Ecrire des vers à vingt ans, c'est avoir vingt ans.
En écrire à quarante, c'est être poète.
Francis Carco 

Le printemps à ma porte

Eclosion
de SEDNA

y


Le ciel s’effeuille, la mine défaite.

Dans la lumière, des mots inconnus

Traversent les giboulées d’une traite

En s’approchant de ton cœur revenu.

Telle une fleur sans nom, entre les pierres,

Mon texte grandit, insoumis au vent.

Il s’égare à la vitesse du lierre

Qui envahit des murs, chaque fragment.

Avec ma plume faite d’herbes folles,

J’enlace la rime pour courtiser

Ton âme, où j’aperçois les fumerolles

Du jour, lapant le temps dans l’encrier.

La nuit repart dans les fossés sauvages.

Seule avec l’aube éveillant le désert,

Mon poème sur le sable encourage

Les syllabes à offrir un concert.

Et, hors du cahier, une caravane

De lettres accoste près de tes doigts.

Je vois déjà le seuil de ta cabane.

Veux-tu ouvrir pour devenir mon roi.

Ici, les heures éclosent sans larmes

Offrant aux pluies, chacun de leurs bourgeons.

A la lisière, j’entends le vacarme

Du printemps en route sur l’horizon.

 

Printemps de Bretagne
de Charles LE GOFFIC


Une aube de douceur s'éveille sur la lande :
Le printemps de Bretagne a fleuri les talus.
Les cloches de Ker-Is l'ont dit jusqu'en Islande
Aux pâles « En-Allés » qui ne reviendront plus.

Nous aussi qui vivons et qui mourrons loin d'elle,
Loin de la douce fée aux cheveux de genêt,
Que notre cœur au moins lui demeure fidèle :
Renaissons avec elle à l'heure où tout renaît.

Ô printemps de Bretagne, enchantement du monde !
Sourire virginal de la terre et des eaux !
C'est comme un miel épars dans la lumière blonde :
Viviane éveillée a repris ses fuseaux.

File, file l'argent des aubes aprilines !
File pour les landiers ta quenouille d'or fin !
De tes rubis. Charmeuse, habille les collines ;
Ne fais qu'une émeraude avec la mer sans fin.

C'est assez qu'un reflet pris à tes doigts de flamme,
Une lueur ravie à ton ciel enchanté,
Descende jusqu'à nous pour rattacher notre âme
A l'âme du pays qu'a fleuri ta beauté !

 

Le moulin au printemps
de Alphonse de LAMARTINE


Le chaume et la mousse
Verdissent les toits ;
La colombe y glousse,
L'hirondelle y boit ;

Le bras d'un platane
Et le lierre épais
Couvrent la cabane
D'une ombre de paix.

La rosée en pluie
Brille à tout rameau ;
Le rayon essuie
La poussière d'eau ;

Le vent qui secoue
Les vergers flottants,
Fait sur notre joue
Neiger le printemps.

 

Printemps du Nord
de Henri-Frédéric AMIEL


Linotte 
Qui frigotte, 
Dis, que veux-tu de moi ? 
Ta note, 
Qui tremblote, 
Me met tout en émoi.

Journée 
Illuminée, 
Soleil riant d'avril, 
En quel songe 
Se plonge 
Mon cœur, et que veut-il ?

Sur la haie, 
Où s'égaie 
Le folâtre printemps, 
La rosée, 
Irisée, 
Sème ses diamants.

Violette 
Discrète, 
Devant Dieu tu fleuris ; 
Primevère, 
A la terre, 
Bouche d'or, tu souris.

Petite 
Marguerite, 
Conseillère du cœur, 
Ta couronne 
Mignonne 
Epèle mon bonheur.

Blanche et fine 
Aubépine, 
A tes pieds, la fourmi 
Déjà teille 
Et réveille 
Son brin d'herbe endormi.

La mousse 
Qui repousse 
Attend l'or du grillon ; 
La rose, 
Fraîche éclose, 
Rêve au bleu papillon.

Mais, fidèle 
Hirondelle, 
Au nid toi qui reviens, 
La tristesse 
M'oppresse... 
Où donc sont tous les miens ?

L'eau sans ride 
Et limpide 
Ouvre de ses palais, 
Où tout brille 
Et frétille, 
Les réduits les plus frais.

Sur la branche 
Qui penche, 
Vif, l'écureuil bondit ; 
La fauvette 
Coquette 
Se lustre dans son nid.

La grue 
En l'étendue 
A glissé, trait d'argent ; 
Dans l'anse 
Se balance 
Le cygne négligent.

La follette 
Alouette, 
Gai chantre des beaux jours, 
Dans l'azur libre 
Vibre, 
Appelant les amours.

Journée 
Illuminée, 
Soleil riant d'avril, 
En quel songe 
Se plonge 
Mon cœur, et que veut-il ?

Dans l'onde 
Vagabonde, 
Aux prés, sur les buissons, 
Sous la ramée 
Aimée, 
Aux airs, dans les sillons,

Tout tressaille 
Et travaille, 
Germe, respire et vit, 
Tout palpite 
Et s'agite, 
Va, chante, aime et bénit.

Mais mon âme 
Est sans flamme... 
Beaux jours en vain donnés, 
Nature 
Calme et pure, 
Ô printemps, pardonnez !

Linotte 
Qui frigotte, 
Dis, que veux-tu de moi ? 
Ta note 
Qui tremblote 
Met mon cœur en émoi.

 


→ Votre poème ici
Un texte sur le même thème à me proposer ?
Courriel : poetika17(arobase)gmail.com
Vous pouvez joindre également une courte biographie. Voir les détails ici.

→ Textes sur cette page
Eclosion de Sedna
Printemps de Bretagne de Charles Le Goffic
Le moulin au printemps de Alphonse de Lamartine
Printemps du Nord de Henri-Frédéric Amiel

→ Autres textes sur le site
Matin de printemps de Ida Faubert
Renouveau de Stéphane Mallarmé
Journée de printemps de Maurice Rollinat


Citations autour du printemps

Un mot aimable, c'est comme un jour de printemps.
Proverbe russe



L'hirodnelle ne fait pas le printemps, mais le chameau fait le désert.
Alfred Capus



Le printemps, c'est l'été en pièces détachées !
Jean-Michel Wyl



L'automne est le printemps des beaux souvenirs.
Chérif Kebbas



Tandis qu'à leurs oeuvres perverses,
Les hommes courent haletants,
Mars qui rit malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.

Théophile Gautier