si cruels, aux lèvres si douces.
Lolita : tout au plus quarante et un kilos,
Ma Lo : haute de soixantes pouces.

Ma voiture épuisée est en piteux état,
La dernière étape est la plus dure.
Dans l’herbe d’un fossé je mourrai, Lolita,
Et tout le reste est littérature.

 

Vladimir Nabokov (1899-1977)
Romancier, poète, traducteur et critique littéraire. Son roman Lolita paru en 1955 fait scandale aux Etats-Unis : il est refusé par les éditeurs américains et doit être publié à Paris, mais la critique y reconnaît un chef-d'œuvre.
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Les séparés

N'écris pas. Je suis triste, et je voudrais m'éteindre.
Les beaux étés sans toi, c'est la nuit sans flambeau.
J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre,
Et frapper à mon coeur, c'est frapper au tombeau.
N'écris pas !

N'écris pas. N'apprenons qu'à mourir à nous-mêmes.
Ne demande qu'à Dieu... qu'à toi, si je t'aimais !
Au fond de ton absence écouter que tu m'aimes,
C'est entendre le ciel sans y monter jamais.
N'écris pas !

N'écris pas. Je te crains ; j'ai peur de ma mémoire ;
Elle a gardé ta voix qui m'appelle souvent.
Ne montre pas l'eau vive à qui ne peut la boire.
Une chère écriture est un portrait vivant.
N'écris pas !

N'écris pas ces doux mots que je n'ose plus lire :
Il semble que ta voix les répand sur mon coeur ;
Que je les vois brûler à travers ton sourire ;
Il semble qu'un baiser les empreint sur mon coeur.
N'écris pas !

Marceline Desbordes-Valmore
Ce texte a été mis en chanson et interprété par Julien Clerc.
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

J'aurais voulu

J'aurais voulu te dire tous mes tendres secrets 
Quand les jours se couvraient dans l'ombre de mes peurs 
Quand mes doigts recherchaient la chaleur des regrets 
Que des épées de bois me transperçaient le cour

L'amour est partagé dans un monde cruel 
Il se doit d'être entier pour suivre son chemin 
Sans se dissimuler dans la moindre parcelle 
Du corps et puis de l'âme que l'on tient dans ses mains

J'aurais voulu t'offrir tous mes rêves perdus 
Un jour de mauvais temps dans l'avenue des ans 
Sous la pâle détresse des jardins défendus 
Où les enfants se disent enfin devenus grands

L'amour s'est partagé en multiples couleurs 
Et il s'est dispersé sous l'égide du vent 
Pour être sûr en somme d'épargner les ferveurs 
Et les rendre un beau jour plus solide qu'avant

J'aurais voulu décrire mon nuage dans le ciel 
Pour que tu puisses venir y coucher ton bonheur 
Oubliant quelque peu les lois artificielles 
Qui mettent trop souvent du sang dans les ardeurs

L'amour est partagé par les grands sentiments 
Qui ne supportent pas l'odeur d'un coffre-fort 
Il s'évapore avec quelques éclats d'argent 
Et revient doucement quand le silence est d'or

J'aurais voulu t'ouvrir l'espace de mes bras 
Pour t'y sentir blottie et goûter ta chaleur 
Mais le vent s'est levé pour effacer mes pas 
Et cacher de mes yeux la divine douceur

Car l'amour se partage quand bien même on oublie 
De ménager au corps cette tendre caresse 
Et doucement s'en vient la raison qui se plie 
A retrouver la route qui va vers la tendresse

Paulo Partner
Son site : users.skynet.be/PauloPartner/

M'aimes-tu donc un peu ?

Il y a tant d'années que nous sommes ensemble 
Que le temps qui s'écoule est comme une habitude, 
Cela m'effraie parfois à tel point que j'en tremble 
Craignant que tu n'éprouves un rien de lassitude.

Aux temps des premiers jours l'amour était tout neuf 
Brillant comme un métal qui eut été poli, 
Il attirait vraiment comme attire un sous neuf, 
La patine du temps ne l'a-t-elle assombri ?

Les saisons qui passèrent amenèrent leur lot 
De joie et de bonheur, mais aussi de souffrance, 
Nous restâmes unis emportés dans le flot 
Pour ne pas transgresser le vou de notre alliance.

Les sillons, un à un, marquèrent nos visages, 
Tandis que notre peau mollissait doucement, 
Et quand, de nos vingts ans, nous voyons les images 
Il me semble te voir soupirer tristement.

C'est pourquoi mon esprit se pose une question 
Car si mon cour pour toi brûle d'un même feu, 
Il aimerait savoir dans quelle proportion 
Bat le tien, dis-le moi : m'aimes-tu donc un peu ?

Jack Harris
Son site : harris.jack.monsite.wanadoo.fr

Lentement il caresse mamie...

Le matin, allongé dans le lit, 
lentement, il caresse mamie. 
La nuit, s'étant déjà retrouvés, 
elle a vite fait de s'émoustiller. 

Le cou se fait un peu gratouiller, 
les deux seins vont ensuite y passer, 
le bas-ventre n'est pas exempté 
et la main continue à glisser. 

Les deux jambes, de chaque côté, 
et le dessous des pieds attouchés 
précèdent la lente remontée 
de ces chatouillis inespérés. 

Subitement, tout est arrêté 
et le vieux papi semble comblé. 

- Mais, chéri, pourquoi as-tu cessé ? 
C'était merveilleux, j'ai apprécié, 
et le reste, l'as-tu oublié ? 
-Tu rêves !….Je cherchais mon dentier.

Jean L'Hôte
Son site : www.lhote-jean.fr/

Promets-moi la lune

Promets moi la lune
Parce que la terre ne m'intéresse pas, 
Parce que je veux quelque chose de beau, 
Quelque chose qui brille fort et haut, 
Quelque chose qui ne s'éteindra pas.

Promets moi la lune
Parce que je veux pouvoir rêver 
De quelque chose de pur et d'inaccessible,
Quelque chose de doux et d'un peu plus sensible 
Que ces bonheurs futiles qui ne font que passer.

Promets moi la lune 
Si tes étoiles sont un peu trop ternes, 
Si la terre n'est plus bleue comme avant, 
Si tu as perdu tous tes rêves d'enfant 
Et si ton coeur n'est plus qu'une immense caverne.

Promets moi la lune 
Car je ne te croirai pas, 
Mais tu auras eu le coeur de rêver avec moi 
A toutes ces choses qu'on avait cru parfois 
Pouvoir attraper, mais qu'on a toujours pas.

Promets moi la lune 
Parce que ma vie est pleine 
De croissants, de quartiers dont la douleur appelle
Une vie qui serait d'un seul coup nouvelle ; 
Il n'y aurait plus d'éclipses, il n'y aurait plus de peines

Laurent
Son site internet : Les Mots de Laurent

View item

Perfusion

J'aimerais être nourri au compte-gouttes
Généreux de tes baisers qui, goutte à goutte,
Giclerait et, pore à pore, s'infiltrerait, pas à pas,
Et à tous les niveaux de mon être,
Avec pour point de départ
Un centre qui n'est rien d'autre
Que le bourrelet de velours arc de cercle de tes lèvres,
Pour que coule en douceur et des heures entières
Une lente perfusion qui abreuve mon amour.

Et ma vie serait belle
Comme la vue d'une étoile de la nuit,
Et légère comme les âmes
D'amoureux dans le feu de l'action
Qui s'élèvent en volutes invisibles,
A fleur de tous leurs pores,
Dans le pop up silencieux
De nos longs bouche-à-bouche,
Des froufrous de nos caresses
Qui mouilleront à bon port,
Eclatant en jets d'encre
Sous les vagues déferlantes
Du coup de vent de l'amour.

Jean Saint-Vil
De nationalité haïtienne, Jean Saint-Vil, né en 1945, a fait ses études en Haiti et en France. Il est titulaire d'un doctorat en géographie. Ayant redécouvert la littérature, il se passionne pour la poésie, traitant de tous les thèmes, de l'amour à l'humour pur en passant par la nature, la réflexion philosophique et l'autobiographie.

Demain dès l'aube

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur

 

Victor Hugo
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

View item

Si tu veux m'entendre chanter l'amour

Si tu veux entendre ton amour chanter 
Laisse lui, mon amour, sa chère liberté.

Apprivoise moi le coeur 
Dis lui avec douceur 
Les mots tendres que tu sais.

Peins la vie en couleur 
En nuances de bonheur 
Arc-en-ciel qui me plait.

Si tu veux entendre ton amour chanter 
Laisse lui, mon amour, sa chère liberté.

Ne mets pas en cage 
Mon coeur de nuage 
Il aurait bien trop froid.

Il crierait sa rage 
Tournerait la page

Et crèverait d'effroi

Si tu veux entendre ton amour chanter 
Laisse lui, mon amour, sa chère liberté.

Alors comme un oiseau 
Ton prince des airs si beau 
Saura t'aimer très fort
Te le chanter bien haut 
T'aimer comme il le faut 
Et sans le moindre effort.

Si tu veux m'entendre chanter l'amour
Tout cet amour que j'ai pour toi
Cet amour que je t'ai donné une fois
Laisse moi être libre toujours.

Yves Le Guern

View item

La colombe du parc

Toujours elle est assise alors que je promène
Sur elle mon regard comme un ciel sur la plaine.
Penchée sur quelque livre on la devine ailleurs,
S’enthousiasmant le coeur sous des lueurs meilleures.

Elle ignore les gens, le soleil, les parfums,
Qui nous remplissent l’air et pavent nos chemins.
Sa tête tourne autant que ses doigts sur ses pages,
Et ses plus beaux jardins fleurissent en images.

Elle a de blancs habits, j’en contemple les formes,
Et son minois parfait me plaît dessous son orme.
Je m’assois devant elle et j’observe à loisir
Les mines qu’elle fait, ses craintes, son sourire.

Je devine un manoir, j’imagine un sentier,
Là des bouquets de joie où s’élance son pied.
Un jour elle est princesse, un autre elle est bergère,
Mais je hais les amants de son imaginaire…

Traverse-t-elle un champ, va-t-elle en un château,
Mon amour la poursuit de ses fougueux chevaux !
A se plaire en son rêve, elle passe des heures,
Raccompagnant en soeur l’après-midi qui meurt.

Des passants vont sans fin là-haut sur l’esplanade,
Quand moi je n’ai qu’un but à chaque promenade.
D’elle je ne sais rien mais que savoir de mieux,
Que ce rai de lumière éblouissant mes yeux.
Je cultive l’ennui, les ombres où rougir,
Tout au fond de l’allée où sa statue respire…

La ligne de sa nuque hantée de boucles noires,
Enfante en mon silence un soleil à l’espoir.
Mon horizon réduit aux courbes de sa chair,
Mes dix doigts agités s’inventent des repères…

A des mots différents je veux qu’elle se pâme,
Laissez-moi l’abreuver, lui remplir toute l’âme,
Ah, lui verser au coeur des folies de poètes !
S’il me faut du courage, à genoux qu’on me jette,

Si je ne sais parler qu’on me donne d’écrire,
Pour que brillent ses yeux tout émus de me lire !
J’aimerais qu’en ce parc nos deux bancs communiquent,
Que rien ne soit plus grand que cette histoire unique…

Entendez-vous nos coeurs lorsque descend le soir,
Le sien dans son donjon, le mien dans un mouchoir ?
Ma statue se relève, une angoisse m’oppresse,
Fera-t-il beau demain, reverrai-je ses tresses…

L’humidité qu’obombre un grand astre livide,
Me burine l’esprit redevenu solide.
Comme hier on m’ignore et déjà sous la grille,
Sa silhouette passe au loin telle une aiguille.

Là, plantée dans mon âme elle évide mon coeur,
Admirable douleur dont je goûte l’horreur.
Je n’ose la poursuivre et lâche et sans bougie,
Je ne suis qu’un aède amputé d’élégie !
Courir, la rattraper pour tenter de revoir

Ce dont rêve un aveugle environné de noir ?
Avant que de rentrer dans l’ombre du vieux bourg,
M’éclairer aux grands feux de ses yeux sans détour,
M’attabler et reboire à la coupe parfaite,
De son visage d’ange où chaque trait se fête.

Je voudrais un conseil, un ami qui se lève,
Etre la branche enfin qui fleurit de sa sève,
Pour porter en bouquets, en corbeilles de mots,
Tous les frissons qui font se soulever ma peau.

Prostré sur une chaise en pensant à un banc,
J’ai la tête embrumée par un nuage blanc.
Il est tard à nouveau et seul en ma maison,
Je cherche sans bouger un reste de raison.

J’ai honte d’avoir mal, j’ai honte, je rougis,
Quand je devrais oser, j’attends de la magie,
Un ange qui serait ému par ma misère,
Une main qui viendrait comme celle d’un père…

Ah ! Servez-moi ce vin dont la robe est d’ivoire,
Rendez à mon regard l’alcool qu’il voudrait boire !
J’entends presqu’en mon coeur des prières païennes,
Tant je vendrais ce soir mon âme pour la sienne…

Demain je n’irai pas sur mon banc raisonnable,
J’irai m’agenouiller devant son coeur aimable,
Et murmurant bonjour, je lui demanderai,
S’il est habituel qu’on n’ose l’aborder.

Je sourirai, c’est tout, et laisserai ma joie
Parler sans oraison de ce qui brûle en moi.
Puis je lui conterai l’histoire où la colombe
Fit sortir un beau jour un oiseau de sa tombe…

Sébastien Broucke
Son blog : sebastien.broucke.over-blog.com

Je t'attends tu sais

Je t'attends tu sais 
J'espère un jour te toucher 
De mon coeur passionné 
De mon âme sucrée 
De mes mains satinées 
Afin que tu vois mon amour démesuré 
Je t'attends tu sais 
Pour ensemble le chemin du bonheur marteler 
S'unir dans la passion et la complicité 
Combattre les soucis de la vie 
En sachant ensemble les affronter 
Sans nous désunir à cause des soucis 
Je t'attends tu sais 
Souhaitant ton bonheur à jamais 
Dans le silence de mes songes diffusés 
Et dans le cahot de la réalité 
Je t'attends tu sais 
Je te prie de ne jamais en douter.

Thierry Dumas
Son site : romanetpoesie.e-monsite.com

View item

Si

Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre d'un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;
Si tu peux être amant sans être fou d'amour,
Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
        Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d'un seul mot ;
Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
        Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser, sans n'être qu'un penseur ;
Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
        Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,
Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui est mieux que les Rois et la Gloire,
        Tu seras un homme, mon fils.

Rudyard Kipling
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Instants

 Si je pouvais de nouveau vivre ma vie,
dans la prochaine je tâcherais de commettre plus d’erreurs.
Je ne chercherais pas à être aussi parfait, je me relaxerais plus.
Je serais plus bête que je ne l’ai été,
en fait je prendrais très peu de choses au sérieux.
Je mènerais une vie moins hygiénique.
Je courrais plus de risques,
je voyagerais plus,
je contemplerais plus de crépuscules,
j’escaladerais plus de montagnes, je nagerais dans plus de rivières.
J’irais dans plus de lieux où je ne suis jamais allé,
je mangerais plus de crèmes glacées et moins de fèves,
j’aurais plus de problèmes réels et moins d’imaginaires.

