Paroles de poètes

Dix ans que je sonne l'alarme à propos de la situation de la Poésie Contemporaine en France, après de nombreux articles et tribunes sur Rue89, Bibliobs, Actualitté etc. et ici même sur Mediapart, des pétitions que j'ai lancées, des tweets, des statuts Facebook, mes blogs, mes livres de poésie sur le thème du langage, de la création, de la poésie, de la fonction du "poète" au sein de notre société,  mon soutien à l'Union des Poètes & Cie, la création de mon association le Capital des Mots (prolongement éponyme de ma revue culturelle en ligne créée il y a plus de dix ans). Dix ans donc et une grande lassitude !

Certes, j'ai toujours de l'enthousiasme à dénicher des talents, à faire des découvertes, à aller au Marché de la Poésie, Place St Sulpice, chaque année depuis 1997, à faire des signatures, à rencontrer d'autres poètes et mon public. Certes, je continue à écrire de la poésie, à lire de la poésie, à penser poésie , à vivre poésie et donc comme un passeur, à transmettre et à partager. Mais j'ai de moins en moins le coeur à la tâche pour la défendre auprès des médias, des bibliothèques, des librairies. Même si avec mon association et la compagnie agréable de poètes et musiciens, je, nous la défendons en proposant des récitals de poésie, des manifestations avec libre participation du public, dans Paris, à l'Entrepôt, au Magique, et en banlieue à la Scène Prévert (Joinville le pont) depuis 2015. Et ce n'est pas fini !

A l'heure où s'ouvrent le Marché de la Poésie et ses seconds Etats généraux, où poètes, revuistes, éditeurs, artistes et autres acteurs de la Poésie contemporaine vont étayer des idées que beaucoup ont déjà sur sa situation, je me pose la question, les constats légitimes vont-ils produire des actes, concrètement, est-ce que les médias, je parle, des grands médias généralistes (radio, TV, presse écrite, web) vont enfin nous prendre en considération et même ne serait-ce que tendre l'oreille aux débats qui agitent les esprits et peut-être prendre les décisions qui s'imposent ? Va-t-on finalement retrouver aussi plus de livres de poésie dans les rayonnages des librairies et des bibliothèques ? Tout le monde sait que la poésie, eu égard au marché culturel, ce n'est pas grand chose et que ce n'est pas rentable, bankable. C'est plié, quoi. Une grande lassitude, par conséquent. Une grande lassitude, pas de l'abandon mais c'est tout comme. Et vous, lecteurs, qu'est-ce que vous en pensez ?

Article source : mediapart.fr

 

Raccourci bio


Poète, blogueur, chroniqueur, Eric Dubois est aussi responsable de la revue Le Capital des Mots.

Il est l'auteur de nombreux livres de poésie aux éditions Le Manuscrit, Encres Vives, Hélices, Publie.net, L'Harmattan, Unicité, depuis 2001. Il collabore par des poèmes avec la collagiste Ghislaine Lejard à la réalisation de livres pauvres. Il est présent dans de nombreuses anthologies  depuis 2004. Poèmes et articles en revues et sur des sites littéraires depuis 1995.

Il bricole des vidéos, dessine, peint et photographie.

Site officiel : https://www.ericdubois.info/

Autre site : http://ericdubois.net/