Ecrire des vers à vingt ans, c'est avoir vingt ans.
En écrire à quarante, c'est être poète.
Francis Carco 

Juillet : plein été !

L'été
de anne-marie chapouton


Silence
silence
l’été
se balance
où l’oiseau
se tait

l’herbe
séchée
tremble
dans l’air
brûlé

silence
silence
l’été
chante
dans
les blés

 

Quand l'été vernisse tunis
de CHRISTIAN SATGé


Le ciel et le sol sont des palimpsestes
Où s’écrit l’histoire de mille vies
Entremêlant le souk et l’Almageste,
Des fantasias, les beys et leurs nervis.
Au-delà des porches aux portes closes,
L’ombre et l’ambre habillent les murs chaulés ;
Une  lumière crue partout s’impose
Dans la médina prête à somnoler.
Un luth s’accordant à une guitare
Envahit la ville qui s’est vidée :
L’air chauffe comme au pays des Tartares
Et brouille nos sens comme nos idées.

Fleurant l’oranger, poudrées de cannelle,
Les cours intérieures se sont parées
De bassins murmurant leur ritournelle,
De petits jardins aux verts chamarrés.
Sous le kiosque, on déguste une grenade
Ou une tasse de café sucré.
Une carafe emplie de limonade
Rafraîchit ce petit îlot secret,
Caché loin des gourbis où, pêle-mêle,
Ont été entassés des matelas…
Alors que d’autres battent la semelle
On s’enivre de jasmin, de lilas…

 

brins d'été
de poetika


L’été citron
En éventail
Tout en coton
Et brins de paille

L’été jazzy
Sur une plage
Toute la nuit
Près du rivage

L’été de blé
Epouvantails
Et vent léger
Dans la rocaille

L’été concert
Qui vagabonde
En bord de mer
Et sur les ondes

L’été vanille
Sur les terrasses
Sous la charmille
Où l’on s’embrasse

Mon cœur de pomme
Sous ma chemise
Se déboutonne
En gourmandise

Je te le donne
Jusqu’au matin
Il s’abandonne
Entre tes mains

 

je n'aime pas l'été
de vette de fonclare

 

Je n’aime pas l’été au pays de Provence
Quand la chaleur devient dès le mois de juillet
Si lourde qu’on étouffe ; et quand trop travailler
Devient si malaisé que la moindre imprudence

Sitôt qu’il est midi vous transforme en ruisseau ;
Quand votre corps brûlant n’aspire qu’à la sieste
Dans un havre bien frais, et quand le moindre geste
Vous oblige à fournir des efforts colossaux.

Je n’aime pas l’été qui passe la mesure
Et vous garde enfermé à l’abri du soleil ;
Quand votre nez se change en un bulbe vermeil
Aussi rouge qu’un jol* passé à la friture ;

Quand vous êtes impatient que s’en vienne le soir,
Lové dans le salon carrelé de tomettes
Bien froides sous vos pieds ; et quand dans votre tête
S’agite constamment le mirifique espoir

De voir la pluie tomber d’un ciel enfin aimable.
Oh, ces longs traits d’argent rayurant le ciel gris
Embué de fraîcheur ! Vous en êtes surpris ?
La chaleur du Midi peut être épouvantable…

 

 

aux voleurs !
de marie-france galloyer
(deuxième prix du concours poetika 2017)

 

Tapageur, noir et dense un vol de sansonnets
S'abattant, s'ébattant chaparde mes griottes,
Un tapis de noyaux jonche le gazon sec.

Adieu guignes au kirsch et clafoutis gourmands !

D'un prunier de Damas les branches alourdies
D'une heureuse provende ont cédé sous la charge.
Les fourmis queue leu leu s'ensuquent de sirop.

Du chaudron trop profond, la confiture est cuite !

De la treille roussâtre aux sarments chevelus,
Les guêpes bruyamment en un essaim vorace
Vendangent les grains d'or que septembre a mûris

L'alambic est muet, point de marc au tonneau !

Tel le ver à la pomme ou la loche aux laitues,
L'écureuil au noyer que pourchasse l'agasse,
J'irai piller le miel de la ruche enfumée...

Et mon grog au temps froid me chantera l'été !

 

l'été
de théodore de banville

Emilie-Amanda Hudon, mère d'Emile Nelligan


Il brille, le sauvage Été,
La poitrine pleine de roses.
Il brûle tout, hommes et choses,
Dans sa placide cruauté.

Il met le désir effronté
Sur les jeunes lèvres décloses ;
Il brille, le sauvage Été,
La poitrine pleine de roses.

Roi superbe, il plane irrité
Dans des splendeurs d’apothéoses
Sur les horizons grandioses ;
Fauve dans la blanche clarté,
Il brille, le sauvage Été

 

chanson d'été
de albert samain


Le soleil brûlant
Les fleurs qu’en allant
Tu cueilles,
Viens fuir son ardeur
Sous la profondeur
Des feuilles.

Cherchons les sentiers
À demi frayés
Où flotte,
Comme dans la mer,
Un demi-jour vert
De grotte.

Des halliers touffus
Un soupir confus
S’élève
Si doux qu’on dirait
Que c’est la forêt
Qui rêve…

Chante doucement ;
Dans mon coeur d’amant
J’adore
Entendre ta voix
Au calme du bois
Sonore.

L’oiseau, d’un élan,
Courbe, en s’envolant,
La branche
Sous l’ombrage obscur
La source au flot pur
S’épanche.

Viens t’asseoir au bord
Où les boutons d’or
Foisonnent…
Le vent sur les eaux
Heurte les roseaux
Qui sonnent.

Et demeure ainsi
Toute au doux souci
De plaire,
Une rose aux dents,
Et ton pied nu dans
L’eau claire.

 


→ Votre poème ici
Un texte sur le même thème à me proposer ?
Courriel : poetika17(arobase)gmail.com
Vous pouvez joindre également une courte biographie. Voir les détails ici.

→ Textes sur cette page
L'été de Anne-Marie Chapouton
Quand l'été vernisse Tunis de Christian Satgé
Brins d'été de Poetika
Je n'aime pas l'été de Vette de Fonclare
Aux voleurs ! de Marie-France Galloyer
L'été de Théodore de Banville
Chanson d'été de Albert Samain

→ Autres textes sur le site
Douceurs d'été de Gérard Bollon-Maso
Juin de Robert Casanova
Le temps des cerises de Sedna


Citations autour de l'été

L'été, la nuit, les bruits sont en fête.
Edgar Allan Poe



Pleurs de femme et pluie d'été ne durent pas longtemps.
Proverbe français



J'adore la façon dont l'été vous enveloppe comme une couverture chaude.
Kellie Elmore



Le paradis, c'est d'être assis à la terrasse un soir d'été et d'écouter le silence.
Alec Guinness



L'été qui s'enfuit est un ami qui part.
Victor Hugo



Article associé

Consulter les archives