J’ai été, moi, l’une de ces personnes qui vivent sagement
et pleinement chaque minute de leur vie ;
bien sûr, j’ai eu des moments de joie.
Mais si je pouvais revenir en arrière, j’essaierais
de n’avoir que de bons moments.

Au cas où vous ne le sauriez pas, c’est de cela qu’est faite la vie,
seulement de moments ; ne laisse pas le présent t’échapper.

J’étais, moi, de ceux qui jamais
ne se déplacent sans un thermomètre,
un bol d’eau chaude,
un parapluie et un parachute ;
si je pouvais revivre ma vie, je voyagerais plus léger.

Si je pouvais revivre ma vie
je commencerais d’aller pieds nus au début
du printemps
et pieds nus je continuerais jusqu’au bout de l’automne.
Je ferais plus de tours de manège,
je contemplerais plus d’aurores,
et je jouerais avec plus d’enfants,
si j’avais encore une fois la vie devant moi.

Mais voyez-vous, j’ai 85 ans…
et je sais que je me meurs.

 

Jorge Luis Borgès (1899-1986)
Ecrivain argentin de prose et de poésie, Il grandit à Palermo, haut lieu du tango, séjourne à Genève où il découvre la littérature française, et étudie en Espagne. Il écrit ses premiers poèmes en 1918. A son retour à Buenos Aires en 1921, il se fait une réputation de poète, traducteur et essayiste. Mais il se détourne peu à peu de la poésie pour le genre qui fera sa notoriété : la nouvelle. La profondeur, la diversité et la qualité de son oeuvre fait de lui une figure majeure de la littérature. Écrivain hors du commun et grand amateur de voyages, Jorge Luis Borges, reconnu comme l'un des maîtres du réalisme magique a toujours considéré la littérature comme un terrain d'évasion et d'absolu. Borges devient progressivement aveugle. Il a été nommé plusieurs fois pour le prix Nobel de littérature mais ne l'a jamais obtenu. 
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Le bonheur éternel

Jusqu'à la fin des temps, je te caresserais 
De mes dix doigts pressés de conquérir ta peau 
Tandis que mes lèvres sèmeront à gogo 
De tes pieds à ton front, des baisers indolents.

Et quand au passage, je verrais un frisson 
S'envoler prestement de la zone interdite, 
Je ferais un virage, j'augmenterais le son 
Pour le voir s'agrandir, augmenter son orbite.

Quand tu auras franchi le seuil du paradis, 
Quand la vague accourue du fond des profondeurs 
T'emportera au loin sur la plage, éblouie, 
Quand tu auras goûté au nectar du bonheur,

Je te caresserais jusqu'à la fin des temps 
De mon corps, de mon âme avec tant de passion 
Que tu me supplieras dans un ultime élan 
De te rejoindre pour parfaire notre union !

 

Philippe Brat

Dis pépé, c'est quoi le bonheur ?

Le bonheur mon enfant, c'est d'avoir des yeux, 
Même en vitrine, sous d'horribles lorgnons. 
Pouvoir observer, sur la fleur, un bourdon 
Gorgé de nectar, s'arracher vers les cieux. 

Le bonheur, mon petit, c'est d'être fasciné 
Par une perle de rosée, courant sur le fil de la vierge, 
Dans une aube radieuse au soleil qui émerge, 
Cordiale promesse d'une belle journée. 

Le bonheur, tu sais, c'est pouvoir admirer, 
Dans l'azur doré d'un printemps qui s'éveille, 
Un magnifique rapace qui, de là-haut, surveille 
Le lapereau étourdi qui a quitté son terrier. 

Le bonheur, mon garçon, c'est pouvoir arpenter 
La garrigue provençale, ta main dans la mienne : 
Balade matinale, avant que ne survienne 
Le vent brûlant, au zénith de juillet. 

Le bonheur, mon enfant, c'est quand la pluie est tombée 
Et fait que la terre craquelée et agonisante, 
Exhale soudain une odeur douce et enivrante, 
Pour remercier le ciel de la bienfaisante ondée. 

Le bonheur, vois-tu, c'est, quand finit l'été, 
Cueillir une pomme au sein du verger familial, 
L'essuyer sur sa blouse, d'un geste machinal, 
Puis mordre à belles dents, dans sa chair sucrée. 

Le bonheur, tu sais, il se trouve n'importe où : 
Se coucher dans le pré, écouter chanter l'herbe, 
Le souffle du Mistral dans le chêne superbe, 
Le murmure du ruisseau, polissant ses cailloux... 

Je te souhaite des choses pures, du bonheur ! 
Point n'est besoin d'honneurs et de richesses. 
Qu'un avenir utopique, et de folles promesses, 
Ne puissent jamais, ô jamais ! endurcir ton coeur. 

 

Pierre Clérico

Voeux simples

Vivre du vert des prés et du bleu des collines,
Des arbres racineux qui grimpent aux ravines,
Des ruisseaux éblouis de l’argent des poissons ;
Vivre du cliquetis allègre des moissons,
Du clair halètement des sources remuées,
Des matins de printemps qui soufflent leurs buées,
Des octobres semeurs de feuilles et de fruits
Et de l’enchantement lunaire au long des nuits
Que disent les crapauds sonores dans les trèfles.
Vivre naïvement de sorbes et de nèfles,
Gratter de la spatule une écuelle en bois,
Avoir les doigts amers ayant gaulé des noix
Et voir, ronds et crémeux, sur l’émail des assiettes,
Des fromages caillés couverts de sarriettes.
Ne rien savoir du monde où l’amour est cruel,
Prodiguer des baisers sagement sensuels
Ayant le goût du miel et des roses ouvertes
Ou d’une aigre douceur comme les prunes vertes
À l’ami que bien seule on possède en secret.
Ensemble recueillir le nombre des forêts,
Caresser dans son or brumeux l’horizon courbe,
Courir dans l’infini sans entendre la tourbe
Bruire étrangement sous la vie et la mort,
Ignorer le désir qui ronge en vain son mors,
La stérile pudeur et le tourment des gloses ;
Se tenir embrassés sur le néant des choses
Sans souci d’être grands ni de se définir,
Ne prendre de soleil que ce qu’on peut tenir
Et toujours conservant le rythme et la mesure
Vers l’accomplissement marcher d’une âme sûre.
Voir sans l’interroger s’écouler son destin,
Accepter les chardons s’il en pousse en chemin,
Croire que le fatal a décidé la pente
Et faire simplement son devoir d’eau courante.
Ah ! vivre ainsi, donner seulement ce qu’on a,
Repousser le rayon que l’orgueil butina,
N’avoir que robe en lin et chapelet de feuilles,
Mais jouir en son plein de la figue qu’on cueille,
Avoir comme une nonne un sentiment d’oiseau,
Croire que tout est bon parce que tout est beau,
Semer l’hysope franche et n’aimer que sa joie
Parmi l’agneau de laine et la chèvre de soie.

 

Cécile Sauvage (1883-1927)
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Le bonheur

Si tu ne trouves pas le bonheur, 
c'est peut-être que tu le cherches ailleurs... 
Ailleurs que dans tes souliers. 
Ailleurs que dans ton foyer. 
Selon toi, les autres sont plus heureux. 
Mais, toi, tu ne vis pas chez eux. 
Tu oublies que chacun a ses tracas. 
Tu n'aimerais sûrement pas mieux leur cas. 

Comment peux-tu aimer la vie 
si ton coeur est plein d'envie, 
si tu ne t'aimes pas, 
si tu ne t'acceptes pas ? 

Le plus grand obstacle au bonheur, sans doute, 
c'est de rêver d'un bonheur trop grand. 
Sache cueillir le bonheur au compte-gouttes : 
ce sont de toutes petites qui font les océans. 

Ne cherche pas le bonheur dans tes souvenirs. 
Ne le cherche pas non plus dans l'avenir. 
Cherche le bonheur dans le présent. 
C'est là et là seulement qu'il t'attend. 

Le bonheur, ce n'est pas un objet 
que tu peux trouver quelque part hors de toi. 
Le bonheur, ce n'est qu'un projet 
qui part de toi et se réalise en toi. 

Il n'existe pas de marchands de bonheur. 
Il n'existe pas de machines à bonheur. 
Il existe des gens qui croient au bonheur. 
Ce sont ces gens qui font eux-mêmes leur bonheur. 

Si, dans ton miroir, ta figure te déplaît, 
à quoi te sert de briser ton reflet ? 
Ce n'est pas ton miroir qu'il faut casser. 
C'est toi qu'il faut changer ! 

 

Charles-Eugène Plourde (1933-2015)
Ce prêtre québecois a vécu presque toute sa vie au Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières. Il en a été le pôle rassembleur, le point de ralliement. Homme brillant et authentique, porté par la grâce de l'espérance, il aura tout au long de sa vie, transposé dans ses actes l'étendue de sa foi et de ses enseignements.

Le bonheur d'aimer

l est auprès de moi, sa main presse ma main, 
Sa bouche s'embellit du plus charmant sourire, 
Son teint s'anime, je soupire, 
Sa tête mollement vient tomber sur mon sein ; 
Là je respire son haleine, 
Son haleine en parfum plus douce que la fleur.

De ses bras l'amoureuse chaîne 
Rapproche mon cœur de son cœur ; 
Bientôt nos baisers se confondent, 
Ils sont purs comme nos amours : 
Nous demeurons sans voix ; 
Seuls nos yeux se répondent ; 
Ils se disent tout bas : 
Toujours, toujours, toujours !

 

Adélaïde Gillette-Dufrénoy (1765-1825)
Sa vie, son oeuvre.

Ce soir, à travers le bonheur

Ce soir, à travers le bonheur,
Qui donc soupire, qu'est-ce qui pleure ?
Qu'est-ce qui vient palpiter sur mon coeur,
Comme un oiseau blessé ?
Est-ce une plainte de la terre,
Est-ce une voix future,
Une voix du passé ?
J'écoute, jusqu'à la souffrance,
Ce son dans le silence.
Ile d'oubli, ô Paradis !
Quel cri déchire, cette nuit,
Ta voix qui me berce ?
Quel cri traverse
Ta ceinture de fleurs,
Et ton beau voile d'allégresse ?

 

Charles Van Lerberghe (1861-1907)
Poète et écrivain symboliste belge francophone.
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Liberté

Sur mes cahiers d'écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J'écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J'écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J'écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l'écho de mon enfance
J'écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J'écris ton nom

Sur tous mes chiffons d'azur
Sur l'étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J'écris ton nom

Sur les champs sur l'horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J'écris ton nom

Sur chaque bouffée d'aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J'écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l'orage
Sur la pluie épaisse et fade
J'écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J'écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J'écris ton nom

Sur l'absence sans désirs
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J'écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l'espoir sans souvenir
J'écris ton nom

Et par le pouvoir d'un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté

 

Paul Eluard
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Le grand destin

Ami, la liberté vaut mieux qu’une amourette.
Regarde cette mer sauvage, hardie et fière !
Regarde cette étoile filant dans le ciel :
Elles n’ont point d’attache et touchent l’infini.
 
Observe la montagne au sommet dans les nues,
Plonge-toi dans ce lac aux profondeurs secrètes,
Ecoute la nature en éveil dans les bois
Et dans les plaines sens les parfums de la flore.
 
La lumière divine est un cadeau pour toi ;
Mon ami, sache vivre en accord avec l’heure,
Lutte ! Ecarte de toi la gêne et la tristesse…
Profite sans périr des bonheurs passagers.
 
Ne gâche point ta vie par de fatals regrets.
Méprise le chagrin : Le véritable amour
Fait vivre et non mourir. Perds et regagne ailleurs.
Pleure et noie ton chagrin, enivre-toi du monde.
 
Si l’on aime, sois gai ; sinon chante en toi-même.
Si les hommes sont ternes ou méchants ou bêtes,
Reste seul si tu dois, résiste comme un roc
Et renais au printemps plus fort grâce aux hivers.
 
Ami, la liberté vaut mieux qu’une amourette.
Regarde ce grand chêne au milieu du bosquet,
Qui affronte les vents sans plier de la tête :
Il trempe dans le sol et nage au firmament.
 
Ami, pars et découvre, ici comme là-bas,
Et toi comme au dehors, partout comme au-delà,
Tout ce qui vaut de vivre et toujours fait renaître.
L’avenir t’appartient. Sache par où le prendre.

 

Jean-Charles Dorge
Président de la Société des Auteurs et Poètes de la Francophone (SAPF) , Président-Fondateur de la Ronde Poétique
La Ronde Poétique

Le déserteur

Monsieur le Président

Je vous fais une lettre

Que vous lirez peut-être

Si vous avez le temps

 

Je viens de recevoir

 Mes papiers militaires

 Pour partir à la guerre

 Avant mercredi soir

 

Monsieur le Président

Je ne veux pas la faire

Je ne suis pas sur terre

Pour tuer des pauvres gens

 

C'est pas pour vous fâcher

II faut que je vous dise

Ma décision est prise

Je m'en vais déserter

 

Depuis que je suis né

J'ai vu mourir mon père

J'ai vu partir mes frères

 Et pleurer mes enfants

 

Ma mère a tant souffert

Qu'elle est dedans sa tombe

Et se moque des bombes

Et se moque des vers

 

Quand j'étais prisonnier

On m'a volé ma femme

On m'a volé mon âme

Et tout mon cher passé

 

Demain de bon matin

Je fermerai ma porte

Au nez des années mortes

J'irai sur les chemins

 

Je mendierai ma vie

Sur les routes de France

De Bretagne en Provence

Et je dirai aux gens

 

Refusez d'obéir

Refusez de la faire

N'allez pas à la guerre

Refusez de partir

 

S'il faut donner son sang

Allez donner le vôtre

Vous êtes bon apôtre

Monsieur le Président

 

Si vous me poursuivez

Prévenez vos gendarmes

Que je n'aurai pas d'armes

Et qu'ils pourront tirer

 

Boris Vian (1920-1959)
Chanson écrite en 1954 par Boris Vian, enregistrée sous sa forme définitive en 1955. Son antimilitarisme a provoqué beaucoup de polémiques.
L'histoire de la chanson

Ma bohême

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal ;
Oh ! là ! là ! que d’amours splendides j’ai rêvées !

Mon unique culotte avait un large trou.
– Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
– Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !

 

Arthur Rimbaud (1854-1891) Sa vie, son oeuvre

Liberté

Le vent impur des étables
Vient d’ouest, d’est, du sud, du nord.
On ne s’assied plus aux tables
Des heureux, puisqu’on est mort.

Les princesses aux beaux râbles
Offrent leurs plus doux trésors.
Mais on s’en va dans les sables
Oublié, méprisé, fort.

On peut regarder la lune
Tranquille dans le ciel noir.
Et quelle morale ?… aucune.

Je me console à vous voir,
A vous étreindre ce soir
Amie éclatante et brune.

 

Charles Cros (1854-1891)
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

La supplique du vieux jardinier

Combien me reste-t-il de printemps à semer
Quand le soleil levant dissipe la grisaille ?
Perce-neige et crocus, plantés dans la rocaille,
Seront les tout premiers pour venir nous charmer
L'odorant seringa, le muguet, la jonquille,
Les arbres du verger, tout habillés de blanc,
Écoutent, stupéfaits, la grive qui babille
Et les éclats de voix d'un merle conquérant.

Combien me reste-t-il d'étés à contempler
Quand la lune est propice au lever des semailles ?
Les prés sont tout remplis de champêtres sonnailles.
Les taillis, les buissons de nids vont se peupler.
Le moineau pillera la fraise et la framboise.
Le discret chèvrefeuille embaume les matins,
La frêle campanule a des airs de bourgeoise,
Le rosier souverain exhale ses parfums.

Combien me reste-t-il d'automnes à subir
Quand septembre apparaît nous tenant ses promesses ?
Les jardins, les vergers dispensent leurs richesses
Et l'ouest orageux nous frappe sans faiblir.
L'aronde se rassemble et la maison frissonne,
Notre parterre accueille un dernier papillon;
Quand tout devient muet, la nature s'étonne
Et le merle craintif se cache en son buisson.

Combien me reste-t-il d'hivers à redouter
Quand l'aquilon fougueux nous couvre de nuages ?
Les oiseaux migrateurs quittent leurs pâturages,
Les bois tout effeuillés semblent se lamenter;
Les champs sont dépeuplés, la nature déserte,
Tout n'est plus que silence engourdi de frimas,
Plus un cri, plus un chant, toute chose est inerte,
Seul, le vent mugissant sévit avec fracas.

Puissent d'autres saisons m'accorder un répit,
J'aime où je vis heureux, j'admire la nature,
J'écoute les oiseaux, j'aime ce qui fleurit,
Mais, quand le temps viendra de l'ultime écorchure,
Fasse que le soleil qui toujours me sourit
Se penchera vers moi pour panser ma blessure.

 

Jacques-Maurice Sutherland

 

Bruits de pas

17 h 30, cœur de l’hiver, la nuit vient de tomber… 
odeur de neige et brume opaque, une atmosphère ramassée … 
bruits de pas étouffés, miaulements apeurés … quelqu’un marche …
une silhouette se précise, paletot d’hiver et souliers plats,
bras allongés par deux gros poids, nez bien caché et tête en bas …
Porte d’entrée pas très cochère, l’ombre s’arrête et se déleste,
trousseau de clés, tintinnabule, et l’antre s’ouvre sans préambule …
Légèrement essoufflée, la forme s’engouffre dans le plain-pied
pose sur la table ses deux cabas, presse le bouton…
que la lumière soit … alors commence l’étrange ballet …. 
le manteau vole d’un geste adroit sur la patère d’un mur étroit ;
les victuailles s’en vont rejoindre le frigidaire au froid glacial
quand le pain frais prend ses quartiers sur le rebord d’un vieux buffet …
les casseroles s’entrechoquent, le cul au chaud, mais elles s’en moquent,
et l’on découvre une jolie liane qui touille et coupe et cuit et goûte …
satisfaite ; en deux temps elle nappe, met deux couverts,
salle de bain, robe dansante, juste un bouton ouvert,
appuie sur le lecteur pour un fond musical,
installe deux, trois bougies en fait jaillir la flamme,
attrape le tire-bouchon et tranquillement dévisse,
le sourire vermillon et l’arôme en indice …
19 h, plein hiver, la nuit est tombée… odeur de neige et brume opaque,
une atmosphère ramassée … 
bruits de pas étouffés, battements de cœur syncopés, 
quelqu’un marche …

 

Lily la Plume
Son blog : http://www.lilylaplume.com/

L'automne

L’eau tonne
Sur le toit ;
Toi, tu ronronnes.
Toiture : on ronne,
Et le rat monne
Et la scie monne
Ah ! la Simone
Dort sur le toit.
On scie mon toit
Mais Simon, toi,
Tu t’en moques,
Le chat ronronne,
Le charron ronne
Et le rat monne
Sur le toit.
L’eau tonne,
L’automne !
Eh, que m’importe ?
Car je t’ai toi.
Tais-toi.
Ferme la porte
Dessous mon toit …
Dessous mon toit,
Le chat rond ronne,
Le chat ronronne
Le gros rat monne
Et la scie monne
Ah ! la Simone
Comme l’eau rage
Comme l’eau tonne !

 

Jean Desmeuzes (1931-2006)

Soir d'hiver

Ah ! comme la neige a neigé !
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah ! comme la neige a neigé !
Qu’est-ce que le spasme de vivre
À la douleur, que j’ai, que j’ai !

Tous les étangs gisent gelés,
Mon âme est noire : Où vis-je ? où vais-je ?
Tous ses espoirs gisent gelés :
Je suis la nouvelle Norvège
D’où les blonds ciels s’en sont allés.

Pleurez, oiseaux de février,
Au sinistre frisson des choses,
Pleurez, oiseaux de février,
Pleurez mes pleurs, pleurez mes roses,
Aux branches du genévrier.

Ah ! comme la neige a neigé !
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah ! comme la neige a neigé !
Qu’est-ce que le spasme de vivre
À tout l’ennui que j’ai, que j’ai !….

 

Emile Nelligan (1879-1941)
Poète québécois
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Chanson de la pluie

A dos de mule
A dos d'oiseau
A dos de libellule hulot
A dos de rat-mulot
A pas de campanule
A bras de mélilot
S'en va la pluie à bulles
S'en va la pluie sur l'eau

Une pluie fil à fil
Qu'habille l'horizon
Et de fil en aiguille
Va jusqu'à la maison

 « Va jusqu'à la maison
Tu trouveras ta mère
Qu'est assise au tison
Qui recoud des linceuls
Ou qui tire au rouet
Toute sa vie amère,
Demande-lui z'à boire
Z'à boire et à manger... »
Mais la pluie perd la mémoire
A force de voyager

 A force de voyager
Sur ses pattes de gouttes rondes
Faire le tour du monde.
A dos de mule
A dos d'oiseau
A dos de libellule hulot
A dos de rat-mulot
A pas de campanule
A bras de mélilot
S'en va la pluie à bulles
S'en va la pluie sur l'eau !

 

Maurice Fombeure (1906-1981)
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Saisons

Le jour est à sa place et coule à fond de temps,
À moins que l’être monte à travers des espaces
Superposés dans la mémoire et délestant
La cervelle et le cœur de souvenirs tenaces.

Étés, puissants étés, votre nom même passe,
Être et avoir été, passe-temps et printemps,
Il passe, il est passé comme une eau jamais lasse,
Sans cicatrices, sans témoins et sans étangs.

Saisons, vous chérissez du moins le grain de blé
Qui doit germer aux jours de dégel et la clé
Pour ouvrir aux départs les portes charretières.

Les astres dans le ciel par vous sont rassemblés,
L’an va bientôt finir et des pas accablés
Traînent sur les chemins ramenant aux frontières.

 

Paul Eluard (1895-1952)
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Juin

J’aime bien le mois de juin
C’est celui des cerises
Des longues journées sans fin
Aux douces soirées exquises

Très tôt dès le matin
Tous les oiseaux devisent
Et tard quand la nuit vient
Certains encore s’avisent

C’est temps des examens
Où les sérieux révisent
Et leurs moments malsains
Des attentes indécises

C’est tendres gazons coussins
Où la rosée irise
Les beaux serments divins
Des amants qui se bisent

Et puis au mois de juin
On pense à ses valises
Car très bientôt revient
L’heure des vacances promises

 

Robert Casanova
Son blog : www.robertcasanova.fr/

Eté

Et l’enfant répondit, pâmée
Sous la fourmillante caresse
De sa pantelante maîtresse :
« Je me meurs, ô ma bien-aimée !

« Je me meurs : ta gorge enflammée
Et lourde me soûle et m’oppresse ;
Ta forte chair d’où sort l’ivresse
Est étrangement parfumée ;

« Elle a, ta chair, le charme sombre
Des maturités estivales, —
Elle en a l’ambre, elle en a l’ombre ;

« Ta voix tonne dans les rafales,
Et ta chevelure sanglante
Fuit brusquement dans la nuit lente.

 

Paul Verlaine (1844-1896)
Sa vie, son oeuvre

Il pleut sur la mer

Il pleut sur la mer et ça sert à rien
Qu'à noyer debout le gardien du phare
Le phare, y a beau temps qu'il a plus d'gardien
Tout est électrique, il peut bien pleuvoir
Aujourd'hui dimanche
Sur la Manche

Il pleut sur la mer, c'est bien inutile
Ca mouille la pluie, c'est du temps perdu
Les mouettes s'ennuient, blotties sous les tuiles
Il tombe des cordes et l'eau s'est pendue
Aux plus hautes branches
De la Manche

Il pleut sur la mer et ça sert à rien
A rien et à rien, mais quoi sert à quoi ?
Les cieux, c'est leur droit d'avoir du chagrin
Des nuages indiens vident leur carquois
C'est l'été comanche
Sur la Manche

Il pleut sur la mer, l'eau, quelle imbécile !
A croire que la mer se pisse dessus
Saborde ses ports, ses cargos, ses îles
T'as l'air d'un moineau sous mon pardessus
D'une corneille blanche
Sur la Manche

Il pleut sur la mer et ça nous ressemble
De l'eau dans de l'eau, c'est nous tout crachés
Et nos yeux fondus au coeur de septembre
Regardent rouler des larmes gâchées
Curieuse avalanche
Sur la Manche

Il pleut sur la mer, c'est con comme la pluie
Peut-être c'est nous qui sommes à l'envers
L'amour a des noeuds plein sa mise en plis
Ca nous fait marrer, il pleut sur la mer
Aujourd'hui dimanche
Sur la Manche

 

Allain Leprest
Allain Leprest est un poète-parolier et chanteur français né en 1954 dans la Manche et mort le 15 août 2011 en Ardèche. Auteur de génie, interprète magistral sur scène dans la lignée de la chanson poétique de tradition française, souvent comparé à Jacques Brel mais inclassable par son talent. Il aura été un auteur prolifique avec plus de 1 000 chansons écrites. Méconnu du grand public, Allain Leprest est pourtant reconnu et admiré par ses pairs, Jean Ferrat, Juliette Gréco, Henri Salvador, Anne Sylvestre, Claude Nougaro.
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Sardines à l'huile

Dans leur cercueil de fer-blanc
plein d’huile au puant relent
marinent décapités
ces petits corps argentés
pareils aux guillotinés
là-bas au champ des navets !
Elles ont vu les mers, les
côtes grises de Thulé,
sous les brumes argentées
la Mer du Nord enchantée…
Maintenant dans le fer-blanc
et l’huile au puant relent
de toxiques restaurants
les servent à leurs clients !
Mais loin derrière la nue
leur pauvre âmette ingénue
dit sa muette chanson
au Paradis-des-poissons,
une mer fraîche et lunaire
pâle comme un poitrinaire,
la Mer de Sérénité
aux longs reflets argentés
où durant l’éternité,
sans plus craindre jamais les
cormorans et les filets,
après leur mort nageront
tous les bons petits poissons !…

Sans voix, sans mains, sans genoux
sardines, priez pour nous !…

 

Georges Fourest (1864-1945)
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Etoile de la mer

Et de vaisseaux, et de vaisseaux,
Et de voiles, et tant de voiles,
Mes pauvres yeux allez en eaux,
Il en est plus qu’il n’est d’étoiles ;

Et cependant je sais, j’en sais
Tant d’étoiles et que j’ai vues
Au-dessus des toits de mes rues,
Et que j’ai sues et que je sais ;

Mais des vaisseaux il en est plus,
– Et j’en sais tant qui sont partis –
Mais c’est mon testament ici,
Que de vaisseaux il en est plus ;

Et des vaisseaux voici les beaux
Sur la mer, en robes de femmes,
Allés suivant les oriflammes
Au bout du ciel sombré dans l’eau,

Et de vaisseaux tant sur les eaux
La mer semble un pays en toile,
Mes pauvres yeux allez en eaux,
Il en est plus qu’il n’est d’étoiles.

 

Max Elskamp (1862-1931)
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Quart de minuit

Dieu des mares, des marées, des mers et des marins,

relevez en douceur celui-là qui, tombé

dans le cordage des jours et des nuits sans sommeil,

a conduit sans faillir le bateau à son port

 

dans la baie des étoiles. Il a fini son quart

d'errance et de grisaille et repoussé l'assiette

du monde, rangé la terre, l'eau, le vent avec

l'irréductible poésie et le voici
 

ayant passé le cap de la désespérance,

bouche à bouche avec la tourbe de ses coupeurs

en Drente, et lavé du souci, de deux mille ans

d'attente et de mélancolie. Ecce homo,

 

il a franchi enfin le pas de l'horizon

et marche sur la mer, et ne s'étonne plus

de comprendre son chien qui trotte à ses côtés.

 

Lui qui veillait sans cesse à la proue de la terre

dort à présent de tout son long puisqu'il connaît

la rive où les aveugles voient, et qu'il ait dit

 

adieu cent fois dans ses poèmes n'empêche plus

qu'on lise : bonjour, et que la terre soit belle

et les vallées en paix pour chacun d'entre vous.

Guy Goffette
Poète et écrivain belge, né en 1947. Il vit et travaille à Paris où il est lecteur chez Gallimard. Il a été tour à tour enseignant, libraire, éditeur.
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Navigateur solitaire

Les pieds dans les copeaux l'artisan fait la planche

il se laisse porter par la lourdeur de l'eau

il a pris soin de mettre un gilet bien étanche

pour ne pas disparaître et couler corps et os

 

C'est ainsi qu'il dérive au milieu de la Manche

en regardant le ciel d'un regard chemineau

parfois d'une main sûre il écarte une branche

d'algue proliférant en humide berceau

 

Parfois à son côté passe un transatlantique

tout prêt à l'accueillir c'est lui qui ne veut pas

il préfère sa course à l'humeur touristique

 

parfois à son côté un iceberg tragique

pourrait bien l'emporter jusque à Wabana

mais lui tout ce qu'il souhaite est gagner Reykjavik


Raymond Queneau (1903-1976)
Romancier, poète, dramaturge, fondateur du groupe littéraire Oulipo.
Biographie complète sur wikipedia

Je ne sais plus quoi faire

Les vaches sont rentrées, le blé est semé
La soupe chauffe, les enfants sont couchés
Je ne sais plus quoi faire…
Je ne m’ennuie pas, non je rêve
J’ai remué la terre toute la journée
J’aime la terre, c’est ma grève
Mon salut, mon retour, ma trêve.
Elle est lourde, elle est noire
Elle est légère, elle est verdoyante
Elle est promesse, elle est espoir
Elle est tristesse, elle désenchante
J’ai écouté le vent, j’ai regardé la lune
J’ai écouté le savoir des vieux
Tout ça pour ma terre brune
Tout ça pour la nourrir mieux
Je ne sais plus quoi faire…
Mes reins sont fourbus, ma peau desséchée
Mes ongles noirs, mes pieds éclatés
Je suis près du feu, à ne rien faire
J’attends, j’attends mon homme, mon chêne
Mon amour et son odeur à lui
J’attends mon homme, mes chaînes
Ma raison d’être à lui.
Je jouis de la terre, comme je jouis de lui.
Mes pieds s’enfoncent dans la terre
Mes yeux ne se lèvent que sur lui.
Et je me fais enchanteresse comme ma terre
Je pourrais prendre un tricot, une dentelle
Je n’en ai pas envie ce soir, je suis bien
Je pense à lui, à nous, en regardant la chandelle
Je vais le voir entrer, heureux, se frottant les mains
Une bonne journée, encore un jour heureux
De bonnes semailles, de bonnes récoltes
Une belle femme, un sourire au fond des yeux
Et le ventre rond, promesse d’une autre récolte.
Il ne dira rien, il n’est pas bavard.
Les paroles sont légères, elles ne font que passer
Il suffira de ses bras, de son regard
Pour que j’oublie la fatigue de la journée
Puis au coin du feu, nous parlerons d’elle
Parce qu’en fin de compte, il n’y a qu’Elle
L’horloge égrènera ses notes démentielles
Pour nous dire qu’un jour, un soir, sans savoir
Il faudra fermer le livre, arrêter l’histoire
Qu’il sera temps de s’endormir… en Elle.

 

Solveig Le Coze
Vivant en Bretagne, elle est lauréate de la Fondation de France et Prix du roman 2011 décerné par le Conseil Général d’Ille et Vilaine. Elle fait partie de l’Association des Ecrivains Bretons. « Le loup a les dents blanches... je répète » est son premier livre, écrit à 15 ans sur la vie de ses parents pendant la Résistance. Suivent Linad, une saga à tram historique entre Celtes et Scandinaves, « Che chorobia » : comme c’est étrange, un roman noir à fond de dérives sectaires et de traditions gitanes, « Tant qu’il y aura des mots », recueil de nouvelles et de poèmes primés et Le vieux Chêne de Merville, de Lorient à l’Extrême-Orient de 1900 à nos jours en passant par la Sibérie.
Sa maison d'édition : https://www.solveig-lc.fr/

Renouveau

Le printemps maladif a chassé tristement
L’hiver, saison de l’art serein, l’hiver lucide,
Et, dans mon être à qui le sang morne préside
L’impuissance s’étire en un long bâillement.

Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâne
Qu’un cercle de fer serre ainsi qu’un vieux tombeau
Et triste, j’erre après un rêve vague et beau,
Par les champs où la sève immense se pavane

Puis je tombe énervé de parfums d’arbres, las,
Et creusant de ma face une fosse à mon rêve,
Mordant la terre chaude où poussent les lilas,

J’attends, en m’abîmant que mon ennui s’élève…
– Cependant l’Azur rit sur la haie et l’éveil
De tant d’oiseaux en fleur gazouillant au soleil.

 

Stéphane Mallarmé
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Offrande

Au creux d’un coquillage
Que vienne l’heure claire
Je cueillerai la mer
Et je te l’offrirai.

Y dansera le ciel
Que vienne l’heure belle.
Y dansera le ciel
Et un vol d’hirondelle
Et un bout de nuage
Confondant les images
En l’aurore nouvelle
Dans un reflet moiré
Dans un peu de marée
Dans un rien de mirage
Au fond d’un coquillage.

Et te les offrirai.

 

Esther Granek
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

La cueillette des cerises

Espiègle ! j’ai bien vu tout ce que vous faisiez,
Ce matin, dans le champ planté de cerisiers
Où seule vous étiez, nu-tête, en robe blanche.
Caché par le taillis, j’observais. Une branche,
Lourde sous les fruits mûrs, vous barrait le chemin
Et se trouvait à la hauteur de votre main.
Or, vous avez cueilli des cerises vermeilles,
Coquette ! et les avez mises à vos oreilles,
Tandis qu’un vent léger dans vos boucles jouait.
Alors, vous asseyant pour cueillir un bleuet
Dans l’herbe, et puis un autre, et puis un autre encore,
Vous les avez piqués dans vos cheveux d’aurore ;
Et, les bras recourbés sur votre front fleuri,
Assise dans le vert gazon, vous avez ri ;
Et vos joyeuses dents jetaient une étincelle.
Mais pendant ce temps-là, ma belle demoiselle,
Un seul témoin, qui vous gardera le secret,
Tout heureux de vous voir heureuse, comparait,
Sur votre frais visage animé par les brises,
Vos regards aux bleuets, vos lèvres aux cerises.

 

François Coppée
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

La branche d'amandier

De l’amandier tige fleurie,
Symbole, hélas! de la beauté,
Comme toi, la fleur de la vie
Fleurit et tombe avant l’été.

Qu’on la néglige ou qu’on la cueille,
De nos fronts, des mains de l’Amour,
Elle s’échappe feuille à feuille,
Comme nos plaisirs jour à jour !

Savourons ces courtes délices;
Disputons-les même au zéphyr,
Epuisons les riants calices
De ces parfums qui vont mourir.

Souvent la beauté fugitive
Ressemble à la fleur du matin,
Qui, du front glacé du convive,
Tombe avant l’heure du festin.

Un jour tombe, un autre se lève;
Le printemps va s’évanouir;
Chaque fleur que le vent enlève
Nous dit : Hâtez-vous de jouir.

Et, puisqu’il faut qu’elles périssent,
Qu’elles périssent sans retour !
Que ces roses ne se flétrissent
Que sous les lèvres de l’amour !

 

Alphonse de Lamartine
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Je te donne

Riche du désert de mon cri
Je, scribouilleur sous-saigné
Te donne à fleurs de mots
La nuit qui postillonne
À l’enfant ses étoiles.
Je ne veux pas pour toi
D’une vie sans histoires
Tu as droit au rire
Éclaté des bourgeons
Tu as droit d’affouage
Aux forêts du bonheur
Droit à ce goût qui nous vient
De plus loin que nos rêves
Au goût d’un jour fumé
Jusqu’au bout du mégot
Au goût de pomme à naître
A l’arbre de nos faims.
Je te donne la Vie
A cueillir mon amour
Aux branches basses des poèmes
Je voudrais qu’il t’en reste à jamais
Une saveur de fruit mûr
Comme un soleil fondu
Dans la bouche du temps.
Il y a tant de promesses
Nées aux lèvres des chemins
Tant de désirs qui nous attendent
Devant la porte des mémoires…
Qu’apparaisse enfin ce pays
Où l’arbre de l’instant éternel
Me cache la forêt des souvenirs
En ce premier matin de la vie
Je compte nos soleils
Au bord du bonheur.

 

Jacques Viallebesset
Son blog

Le sud de la France

Ineffables parfums de rouges fruits confits,
Délicates saveurs âpres de raisins mûrs.
L’ivresse est profonde et la narcose embellit
L’instant si fugace au potron-jacquet azur.

Ah ! Le long des chemins hasardeux de Provence,
Je respire la saponaire et la lavande
Aussi ces infinies bacchanales fragrances
Que le Sombre et le Libeccio austral répandent.

Puis, au crépuscule de la douce journée,
A l’heure tardive quand chantent les grillons,
Il viendra encore à la table s’ajouter
L’intime chaleureux et le vin vermillon.

Parmi les Enfers et les lointains paradis
Se trouve un balcon sublime sur le bonheur,
Un séjour idyllique et presque une utopie
Afin de subir l’insistant carillonneur.

Ineffables parfums de rouges fruits confits,
Délicates saveurs âpres de raisins mûrs.
L’ivresse est profonde et la narcose embellie
L’instant si fugace au potron-minet azur.

 

Didier Sicchia

Chez Gaston, le nôtre

Ce que j’ai envie de dire
Tient en quelques mots enrobés de chocolat menthe,
Dans la vitrine sucre glace de la boulangerie d’en face
Où très souvent je me délasse,
Dans un jacuzzi d’îles flottantes
Et de millefeuilles au café

Dans son grand four
Gaston, le pâtissier
En prépare des petits,
Que l’on mange en une seule bouchée
Et ses mignardises bourgeonnantes et costumées,
Fondent sur le palais des rois et des reines
Comme sur ceux des énergumènes

Notre homme, aussi doué que Le Nôtre,
Mais c’est le nôtre,
Fait valser la chantilly en chantant la traviata
Tandis que sa dame aux camélias,
Accueille ceux qui ont un petit creux sous les côtes

Les croissants, confiseries
Éclats d’amandes, meringues et fruits confits
Dansent car, confidence,
Pendant leurs vacances
Ils ont un peu trempé dans l’alcool
D’un ciel d’étoiles Espagnol

Je plains les vaches dans leurs enclos
Condamnées à regarder passer les Paris-Brest,
Que leur vie semble indigeste
À les voir filer sans cesse, j’en deviendrais marteau

Madame, s’il vous plait, je voudrais ce gâteau !
– Ce sera tout ? Me répond-elle,
Sa question est bien embarrassante,
Je tire nerveusement sur mes bretelles

J’ai peu d’argent sur moi,
J’achèterais bien toute la boutique
Me fera t’elle crédit, ou pas ?

 

William Braumann
Né à Paris il y a 44 ans, William Braumann, autodidacte, auteur de chansons et de poésies, est publié dans les revues Poetica,Le capital de mots, Infusion et Recours au poème. Il travaille également à l'écriture de son premier roman.

Mon cartable

Mon cartable sent la pomme,
le livre, l'encre, la gomme
et les crayons de couleur.

Mon cartable sent l'orange,
le bison et le nougat,
il sent tout ce que l'on mange
et ce qu'on ne mange pas.

La figue, la mandarine,
Le papier d'argent ou d'or,
et la coquille marine,
les bateaux sortant du port.

Les cow-boys et les noisettes,
la craie et le caramel,
les confettis de la fête,
les billes remplies de ciel.

Les longs cheveux de ma mère
et les joues de mon papa,
les matins dans la lumière,
la rose et le chocolat.

 

Pierre Gamarra (1919-2009)
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

La cuisine

Dans la cuisine où flotte une senteur de thym,
Au retour du marché, comme un soir de butin,
S’entassent pêle-mêle avec les lourdes viandes
Les poireaux, les radis, les oignons en guirlandes,

Les grands choux violets, le rouge potiron,
La tomate vernie et le pâle citron.
Comme un grand cerf-volant la raie énorme et plate
Gît fouillée au couteau, d’une plaie écarlate.

Un lièvre au poil rougi traîne sur les pavés
Avec des yeux pareils à des raisins crevés.
D’un tas d’huîtres vidé d’un panier couvert d’algues
Monte l’odeur du large et la fraîcheur des vagues.

Les cailles, les perdreaux au doux ventre ardoisé
Laissent, du sang au bec, pendre leur cou brisé ;
C’est un étal vibrant de fruits verts, de légumes,
De nacre, d’argent clair, d’écailles et de plumes.

Un tronçon de saumon saigne et, vivant encor,
Un grand homard de bronze, acheté sur le port,
Parmi la victuaille au hasard entassée,
Agite, agonisant, une antenne cassée.

 

Albert Samain (1858-1900)
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Cuisine électorale

Un tiers de jeune, un tiers de vieux,

Un autre tiers pour le milieu,

Un tiers de meufs, un de messieurs,

Un autre tiers pour l’entre-deux,

Un tiers d’élus, un tiers de bleus,

Un tiers de gens bien de chez eux,

Un tiers de nés sous d’autres cieux,

Un autre tiers aventureux,

Un tiers malin et un tiers creux,

Un gros tiers de propres sur eux,

Un mini-tiers de gens de peu,

Un tiers de gauche glorieux,

Un tiers de droite un peu honteux,

Un gros tiers de centre poreux,

Un quatrième plus douteux,

Un tiers d’aigles, un tiers de bœufs,

Un tiers obscur, un lumineux,

Un tiers inconnu, un fameux :

On laisse cuire à petit feu,

Et on a l’Assemblée qu’on veut !

Jean-Louis Bailly
est né en 1953 à Tours. Il a enseigné les lettres à Nantes de 2001 à 2016. C'est un écrivain et un pataphysicien actif, auteur du plus long lipogramme versifié en langue française, transcription fidèle, sans utiliser la lettre « e », de La Chanson du Mal-aimé d'Apollinaire.
Son blog :
jlbailly.centerblog.net

Odette à Huguette

Dans une petite maisonnette,
Percée de petites fenêtres,
Au milieu des pâquerettes,
Des touffes de gariguettes,
Des mouches et des guêpes,
Et des odeurs qui entêtent,
Trônait la vieille Huguette.

Après avoir lâché ses bombinettes,
Tout au fond des toilettes,
Elle se sauva toute guillerette,
Cueillir des courgettes,
Dans le pré « andouillette »,
Lieu du poète,
En froc et à la grosse baguette.

Caché derrière une chaussette,
Peut-être un bout de moquette,
Le drôle de poète,
Vit arriver la grassouillette,
Fit une galipette,
Et poussa la chansonnette :
« Où vas-tu, Ginette ? »

Huguette s’arrêta nette,
Stupéfaite !
Elle resta toute muette,
Devant le poète,
À la grosse baguette,
Cachée derrière sa braguette,
Faut dire qu’elle n’avait pas vu ça depuis fleurette,
La pauvre Huguette,
Catherinette,
Depuis belle lurette.

Le poète héla : « Hé, Odette !
Veux-tu que je la mette ? »
« Non », fit Huguette,
« Ma minette,
C’est un peu les oubliettes,
Je ne peux plus faire grimpette,
J’aurais bien peur qu’une telle machette,
Ne me la mette en miettes !
Pourtant votre belle baguette,
Me donne envie de jouer de la clarinette ! »

Alors, après une courbette,
Là, au milieu des courgettes,
Huguette souffla dans la trompette,
Du poète,
Qui se mit à jouer,
Des castagnettes !

 

Stéphane Gebel de Gebhardt
Ecrivain touche à tout, récits courts et nouvelles en passant par la poésie, il va bientôt publier un roman remettant en cause l'origine humaine et bien sûr, notre propre histoire. Il vit à Rimouski au Québec.
Ses blogs :
lejournaluse.blogspot.fr
humouretgalipettes.blogspot.fr

Deux belles maîtresses

Y a des histoires d’amour que l’on dit impossibles
Et seul le temps les couvre de leurs ruptures terribles
J’ai eu deux belles maîtresses, pendant plus de huit mois
Elles étaient sans paresse, et elles n’aimaient que moi
Toujours l’une derrière l’autre sans jamais se fâcher
Elles étaient deux apôtres à mes pieds, enlacées.
Je les ai connues à Auch, elles sortaient d’une boîte
L’une était à ma gauche et l’autre mal à droite.
Elles avaient grand plaisir à se faire marcher.
A se faire courir, à se faire sauter.
Aussi, je n’ai pu croire à leurs virginités
Lorsque le soir venu, je les ai pénétrées.
Ça s’est fait sans un cri, tout juste un peu serré
Et quand j’en suis sorti, j’ai pu prendre mon pied.
Elles ne m’ont pas quitté malgré toutes les souffrances
Que je leur ai données souvent par ignorance.
Les coups sur les trottoirs, les attentes dans les gares
Et ces déchets de chiens, qu’elles prenaient pour un rien.
Et si je suis ici, devant vous tout penaud
C'est que votre vernis a quitté votre peau
Pardonnez-moi, mes belles, mais je dois vous laisser
Là dans cette ruelle, toutes nues, sans lacets.
Vous avez trop vieilli, vous n’êtes plus très sûres
Vous que j'ai tant chéries, vous mes vieilles chaussures.

 

Gilles Butin
Finaliste du Grand Prix Eté 2013, sur le site : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/deux-belles-maitresses

 

Q

Histoire de Q

Je suis ronde avec une queue dans le Q !
Vous et moi, ça fait longtemps qu'on s'est connu
Sur les bancs de l'école, avec toutes mes copines
Mais si souvenez-vous, c'était moi la plus coquine.

D'ailleurs y en a une avec qui je m'acoquine
Une que j'ai bien eu, je ne sors jamais sans elle
Y a que le coq coquelet et son zinc le cinq
Qui se permettent de trainer avec moi en son absence.

Je suis ronde avec une queue dans le Q !
Toujours l'objet d'une quinte de questions
Qui suis-je ? A quoi je sers ?
Quand est ce qu'on se voit ? Quel temps fait-il ?
Je suis au milieu de toutes les questions QQ.
Une chose est sûre je suis loin d'être quelconque
Qui que vous soyez je vous inspire déjà désir et dégout,
Entre vous et moi c'est une affaire de goût.

Je suis ronde avec une queue dans le Q !
Je suis à l'origine de tous les scandales
Le mobile de tous ceux qui ont la dalle…
Tendez l'oreille, voyez, on ne parle que de moi...
Je suis atypique, je suis peu banale
Plutôt du genre à rester dans les ...anales
D'ailleurs de temps en temps sur Canal
Il y a un film dont je suis la star.

Ma réputation chacun s'assoit dessus
Y a même des têtes de glands qui me crachent dessus !
Je le concède je dis souvent de la merde
Mais avouez qu'à mon sujet y a des gifles qui se perdent.

Je suis maladroite et nouille et pourtant je me débrouille
D'ailleurs sans moi la coquille partirait en couille…
Je suis une brute épaisse, je suis d'une drôle d'espèce
Mais est-ce une raison pour me prendre pour une paire de fesses ?

Je suis de l'alphabet la lettre la plus ingrate,
Celle qu'on touche, celle qu'on tape, qu'on perfore et qu'on gratte
Je suis une lettre qui sent mauvais, avec un lourd vécu.

Je suis ronde avec une queue dans le Q !
Mais foutez moi la P, ne me pompez pas l'R je suis la lettre Q.

 

Lionel Daigremont
Son blog : http://yonl-poete.blogspot.fr/

Le cul de Lucette

Quelquefois je me glace
J’aime bien r’mettre les choses en place
Et j’en veux à ces gens
Qui s’expriment comme des glands
Vous Messieurs dans la rue
Quand vous matez un beau cul
Vous murmurez bon sang de bois
Quel beau derrière elle a

REFRAIN
Dieu que ce langage-là me blesse
Parler ainsi d’une belle paire de fesses
Laissez-moi glorifier sans façons
De nos dames ce noble tronçon

Y a d’abord le cul rond
Le cul qui s’ fait pas d’ mouron
Très à l’aise dans la mouise
Autant qu’ chez la marquise
Y a le cul bas le misérable
Çui qui fait des trous dans le sable
Et y a le cul rebondi
Qui marque toujours midi

REFRAIN
Mon préféré c’est celui d’Lucette
Son merveilleux p’tit cul en trompette
C’est la mappemonde du bonheur
C’est vraiment lui le cul de mon cœur

Y a le cul un peu teigne
Qui aurait besoin d’un coup d’ peigne
Pis y a l’ cul de Renée
Qui souhaite la bonne année
Y a le cul prolétaire
Faut êt’ deux pour le faire taire
Et y a le cul aristo
Qui dit jamais d’ gros mots

REFRAIN
Mon préféré c’est celui d’Lucette
Le seul qui ait des senteurs de violette
Quand j’ le vois pas d’une semaine je pleure
C’est vraiment lui le cul de mon cœur

Y a le cul de Florence
Qui dit toujours ce qu’il pense
Et y a le cul de Maguy
Çui qui est fermé l’ mardi
Quand il pleut celui qui frise
C’est le gentil cul d’ Maryse
Qui résonne comme un tambour
Et gagne tous les concours

REFRAIN
Mon préféré c’est celui d’Lucette
Le seul qui se monte jamais la tête
Qui sait être là dans le malheur
C’est vraiment lui le cul de mon cœur

Y a les culs à moustache
Les coiffeurs se les arrachent
Et les culs les plus cotés
Ceux qui ont la raie d’ côté
Les culottés les cupides
Y a les culs qui prennent le bide
Les culs fanés de jadis
En forme de fleur de lys

REFRAIN
Mon préféré c’est celui d’Lucette
C’est le paradis en chemisette
C’est un cul classé de grand seigneur
C’est vraiment lui le cul de mon cœur

J’ai couru j’ai bien vécu
J’ai vu des milliers de culs
Mais y a que l’ cul brésilien
Dont l’arôme se retient
J’ai vu les culs des moukères
Qui ont besoin d’une moustiquaire
J’ai vu l’ cul d’Ashi Moto
Çui qui prend des photos

REFRAIN

Mais j’ préfère quand même celui d’Lucette
Ne le frôlez pas de vos fourchettes
Vous les taste-fesses amateurs
Car c’est vraiment le cul de mon cœur

 

Pierre Perret
Site officiel : http://pierreperret.fr/

Pisser face au soleil et péter dans le vent

Pisser face au soleil et péter dans le vent,
C'est de la liberté la vérité première,
Car en cambrant les reins en plein dans la lumière
Et pour guider le jet arrondissant la main,
On se trouve faraud parmi tous les humains.
Hypocrite bourgeois qui te voiles la face,
Regarde donc un peu un homme de ta race
Pisser face au soleil et péter dans le vent
Avant de se coucher et puis en se levant.

Pisser face au soleil et péter dans le vent
A toujours ébloui mon âme libertaire,
Voulant directement remettre à notre terre
De son vin généreux le pauvre résidu.
Je sais que l'on prétend que je n'aurais pas dû,
Et la bigote outrée, horrifiée et hagarde,
Ne croit pas que son Dieu, qui pourtant me regarde,
Doit se frotter les mains en me voyant souvent
Pisser face au soleil et péter dans le vent.

Pisser face au soleil et péter dans le vent,
Je sais que l'on admet, sur notre terre ingrate,
Que le malheureux chien puisse lever la patte
Et que le ruminant, créant tout un ruisseau,
N'a jamais pu troubler vos cervelles de sots.
Vous détournez les yeux pendant que je vidange,
Mais vous froncez le nez car ça sent la vendange,
Quand je pisse au soleil et pète dans le vent.
Des sujets féminins s'en vont tout en rêvant ...

Pisser face au soleil et péter dans le vent,
Vous qui vivez serrés un peu comme des moules,
Cet acte merveilleux vous fait tourner la boule.
La morale et la loi pourtant vous ont traqués
Et, croyant vivre heureux, vous vous êtes parqués.
Vous pouvez bien, les gars, gagner de la galette,
En avoir, après tout, une pleine mallette.
Il n'est qu'un homme au monde, et c'est le paysan,
Pour pisser face au soleil et péter dans le vent.

Pisser face au soleil et péter dans le vent,
Avant que le grand froid ait gagné mes vertèbres,
Que mon âme ait sombré dans les grandes ténèbres,
Que tout soit effacé, qu'il ne reste plus rien,
Que l'on dise partout : « Ce n'était qu'un vaurien. »
Je voudrais demander à cette providence
De bien me soulager à la même cadence,
De pouvoir chaque jour, et ça pendant longtemps,
Pisser face au soleil et péter dans le vent.

 

Jules Fortuné
Né en 1911 à Massognes dans le Haut Poitou, Jules Fortuné était un paysan amoureux de sa terre, poète rabelaisien et humaniste militant.
Une
vingtaine de ses textes sont en ligne sur ce site.

Les vieux

Les vieux ne parlent plus
Ou alors seulement
Parfois du bout des yeux,
Même riches ils sont pauvres,
Ils n’ont plus d’illusions,
Et n’ont qu’un coeur pour deux.
Chez eux ça sent le thym,
Le propre, la lavande,
Et le verbe d’antan,
Que l’on vive à Paris,
On vit tous en province
Quand on vit trop longtemps.
Est-ce d’avoir trop ri
Que leur voix se lézarde
Quand ils parlent d’hier ?
Et d’avoir trop pleuré
Que des larmes encore
Leur perlent les paupières ?
Et s’ils tremblent un peu
Est-ce de voir vieillir
La pendule d’argent
Qui ronronne au salon,
Qui dit oui, qui dit non,
Qui dit : Je vous attends.

Les vieux ne rêvent plus,
Leurs livres s’ensommeillent,
Leurs pianos sont fermés,
Le petit chat est mort.
Le muscat du dimanche
Ne les fait plus chanter,
Les vieux ne bougent plus,
Leurs gestes ont trop de rides,
Leur monde est trop petit,
Du lit à la fenêtre,
Puis du lit au fauteuil,
Et puis du lit au lit,
Et s’ils sortent encore
Bras dessus, bras dessous,
Tout habillés de raide,
C’est pour suivre au soleil
L’enterrement d’un plus vieux,
L’enterrement d’une plus laide,
Et le temps d’un sanglot
Oublier toute une heure
La pendule d’argent
Qui ronronne au salon,
Qui dit oui, qui dit non,
Et puis qui les attend.

Les vieux ne meurent pas,
Ils s’endorment un jour
Et dorment trop longtemps,
Ils se tiennent la main,
Ils ont peur de se perdre,
Et se perdent pourtant
Et l’autre reste là,
Le meilleur ou le pire,
Le doux ou le sévère,
Cela n’importe pas,
Celui des deux qui reste
Se retrouve en enfer.
Vous le verrez peut-être,
Vous le verrez parfois
En pluie et en chagrin
Traverser le présent.
En s’excusant déjà
De n’être pas plus loin.
Et fuir devant vous
Une dernière fois
La pendule d’argent
Qui ronronne au salon,
Qui dit oui, qui dit non,
Qui leur dit : «  Je t’attends,
Qui ronronne au salon,
Qui dit oui, qui dit non,
Et puis qui nous attend

 

Jacques Brel (1929-1978)
Site officiel (Belgique)

Vieillir en beauté

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son coeur ;
Sans remords, sans regrets, sans regarder l'heure ;
Aller de l'avant, arrêter d'avoir peur ;
Car à chaque âge se rattache un bonheur.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son corps ;
Le garder sain en dedans, beau en dehors.
Ne jamais abdiquer devant un effort.
L'âge n'a rien à voir avec la mort.

Vieillir en beauté, c'est donner un coup de pouce
A ceux qui se sentent perdus dans la brousse,
Qui ne croient plus que la vie peut être douce
Et qu'il y a toujours quelqu'un à la rescousse.

Vieillir en beauté, c'est vieillir positivement.
Ne pas pleurer sur ses souvenirs d'antan.
Etre fier d'avoir les cheveux blancs,
Car, pour être heureux, on a encore le temps.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec amour,
Sans donner, sans attendre en retour ;
Car où que l'on soit, à l'aube du jour,
Il y a quelqu'un à qui dire bonjour.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec espoir ;
Etre content de soi en se couchant le soir.
Et lorsque viendra le point de non-recevoir,
Se dire qu'au fond, ce n'est qu'un au-revoir.

 

Auteur inconnu

Ephémérides

Le temps d’un cri
C’est le temps qui commence

Le temps d’un rire
Et se passe l’enfance

Le temps d’aimer
Ce que dure l’été

Le temps d’après
Déjà time is money

Le temps trop plein
Et plus le temps de rien

Le temps d’automne
Il est là. Long d’une aune

Le temps en gris
Tout de regrets bâti

Le temps d’hiver
Faut le temps de s’y faire

Et trois p’tits tours
C’est le compte à rebours

 

Esther Granek (1927-2016)
Poétesse franco-belge qui a survécu à l'Holocauste.
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia
Site officiel (Belgique)

L'éternelle chanson

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s'ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.


Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
Nous nous croirons encor de jeunes amoureux,
Et je te sourirai tout en branlant la tête,
Et nous ferons un couple adorable de vieux ;


Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.


Sur le banc familier, tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d'autrefois nous reviendrons causer ;
Nous aurons une joie attendrie et très douce,
La phrase finissant souvent par un baiser.


Combien de fois jadis j'ai pu dire : « Je t'aime ! »
Alors, avec grand soin, nous le recompterons ;
Nous nous ressouviendrons de mille choses, même
De petits riens exquis dont nous radoterons.


Un rayon descendra, d'une caresse douce,
Parmi nos cheveux blancs, tout rose, se poser,
Quand, sur notre vieux banc tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d'autrefois nous reviendrons causer.


Et, comme chaque jour je t'aime davantage -
Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain -,
Qu'importeront alors les rides du visage,
Si les mêmes rosiers parfument le chemin.


Songe à tous les printemps qui dans nos coeurs s'entassent,
Mes souvenirs à moi seront aussi les tiens,
Ces communs souvenirs toujours plus nous enlacent
Et sans cesse entre nous tissent d'autres liens ;


C'est vrai, nous serons vieux, très vieux, faiblis par l'âge.
Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main,
Car, vois-tu, chaque jour je t'aime davantage :
Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain !


Et de ce cher amour qui passe comme un rêve
Je veux tout conserver dans le fond de mon coeur,
Retenir, s'il se peut, l'impression trop brève,
Pour la ressavourer plus tard avec lenteur ;


J'enferme ce qui vient de lui comme un avare,
Thésaurisant avec ardeur pour mes vieux jours ;
Je serai riche alors d'une tristesse rare,
J'aurai gardé tout l'or de mes jeunes amours ;


Ainsi, de ce passé de bonheur qui s'achève,
Ma mémoire parfois me rendra la douceur,
Et de ce cher amour qui passe comme un rêve
J'aurai tout conservé dans le fond de mon coeur.


Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s'ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.


Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
Nous nous croirons encore aux heureux jours d'antan,
Et je te sourirai tout en branlant la tête,
Et tu me parleras d'amour en chevrotant ;


Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec des yeux remplis des pleurs de nos vingt ans...
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs !

Rosemonde Gérard
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

La cloche du soir

Quand la cloche du soir, dans l’air mélancolique,
Vibre et rappelle au loin, vers le chaume rustique,
Le pâtre et ses troupeaux dans les champs dispersés,
Des ans qui ne sont plus le souvenir s’éveille,
Et dans les voix du soir je crois prêter l’oreille
A la voix de mes jours passés.

Où sont mes frais espoirs ? Craintives hirondelles,
Vers les pays d’azur ouvrant leurs jeunes ailes,
Avec mes beaux soleils ils se sont éclipsés ;
Ils ont fui des hivers les haleines trop rudes.
Oh ! revenez parfois peupler mes solitudes,
Doux fantômes des jours passés !

Où ont mes compagnons de joie et de jeunesse ?
L’avenir a trahi sa riante promesse :
Les meilleurs dans la mort reposent embrassés !
De ceux qui restent l’âme est oublieuse ou fière.
Rappelez à mon cœur leur tendresse première,
Douce voix de mes jours passés !

Où donc est cette enfant toute blonde et naïve
Que j’aimais, jeune encor, d’une amitié si vive ?
De nos sentiers déjà ses pas sont effacés ;
Et du clocher natal, dans ta sombre demeure,
Tu n’entends plus la voix qui vibre et qui te pleure,
Douce Amour de mes jours passés !

Cloche, qui chaque soir, comme une sainte mère,
Me rappelais des champs pour dire ma prière,
Quand la chaleur fuira de mes membres glacés,
Que ta voix dans les airs m’arrive et me console ;
Au ciel avec tes sons que mon âme s’envole,
Doux timbre de mes jours passés !

 

Auguste Lacaussade (1815-1997)
Auguste Lacaussade est né en 1815 à Saint-Denis de l’île Bourbon (île de La Réunion) fils d’une Afro-descendante et d’un avocat bordelais.
Confronté dès sa jeunesse au préjugé de couleur, extrêmement marqué dans la société esclavagiste réunionnaise, il fut envoyé par son père à Nantes pour faire ses études et s’installa ensuite à Paris où il se consacra à l’écriture de poèmes.
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

La fenêtre

Alors le thé a refroidi.
Elle attendait à sa fenêtre.
Viendra-t-il encore aujourd’hui ?
La chambre de vide s’est remplie.

Alors les heures se sont enfuies.
Elle ne bougeait de sa fenêtre.
Il ne viendra plus aujourd’hui.
La chambre de noir s’est remplie.

Alors les jours se sont enfuis.
Elle ne quittait la fenêtre.
S’il venait pourtant aujourd’hui ?
Tous les lendemains sont promis…

Alors les mois se sont enfuis.
Elle restait là… À la fenêtre.
Demain sera comme aujourd’hui…
La chambre de froid s’est remplie.

Alors les ans se sont enfuis.
Elle attendait. À sa fenêtre.

 

Esther Granek (1927-2016)

Ma chaumière

Je garderai de toi, mes yeux à la fenêtre,
Le regard du jardin à tes folles douceurs.
J’entrerai tendrement pour t’enserrer peut-être,
De mes bras fatigués y prendre ton ardeur.

Dans le creux de tes murs arrosés de mes pleurs
J’y reviendrai souvent pour les frissons d’amour.
Bercée par l’âtre bleu aux feux follets du coeur,
Je prendrai de ton toit la force du secours.

Et le petit muret arrosé de pervenches
M’offrira son moellon pour regarder l’été
Et puis, le vieux rosier en ses sauvages branches
Épinera mon coeur en son intensité.

Je garderai si fort tes printemps et ses fêtes
Aux bourgeons éclatés à l’espoir du matin.
Je resterai les yeux collés à tes fenêtres
Pour fixer nos secrets au lit du cristallin.

Il me faut donc partir, tirer ma révérence
Sur tes rideaux fripés, mes larmes étouffées
Ne seront que rosée au jardin d’espérance,
Aux souvenirs gravés à ton immensité.

Tu étais le berceau où reposaient mes rêves,
Le soleil d’un réveil aux rires voyageurs.
Tu étais le satin de mes heures trop brèves,
Une question d’amour entre toi et mon coeur.

 

Colette Seigue
Son profil :
http://minisites-charte.fr/sites/colette-bonnet-seigue/pages-287/article/biographie-572

D'autres poèmes de Colette Seigue sur :
http://short-edition.com/auteur/colette-seigue

Les horloges

La nuit, dans le silence en noir de nos demeures,
Béquilles et bâtons qui se cognent, là-bas;
Montant et dévalant les escaliers des heures,
Les horloges, avec leurs pas ;

Émaux naifs derrière un verre, emblèmes
Et fleurs d’antan, chiffres maigres et vieux ;
Lunes des corridors vides et blêmes,
Les horloges, avec leurs yeux ;

Sons morts, notes de plomb, marteaux et limes
Boutique en bois de mots sournois,
Et le babil des secondes minimes,
Les horloges, avec leurs voix ;

Gaines de chêne et bornes d’ombre,
Cercueils scellés dans le mur froid,
Vieux os du temps que grignote le nombre,
Les horloges et leur effroi ;

Les horloges
Volontaires et vigilantes,
Pareilles aux vieilles servantes
Boitant de leurs sabots ou glissant
Les horloges que j’interroge
Serrent ma peur en leur compas.

 

Emile Verhaeren (1855-1916)
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Le salon

La poussière s'étend sur tout le mobilier,
Les miroirs de Venise ont défleuri leur charme;
l y rôde comme un très vieux parfum de Parme,
La funèbre douceur d'un sachet familier.

Plus jamais ne résonne à travers le silence
Le chant du piano dans des rythmes berceurs,
Mendelssohn et Mozart, mariant leurs douceurs,
Ne s'entendent qu'en rêve aux soirs de somnolence.

Mais le poète, errant sous son massif ennui,
Ouvrant chaque fenêtre aux clartés de la nuit,
Et se crispant les mains, hagard et solitaire,

Imagine soudain, hanté par des remords,
Un grand bal solennel tournant dans le mystère,
Où ses yeux ont cru voir danser les parents morts.

 

Emile Nelligan (1879-1941)
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

La bicyclette

Passant dans la rue un dimanche à six heures, soudain,
Au bout d'un corridor fermé de vitres en losange,
On voit un torrent de soleil qui roule entre des branches
Et se pulvérise à travers les feuilles d'un jardin,
Avec des éclats palpitants au milieu du pavage
Et des gouttes d'or -  en suspens aux rayons d'un vélo.
C'est un grand vélo noir, de proportions parfaites,
Qui touche à peine au mur. Il a la grâce d'une bête
En éveil dans sa fixité calme : c'est un oiseau.
La rue est vide. Le jardin continue en silence
De déverser à flots ce feu vert et doré qui danse
Pieds nus, à petits pas légers sur le froid du carreau.
Parfois un chien aboie ainsi qu'aux abords d'un village.
On pense à des murs écroulés, à des bois, des étangs.
La bicyclette vibre alors, on dirait qu'elle entend.
Et voudrait-on s'en emparer, puisque rien ne l'entrave,
On devine qu'avant d'avoir effleuré le guidon
Éblouissant, on la verrait s'enlever d'un seul bond
À travers le vitrage à demi noyé qui chancelle,
Et lancer dans le feu du soir les grappes d'étincelles

Qui font à présent de ses roues deux astres en fusion.

 

Jacques Réda
Né en 1929 à Lunéville, Jacques Réda est poète, auteur de récits en prose, éditeur et chroniqueur de jazz. Il est membre du comité de lecture des éditions Gallimard.

Le lit

Qu’il soit encourtiné de brocart ou de serge,
Triste comme une tombe ou joyeux comme un nid,
C’est là que l’homme naît, se repose et s’unit,
Enfant, époux, vieillard, aïeule, femme ou vierge.

Funèbre ou nuptial, que l’eau sainte l’asperge
Sous le noir crucifix ou le rameau bénit,
C’est là que tout commence et là que tout finit,
De la première aurore au feu du dernier cierge.

Humble, rustique et clos, ou fier du pavillon
Triomphalement peint d’or et de vermillon,
Qu’il soit de chêne brut, de cyprès ou d’érable ;

Heureux qui peut dormir sans peur et sans remords
Dans le lit paternel, massif et vénérable,
Où tous les siens sont nés aussi bien qu’ils sont morts.

 

José-Maria de Hérédia (1842-1905)
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Complètement sonnet

Le poète incompris qui s’échine dans l’ombre
À poursuivre le vers jusqu’à épuisement,
Croit en son poème tenir un diamant.
Mais ses pairs l’ignorent, son courage alors sombre.

Comment n’être point las, quand le chagrin l’encombre ?
Trahi par la rime qui sans honte lui ment,
Tandis que sa muse se joue de son amant ?
Le félibre est déçu : c’est trop en si grand nombre !

Quant à tant concourir à viser de vains prix,
Car s’estimant brillant, il risque le mépris :
« Vous êtes écarté ! » La sanction est lourde.

Si son âme meurtrie ne peut se ressaisir,
Son égo éclopé est toujours en désir.
Se serait-il perdu dans une sotte bourde ?

Jacques Dupé
Poème remarqué lors du Concours Poetika 2016.

Poète noir

Poète noir, un sein de pucelle

te hante,

poète aigri, la vie bout

et la ville brûle,

et le ciel se résorbe en pluie,

ta plume gratte au cœur de la vie.

 

Forêt, forêt, des yeux fourmillent

sur les pignons multipliés ;

cheveux d’orage, les poètes

enfourchent des chevaux, des chiens.

 

Les yeux ragent, les langues tournent

le ciel afflue dans les narines

comme un lait nouricier et bleu ;

je suis suspendu à vos bouches

femmes, cœurs de vinaigres durs.

 

Antonin Artaud (1896-1948)
Théoricien du théâtre, acteur, écrivain, essayiste, dessinateur et poète. La poésie, la mise en scène, la drogue, les pèlerinages, le dessin et la radio, chacune de ces activités a été un outil entre ses mains, « un moyen pour atteindre un peu de la réalité qui le fuit. »
Toute sa vie, il a lutté contre des douleurs physiques, diagnostiquées comme issues de syphilis héréditaire, avec des médicaments, des drogues. Cette omniprésence de la douleur influe sur ses relations comme sur sa création. Il subit aussi des séries d'électrochocs lors d'internements successifs, et il passe les dernières années de sa vie dans des hôpitaux psychiatriques. Si ses déséquilibres mentaux ont rendu ses relations humaines difficiles, ils ont aussi contribué à alimenter sa création.
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Comme toujours dans la vraie vie

Certains soirs,
en poésie,
il y a des poèmes qui ne parlent plus
fatigués par une trop longue journée de travail
on a envie de leur dire : allez ailleurs raconter vos histoires
de désespoir ou d’amour fou ou de n’importe quoi c’est pareil,
allez ailleurs je suis fatigué.

Certains soirs dans la vie il y a des hommes qui ne parlent plus.

Parfois en poésie,
on n’a plus envie
ni d’amour ni d’espoir
juste de fermer les yeux et dormir.

Arrive alors, en poésie
qu’ouvrant au hasard une page
explosent quatre vers comme un volcan,
un sourd-muet en pleurerait
retrouvant la parole
un désespéré sa joie de vivre.

Il arrive que dans la vie, parfois, des hommes
explosent.

Il est vrai que
toujours, en poésie
rire rêver pleurer :
un seul et même mot.

Comme toujours.
Dans la vraie vie.

 

Villebramar
Né à Perpignan en 1939. Une carrière internationale d'ingénieur lui permet de parcourir le monde : États Unis, Antilles, Japon, Europe Occidentale. Des missions de coopération lui permettent de visiter Pékin, ainsi que le Hubei et le Sichuan. Encouragé par ses proches, l'auteur publie un premier recueil de poésie, "Le goëland assassiné" puis "Métisse" et prépare une anthologie illustrée.
Site officiel : http://guyallixpoesie.canalblog.com/

Si les poètes étaient moins bêtes

Si les poètes étaient moins bêtes

Et s’ils étaient moins paresseux

Ils rendraient tout le monde heureux

Pour pouvoir s’occuper en paix

De leurs souffrances littéraires

Ils construiraient des maisons jaunes

Avec des grands jardins devant

Et des arbres pleins de zoizeaux

De mirliflûtes et de lizeaux

Des mésongres et des feuvertes

Des plumuches, des picassiettes

Et des petits corbeaux tout rouges

Qui diraient la bonne aventure

Il y aurait de grands jets d’eau

Avec des lumières dedans

Il y aurait deux cents poissons

Depuis le croûsque au ramusson

De la libellule au pépamule

De l’orphie au rara curule

Et de l’avoile au canisson

Il y aurait de l’air tout neuf

Parfumé de l’odeur des feuilles

On mangerait quand on voudrait

Et l’on travaillerait sans hâte

A construire des escaliers

De formes encor jamais vues

Avec des bois veinés de mauve

Lisses comme elle sous les doigts

 

Mais les poètes sont très bêtes

Ils écrivent pour commencer

Au lieu de s’mettre à travailler

Et ça leur donne des remords

Qu’ils conservent jusqu’à la mort

Ravis d’avoir tellement souffert

On leur donne des grands discours

Et on les oublie en un jour

Mais s’ils étaient moins paresseux

On ne les oublierait qu’en deux.

 

Boris Vian (1920-1959)
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Le pin des Landes

On ne voit en passant par les Landes désertes,
Vrai Sahara français, poudré de sable blanc,
Surgir de l’herbe sèche et des flaques d’eaux vertes
D’autre arbre que le pin avec sa plaie au flanc,

Car, pour lui dérober ses larmes de résine,
L’homme, avare bourreau de la création,
Qui ne vit qu’aux dépens de ceux qu’il assassine,
Dans son tronc douloureux ouvre un large sillon !

Sans regretter son sang qui coule goutte à goutte,
Le pin verse son baume et sa sève qui bout,
Et se tient toujours droit sur le bord de la route,
Comme un soldat blessé qui veut mourir debout.

Le poète est ainsi dans les Landes du monde ;
Lorsqu’il est sans blessure, il garde son trésor.
Il faut qu’il ait au cœur une entaille profonde
Pour épancher ses vers, divines larmes d’or !

 

Théophile Gautier (1811-1872)

Antonin Artaud

Chez Dédé

L’autre soir,

Au bistrot, Chez Dédé

Au comptoir,

J’ai demandé un café

Bien noir,

Ai-je lourdement insisté

Très noir,

Sans lait et surtout non sucré

Avec l’espoir,

D’être enfin débarrassé

De mes idées noires,

Retrouver ce parfum d’éternité

Plein d’espoir,

Moi, le grand optimiste chevronné.

L’autre soir,

Au bistrot Chez Dédé

Au comptoir,

L’alcool, j’ai préféré

Puisque mes espoirs,

Dans les bras d’un autre s’étaient envolés

Arrivé trop tard,

Au bistrot Chez Dédé

Au comptoir,

Avec lui, j’ai longuement parlé

Accepter sans croire,

Que tout cela appartenait au passé

Fin de l’histoire.

 

Marie-France Ochsenbein
Née en 1971 en Seine-et-Marne, Marie-France Ochsenbein est membre de l'Etrave et de Poètes sans Frontières. Elle publie également dans plusieurs revues comme Le Cafard Hérétique, Le Capital des Mots, L'Ampoule, Traction-Brabant, Short Edition...

nbv

Ton pied bute et rôde
Par la chambre chaude
Où l'aube maraude
L'adieu sans pleurer
À l'heure d'errer
Dans Paris doré

Moi très peu bavarde
Au lit qui me garde
Moi qui nous regarde
pauvres coeurs cachés
Toujours arrachés
Vers d'autres péchés

- - - - - -  - - - - - - -

Paris aux yeux tristes
Ciel inimité
En vain tourmenté
Des méchants artistes

Comme alors la reine
Je cours sans souliers
Aux blancs escaliers
Qu'a noyés la Seine

Richesse complète
Avoir mon tombeau
Au fin fond de l'eau
Où Paris reflète

 

Albertine Sarrazin (1937-1967)
Première femme à raconter sa vie de prostituée, de délinquante et son expérience en prison pour femmes, elle meurt à 29 ans, après avoir passé huit années en prison. Elle est notamment connue pour avoir écrit le roman l'Astragale. Presque la totalité de ses poèmes sont sans titre et sans ponctuation.
Site officiel : http://albertine-julien.fr/

La ronde de nuit

Les muses du quai de
Bercy
M'avaient conduit jusqu'à
Grenelle
Et leurs sœurs de la
Grange-aux-Belles
Vers les jardins clos de
Passy,
La nuit s'entendait avec elles,
Les muses du quai de
Bercy.

J'allais dans
Paris, port de songe
Ouvert au piéton noctambule,
Avec des amis de toujours
Embarqués vers le crépuscule
Et disparus au point du jour.
J'allais dans
Paris port de songe.

Restif,
Nerval,
Apollinaire,
Léon-Paul
Fargue et tous les autres
Qui me montriez le chemin.
Abordez-vous les lendemains
Rayonnant sur les îles claires?
Restif,
Nerval,
Apollinaire...

D'abord c'est le dimanche au cœur :
Un départ à
Paris-Bastille
Vers les
Eldorados sur
Marne,
La blonde en robe de fraîcheur,

Ses seins fleuris par les jonquilles.
D'abord c'est le dimanche au cœur.

Salut les valseurs du bitume !
Voici les quatorze
Juillet,
Tant de filles comme un bouquet
Offert par l'Été qui s'allume
Et la faim qui nous en prenait.
Salut les valseurs du bitume !

Puis la musique s'atténue
Dans un soupir d'accordéon,
Déjà l'ombre a cerné la rue
Où brille en lettres de néon
La magique enseigne d'un bal.
Puis la musique s'atténue.

J'entre mais vous n'êtes pas là,
Ce soir non plus, mes
Vénitiennes,
Vous que mon rêve suscitait
D'un nom évoquant la blondeur
Sans qu'il vous rencontrât jamais.
J'entre, mais vous n'êtes pas là.

Dehors la nuit me parle bas
Et je sens tomber ses pétales
Sur tous les bonheurs inconnus
Qui fusent au ciel quand s'exhale
Le délirant plaisir des filles.
Dehors la nuit me parle bas.

Ensemble, à la même seconde
Quel
Everest éblouissant
Gagné par tout l'amour du monde !
Mais ceux qui meurent dans l'instant
Où d'autres vont toucher la cime,
Ensemble à la même seconde...

Plus tard — et le jour est en route —
Je me retrouve à la
Villette,
Ses grands saigneurs en tabliers
Tachés de sang cassent la croûte
Avec quelques garçons laitiers.
Plus tard — et le jour est en route.

Seul, les yeux fixés sur son verre,
Un gars taciturne au comptoir :
Il me ressemble comme un frère
Et je connais son désespoir
Aux heures blêmes du regret.
Seul, les yeux fixés sur son verre.

Il revoit les hiers perdus,
Un beau sourire qui s'efface
Dans l'âge d'or des bras tendus
Et, tout à coup, dans une glace
Il ne se reconnaîtrait plus
Il revoit les hiers perdus.

Ô vous nos amis de toujours
Embarqués vers le crépuscule
Et disparus au point du jour,
Quand viendra l'heure à la pendule
Priez pour nous, pour nos amours. 
Ô vous nos amis de toujours !

L'aube va chasser le silence
Rassemblant ses oiseaux de feutre,
Maintenant la ville apparaît —
Et voici demain qui commence
Entre deux nuits et leurs secrets.
L'aube va chasser le silence.

 

André Hardellet
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Le quartier des Halles

Je ne reviendrai plus dans le quartier des Halles.
Mes diables sont partis, pour Dieu sait quel enfer…
Les touristes ont marché sur les derniers pétales
De nos derniers bouquets, on ne peut rien y faire.
Je ne suis pas client pour les pèlerinages.
Bien le bonjour chez vous ! Je ne reviendrai plus,
J’emporte mes souv’nirs avec le paysage,
Le passé dans ma poche et mon mouchoir dessus.

Lèvres couleur de sang et du velours aux chasses,
La belle sans merci fumaille en rêvassant.
Au pas lent des années j’étais celui qui passe,
Mais de Sainte Apolline au Squar’ des Innocents
On ne me verra plus jamais traîner mes guêtres
Au gré des muscadets de quatre heur’s du matin
Avec mon cinéma tout vivant dans ma tête
Et l’étincelle froide au regard des tapins.

J’allais déambuler… je croisais des fantômes,
Tire-laine en ribote ou pendus décrochés,
Et ça tourbillonnait autour des jolies mômes
Maculées de sang frais par les garçons bouchers.
Les camions de lilas s’ouvraient en avalanches
Et tout autour de moi l’air sentait le printemps.
En des temps très anciens, Saint-Eustache était blanche.
Là-bas j’étais chez moi, bien peinard, et pourtant
On ne me verra plus dans le quartier des Halles,
Ce qui peut s’y passer ne m’intéresse plus…
Les temps sont accomplis, à nous de fair’ la malle,
Je ne suis pas client pour les regrets non plus…
Adieu mes fleurs de sang, mes panthères de jeunesse,
Je vais aller traîner sur les quais de Bercy.
Malgré moi j’ai le coeur éclaté de tendresse,
Saint-Eustache a gagné, les diables sont partis.

 

Bernard Dimey (1931-1981)
Poète, auteur de chansons et dialoguiste français, il s'installe à Paris à 25 ans sur la Butte Montmartre qu'il ne quittera plus. Cet amoureux de Montmartre où bien des endroits portent encore son nom était connu comme auteur de chansons à succès : « Syracuse », « Mémère », « Mon truc en plume », etc. qui ont été interprétées par des géants de la chanson française.
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Charente

Rives d'un fleuve
Perdu en détours
Plongée dans les arbres
Au fil sage des prairies
Qui s'émiettent doucement

Dans ses gorges d'eaux
Tourbillons vertigineux
Des nuages s'envolent
Comme celui qui sourd
De la terre en dissolution

Ses méandres boueux
Passent des anneaux
Dans les corps plats
Où nichent les reliques
D'une multitude de la Mer

Aux palpitations de la Terre
Le fleuve haut battement
Se marie avec la Mer
Le fleuve bas nécromant
Se conjugue avec la Mer

Ici surnage le lagan
Qui supporte le fotus
Il glisse dans cette traînée
Et longe les îles
De sa mémoire

Il retourne à l'onde mère
Sur son nid flottant
Et il s'envolera encore
Vers l'unique vérité
D'un éternel retour

 

Jean- Jacques Rey
Son site : http://www.jj-pat-rey.com/

Carte postale

Bleu des mers du sud l’horizon
tient en laisse les îles où
les femmes pleurent lascives
l’innocence d’un monde
vierge de nos regards.

Coralliens les sables blancs dérobent
aux passants la sanglante mémoire
de leurs cristaux tandis que
tatouée la parole signe les corps
captifs de nos oraisons.

Rouge les couchants répètent à l’envi
l’illusoire espérance d’un séjour
hors de toute douleur. Toi tu implores
debout son pardon sachant la nuit
de l’homme et sa persistante lumière.

 

Anne Bihan
Poète, dramaturge, nouvelliste, Anne Bihan, native de Bretagne, s’envole pour la Nouvelle-Calédonie un jour de mai 1989. Sa vie et son écriture sont depuis profondément traversées par cet archipel d’Océanie dont elle partage le destin.

Nostalgie

J’ai laissé, loin de moi, à l’abri des montagnes
Un village blotti au milieu des coteaux,
La brise du matin, les fleurs de la campagne
Et le grand mimosa où nichent les oiseaux…

J’ai laissé, quelque part, souffler la Tramontane
Emportant les saisons, emportant les soupirs,
Une petite place une allée de platanes
Les rêves, les chagrins, et tous les souvenirs…

J’ai laissé ma maison, j’ai laissé ma jeunesse,
Mais il m’arrive encore au profond de l’hiver
D’entendre, comme avant, à travers l’ombre épaisse
L’écho d’une sardane ou le chant de la mer.

 

Isabelle Callis-Sabot
Née à Montpellier en 1958. Après des études d’ergothérapie, elle se consacre à l’écriture. D’abord poète, elle commence par publier quelques recueils, avant de se tourner vers le roman. Le Bugey, où elle est venue s’installer, devient la source de son inspiration, par la richesse de son histoire et la beauté de ses paysages. En 2009, elle quitte son pays d’adoption et choisit de vivre dans le Sud de la France. Un retour aux origines, un choix déterminé, un endroit où elle puisera le thème de ses futurs ouvrages.
Site officiel :
http://www.isabelle-callis-sabot.net/

Cavalcade au-dessus des nuages

Hier j’étais le cheval
Aujourd’hui l’édredon
Demain un ciel d’orage au-dessus des maison

Hier c’était la joie
Aujourd’hui le soleil
Demain une aventure, un don, un beau réveil

Hier j’aimais la soie
Aujourd’hui le nylon
Demain une hirondelle au dessus des saisons

Hier une gentiane
Aujourd’hui un cyprès
Demain une pierre de lave que l’on aurait craché

Hier un ouragan
Aujourd’hui c’est l’été
Demain un autre jour et tout repartira

Comme une cavalcade au-dessus des nuages

 

Winston Perez
Né en 1971, Winston Perez est un poète français d'origine cubaine. Il vit quelques années à Paris où il obtient une licence en lettres modernes et donne aussi des concerts de salsa réguliers.. Fréquentant les salons littéraires alternatifs, il découvre une partie du milieu ésotérique parisien de l’époque. Il se passionne alors pour les sciences occultes, le tantrisme et les nouvelles technologies. Il s'est installé dans le sud de la France et effectue de nombreux voyages à travers le monde.

Dernière fable

Une dernière fable
De Venise
Rêves de sable
Qui s’enlisent

Cité mystère
Palais des doges
Les sanctuaires
La grande loge

Les amulettes
Les talismans
Les cours secrètes
Leur goût d’orient

Éclats de lune
Sur les canaux
Que disent les runes
Baron Corvo

Pont des merveilles
Pour une émeraude
Que les lions veillent
Dans la nuit chaude

La clavicule
De Salomon
Lire les formules
Les allusions

Rencontres nocturnes
Une poétesse
Parmi les brumes
Beaucoup d’ivresse

La rue de l’amour
Des amis
Plus loin toujours
D’autres pays

 

Didier Venturini (1931-1981) Auteur, compositeur, interprète et aussi poète, né à Chambéry en 1959. A publié 2 CD "Orange brûlée" en 2007 et "Dernière Fable" en 2010.
Site officiel : http://www.didierventurini.com/

Le sang des chiffres

On s'imagine

souvent que les nombres

sont blancs et froids

comme des cristaux de neige

et que les mathématiciens

skient sur leurs pentes

en respirant l'air le plus pur

On s'imagine

que c'est le meilleur refuge

contre les tourments de nos viscères

la pollution de nos cerveaux

les déchirements de nos familles

les haines entre nations et races

les sursauts de la barbarie

Et c'est bien vrai qu'ils peuvent l'être

si le mathématicien le mérite

c'est-à-dire s'il a bien compris

qu'ils sont souvent tout autre chose

et que d'innombrables cadavres

pourrissent cloués sur les chiffres

statistiques ou matricules

Il y a des nombres tranquilles

d'autres en danger d'explosion

il y a des nombres tout simples

et d'autres remplis de recoins

d'obscurités palpitations

de crissements et perspectives

grondements précipitations

Ce sont les calculs qui permettent

bombardements exploitations

aussi bien qu'envols délivrances

explorations et guérisons

il y a des nombres qui brûlent

et d'autres qui nous emprisonnent

dégoulinant de nos malheurs

Dans le labyrinthe des chiffres

il y a jardins et donjons

plages délices et tortures

des ruisseaux de lave et de sang

à distiller en élixir

pour la fontaine de jouvence

où nous boirons la vie des dieux

 

Michel Butor (1926-2016)
Michel Butor est un poète, romancier, essayiste, critique d'art et traducteur français.
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia.org

Prière du mécréant

Mon Dieu mon Dieu
Je viens à toi
Le pied enflé de terre le pied terre déjà
Moi qui ne t’ai jamais su
Moi qui n’ai jusqu’alors jamais su me faire à l’idée de toi
Je viens ce soir vers ton silence

Je ne suis que le peu et je suis si seul
Je t’ai nommé je t’ai créé à mon image
Je viens à toi démuni
Les mains vides et le cœur fatigué

Toute ma vie mon Dieu
J’ai lâché l’ombre pour la proie
Toute ma vie j’ai couru comme un fou au lointain
Vers ce rêve qui était à ma porte

Toute ma vie j’ai gâché ta vie
Même si je me suis battu comme un beau diable mon Dieu
Pour accroître le temps encore et malgré tout

Et toute ma vie j’ose le dire
J’ai été un homme sans Dieu
Sans cette orgueilleuse certitude de ton nom sur l’existence

Mais pourtant si je n’ai pas vécu
J’avoue que j’ai aimé tes pauvres créatures
Comme un fou comme un homme comme un dieu même mon Dieu
Même si cela ne me fut pas toujours rendu loin s’en faut
J’ai aimé jusqu’à perdre haleine jusqu’à perdre vie

J’ai aimé humblement parfois jusqu’à l’orgueil d’écrire

Oui je t’assure que j’ai brûlé et cela me suffit
Et me donne encore ce courage de marcher vers toi aujourd’hui
A l’heure où je n’ai plus trop de jour plus trop de voix
Où j’ai besoin de ton nom comme d’un rêve ultime

Je ne te donnerai presque rien
Un simple caillou dans la paume d’un enfant
Quelques mots un poème cette prière
Comme un dernier souffle jeté sur ma cendre
Mais je ne te demande pas la lune non plus
Et tu ne le sais que trop l’éternité serait un fardeau bien lourd
Pour mes épaules de pauvre pécheur

Non mon Dieu
Donne-moi juste encore un peu de temps pour survivre
Un peu de temps pour aimer
Un peu de temps pour la révolte

Donne-moi juste encore mon Dieu
Un peu de temps pour mourir

 

Guy Allix
Guy Allix, né à Douai le 4 juin 1953, est un poète et un écrivain libertaire français.
Site officiel : http://guyallixpoesie.canalblog.com/

L'épouvantail aux yeux de yaourt

De l'orge, du blé, de la tôle
Ondulée, des ciels cabossés...
Tombe l'azur... Sur mon épaule
Sept corbeaux viennent se poser.

Dans la cabane aux sacs d'embrouilles
Quelques moineaux se blottiront
Entre betteraves, citrouilles,
Carottes, ail et potirons.

La paille où se couchent les poules,
Qui recouvre mon crâne creux,
Brûle quand brillent les ampoules
Dans la maison des gens heureux.

Comme yeux : Deux pots de Danone !
Comme vue : Un visage étroit !
Le pas du moine et de sa nonne,
A mes pieds : Les sabots du froid !

A l'avant-bras une machette
En acier couvert de sang chaud ;
Entre la fourche et la fourchette
La nature m'a fait manchot.

Du pilosisme des mygales
Se déshabillent les héros,
Des redingotes à trois balles
De bien piteux pistoleros.

Aux saisons paillardes je glane
Le rire gras des gais lurons
Devançant d'un petit poil l'âne
De leurs chapelets de jurons.

Le chapeau de paille qui penche
Sur ma tête de paille : Il pleut !
Par le sang de Dieu, je m'épanche...
Epouvantable palsambleu !

Je suis l'épouvantail qui campe
Dans les gravats d'une rumeur,
Un phalène autour de la lampe
Qui danse... Qui danse... Qui meurt !...

 

Célédonio Villar-Garcia
Né en Espagne en 1959. Vit en France depuis 1965.
Son profil sur Google +

Le clown se meurt

Je nais chaque fois que je monte sur scène

Un gros nez rouge sur mon visage blême

Je suis l’enfant dont je me souviens bien

Un homme d’esprit, un poète du rien 

 

J’attrape le ridicule et le fait tournoyer        

Avec l’élégance des désespérés

Je suis le fou qui transforme les blessures

Des âmes fêlées de mille et une brisures

 

Je jongle avec mon ballon pathétique

Entre tristesse et vérités cyniques

Mes soupirs sont une oraison d’amour

Qui bat doucement la mesure des tambours

 

Je verse des larmes que personne ne remarque

Détresse muette, miroir de mes grimaces

Je tente de vous prendre par le bout du cœur

Je ne suis pour vous qu’un stupide amuseur

 

Je trébuche sur le gradin de vos rires

Mes pieds dans cette humaine tragédie

Bienvenue dans le cirque de l’Univers

J’ouvre mes bras d’étoiles et de poussière

 

L’heure de ma dernière farce a sonné

Je rejoins ma verdine les bras chargés

De la misère du monde et de vos peurs

Sous son fardeau, le clown se meurt

 

Mais avant de tirer ma révérence

Avant de toucher le fond en silence

Il me reste l’ironie du désespoir

Pour ceux qui n’ont rien compris à l’histoire.

 

Catherine Smits
Née en 1965, gérante de société, Catherine Smits se dit boulimique de la vie en général et de mille autres petites choses en particulier, les livres... Elle est membre du jury Prix des Lecteurs l'Express/BFMTV.

Le condamné à mort

SUR MON COU sans armure et sans haine, mon cou
Que ma main plus légère et grave qu'une veuve
Effleure sous mon col, sans que ton coeur s'émeuve,
Laisse tes dents poser leur sourire de loup.

Ô viens mon beau soleil, ô viens ma nuit d'Espagne,
Arrive dans mes yeux qui seront morts demain.
Arrive, ouvre ma porte, apporte-moi ta main,
Mène-moi loin d'ici battre notre campagne.

Le ciel peut s'éveiller, les étoiles fleurir,
Ni les fleurs soupirer, et des prés l'herbe noire
Accueillir la rosée où le matin va boire,
Le clocher peut sonner : moi seul je vais mourir.

Ô viens mon ciel de rose, ô ma corbeille blonde !
Visite dans sa nuit ton condamné à mort.
Arrache-toi la chair, tue, escalade, mords,
Mais viens ! Pose ta joue contre ma tête ronde.

Nous n'avions pas fini de nous parler d'amour.
Nous n'avions pas fini de fumer nos gitanes.
On peut se demander pourquoi les cours condamnent
Un assassin si beau qu'il fait pâlir le jour.

Amour viens sur ma bouche ! Amour ouvre tes portes !
Traverse les couloirs, descends, marche léger,
Vole dans l'escalier, plus souple qu'un berger,
Plus soutenu par l'air qu'un vol de feuilles mortes.

Ô Traverse les murs ; s'il le faut marche au bord
Des toits, des océans ; couvre-toi de lumière,
Use de la menace, use de la prière,
Mais viens, ô ma frégate, une heure avant ma mort.

 

Jean Genet
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Titre pour So Yong

Devant ton visage dans le clair de lune, le mien se couvre d'une mince feuille de fatigue ; mon discours de louanges envers toi ne se prononce pas ; ces louanges pénètrent en rampant dans tes cheveux au parfum d'un jardin de camélias, telles un soupir qui chatouille la porte coulissante, et replantent ma tristesse comme des pousses, une à une.

 

Alors que tu flânes sur le champ de terre glaise, les empreintes profondes laissées par les talons de tes chaussures se remplissent d'eau de pluie ; est-ce mon verre souffrant d'injustice renversé dans le ciel, avant que ma tristesse fatiguée par tes mensonges et tes plaisanteries ne commence à sangloter, mon verre bouleversé par tes empreintes errantes sur le champ de terre glaise ? 

 

Quand le clair de lune s'assied sur mon dos, sur les taches qui couvrent mes haillons, alors dans mon ombre des traces de sang apparaissent comme des piments émincés, et de l'eau froide surprise par le clair de lune, goutte à goutte, imprègne mes veines ; lorsque tu regardes le coeur en tissu, torturé injustement par la faim, qui a mâché et avalé ma brique, le considères-tu comme un bocal de poissons ?

 

Yi Sang (1910-1937)
Yi Sang est un poète et romancier coréen que la critique a pris pour habitude d'appeler le Rimbaud coréen parce qu'il fut à la fois très novateur au niveau du langage et de ses thèmes littéraires, et qu'il mourut très jeune de la tuberculose.
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Le passeur de silence

les jours tombèrent
et les yeux traversés de tant d’éclats de mer
j’ai dressé vers le ciel mes mains ensanglantées

et puis j’ai mis le feu à toutes les fontaines
j’ai jeté des étoiles à la tête des fleuves
j’ai recouvert de neige le cœur des primevères
j’ai volé leurs couleurs à toutes les saisons
et j’ai roulé la pierre que retenaient les anges

mais qui m’a entendu nager dans les eaux fortes
qui pourrait retrouver mes ongles sur la pierre
qui hante comme moi la blessure capitale ?

j’ai faim
j’ai faim de choses étrangères
j’ai faim de hurlements plantés comme des clous
j’ai faim de la fraîcheur insensée des miroirs
faim d’un nouveau partage
de mille mains avides pleines d’objets brisés
faim de parures inertes et de noms oubliés

mes mains ont forme de ma soif
et j’ai des bras multiples grands comme les révoltes
je peux m’abattre n’importe où
à n’importe quelle heure
et mon corps imminent s’envenime de sel

je roule par le travers des bouées
à portée de fusil des derniers poissons libres
mais qui pourrait m’entendre sur ces pavés crispés
où des fous se répondent

je trace des hurlevents au fond de mon naufrage
je m’accroupis en sang sur les vagues ouvertes
j’ai enterré mes mains loin des terres habitées
mais ces yeux attardés qui coulent dans mes yeux
qui les fera s’ouvrir
qui m’accompagnera sur la nef des fous ?

 

Tristan Cabral
Tristan Cabral est le nom de plume de l'écrivain et poète français Yann Houssin, né à Arcachon le 29 février 1944. Il a enseigné pendant 30 ans la philosophie. En 1974, le recueil de poésie "Ouvrez le feu" d'un jeune poète de 24 ans, Tristan Cabral, suicidé en 1972, est salué par la critique. Yann Houssin signe la préface. On apprendra plus tard que Yann Houssin en est le véritable auteur.
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Je ne parlerai pas de cette femme...

Je ne parlerai pas de cette femme

je ne la connais pas

je sais seulement qu’elle s’apprête chaque matin

au tourbillon des jupes des enfants

que chaque matin elle se lève

vers des soleils collés aux linges

et aux murs gras des cuisines embuées

chaque matin elle abandonne ses rêves

ses épaules montent vers la lumière

et font glisser chaque matin

la couleuvre des cheveux roux

le long de son dos coule une rivière sombre

qui vient doucement se perdre

sous la neige froissée de la nuit

 

Je ne parlerai plus de cette femme

mais seulement de ce dos

qui raconte sa vie 

 

Jean-Paul Kermarrec
Né en 1949 à Plouzané dans le Finistère. Il intervient en poésie dans les écoles, bibliothèques, centres culturels ; participe à de nombreux spectacles poétiques et expositions ; travaille avec des traducteurs, des peintres, plasticiens, calligraphes, musiciens. Ses poèmes ont également été dansés. Il a publié une douzaine de recueils.
Son site : http://jeanpaulkermarrec.weebly.com/

Berceuse à Auschwitz

Mon bel enfant en habit bleu
Te voilà bien vêtu de velours angoissant
  
Mon bel enfant en habit de faim
Je suis le grand nuage où tu cherches du pain
  
Mon bel enfant en habit de sang
Ta mère ne peut plus te reverser le sien
  
Mon bel enfant en habit de vers
Ils brillent pour ta mère comme des étoiles
  
Mon bel enfant en habit de folie
Au crochet de mon cœur vous pendrez ces guenilles
  
Mon bel enfant en habit de fumée
Vous ne m’avez pas dit si je peux me tourner.

 

Pierre Morhange (1901-1972)
Né dans une famille juive et professeur de philosophie, Profondément troublé par l'Holocauste, sa parole, concise, percutante, dit la souffrance et se veut témoignage : « Je crois qu'un poète doit tout avouer, tout ce que fait son âme jusqu'aux pires ombres. »
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Il a neigé tant de silence

Il a neigé tant de silence
sur la page
Est-il plus pur prologue
pour nos pas ?
Porter le paysage dans les yeux
en pèlerin.
Sur le chemin passer
comme passe le vent
Puiser la sève à la lueur
des larmes
clandestines
et se régénérer
dans les couleurs où tout repose ?
N’est ce pas là la souveraine humilité
qui rend les ombres plus légères ?

 

 

Gilles Baudry
Poète breton né en 1948, il est moine à l'Abbaye de Landévennec (Finistère). Gilles Baudry est un écrivain reconnu au-delà des frontières. Publiés depuis près de 40 ans, ses écrits ont été traduits en plusieurs langues. Il a notamment reçu le prix Antonin-Artaud pour son œuvre intitulée Il a neigé tant de silence. En 2005, il a reçu le prix de l’Académie de Bretagne et des Pays-de-la-Loire.
Sa vie, son oeuvre sur wikipedia

Génération 68

À vingt ans je n’avais qu’une arme : l’insolence,
Je chantais l’amour libre et la fraternité ;
Mais ce siècle en naissant a fini d’émietter
Mes folles utopies réduites au silence.

Gardez bien ce poème et ma désespérance
Car, si je dois partir, vous allez hériter
De ce monde imbécile et plein d’absurdité…
J’implore, mes enfants, juste un peu d’indulgence.

Je vous lègue ces gens débordant d’éloquence,
Leurs discours sur le droit et sur la probité ;
Tous ces petits laquais, négligeant la cité,
Qui ne sont que pantins aux mains de la finance.

Je vous lègue ce Dieu qui, plein de véhémence,
Surgit dans votre école et vient décapiter
L’histoire, la raison et la laïcité
Pour mieux y ressemer la haine et l’ignorance.

Je vous lègue la mer où la barque s’élance
Remplie du désespoir d’êtres persécutés
Par la faim, par la guerre et qui viennent guetter
D’un rivage du nord l’improbable partance.

Je vous lègue la terre et toute l’impuissance
De l’homme à maîtriser ce qu’il a enfanté :
Tsunamis, OGM et forêts dévastées
Et quelque pesticide appliqué aux semences. 

Mais je vous lègue aussi, comme une confidence,
La voix de ces auteurs que j’ai tant écoutée,
Ces poètes charmants et pleins d’humanité
Qui surent éclairer mes pas dans l’existence.

 

Daniel Cuvilliez

Si la mémoire te fait défaut

Si la mémoire te fait défaut, 
Si tu n' te souviens déjà plus, 
Alors regarde dans mon dos 
Tous les coups que j'ai reçus. 
Souviens toi je suis le nègre. 
Celui la même qu'on a vendu. 
Celui la devenu si maigre. 
Celui la même qu'on a pendu, 
Sous les yeux de sa tribu.

Si la mémoire te fait défaut, 
Si tu ne te souviens de rien. 
Alors regarde dans mon dos 
La trace de morsure des chiens. 
Souviens donc toi je suis le juif. 
Qu'on a déporté un matin. 
Pour faire du feu pour faire du suif. 
Celui la même mort de faim, 
Sur le cadavre de qui l'on pisse.

Si ta mémoire te fait défaut, 
Si tu n'te souviens plus du tout. 
Alors regarde dans mon dos, 
Je suis brûlé un peu partout. 
Souviens toi je suis vietnamien. 
J'habitais prés de Diên Biên Phu. 
De mon village ne reste rien. 
J'avais huit ans mais tu t'en fous, 
T'avais massacré tous les miens.

Si ta mémoire te fait défaut, 
Si tous tes souvenirs s'enfuient. 
Alors regarde dans mon dos, 
Je porte le destin des harkis. 
Souviens toi je suis le bougnoule. 
Qu'on a jeté dans un ghetto. 
Le vieil arabe que l'on refoule. 
Qu'on chasse du pied comme un cabot, 
En le traitant de sale bicot.

Si ta mémoire te fait défaut, 
Si tu prétends ne plus savoir. 
Alors regarde dans ton dos, 
Tu as semé le désespoir. 
Regarde moi, je suis d'ici, 
Sans travail et sans logement. 
Moi je suis né dans ce pays. 
Mais tous mes frères ne sont pas blancs. 
Non tous mes frères ne sont pas blancs. 
Non tous mes frères ne sont pas blancs.

 

Allan Bleck http://www.allanbleck.fr