y
Mise en ligne le 04/10/2022

→ Ils l'ont dit ou écrit

Ecrivains, poètes, philosophes... voici des passages marquants de leurs récits ou de leur vie, des pensées ou petites phrases relevées au gré de mes vagabondages littéraires.
_________
Le Monde de Poetika
Revue de poésie en ligne
N° ISSN : 2802-1797

Posté le 28/11/2022 - Thème : Temps

Christian Bobin (1951-2022)

Ecrivain et poète français

Le temps perdu est comme le pain oublié sur la table, le pain sec. On peut le donner aux moineaux. On peut aussi le jeter. On peut encore le manger, comme dans l'enfance le pain perdu : trempé dans du lait pour l'adoucir, recouvert de jaune d'œuf et de sucre, et cuit dans une poêle. Il n'est pas perdu, le pain perdu, puisqu'on le mange. Il n'est pas perdu, le temps perdu, puisqu'on y touche à la fin des temps et qu'on y mange sa mort, à chaque seconde, à chaque bouchée. Le temps perdu est le temps abondant, nourricier.
La Part manquante (1989)

Posté le 28/11/2022 - Thème : Manque

Christian Bobin (1951-2022)

Ecrivain et poète français

Tu veux savoir qui tu es pour moi, eh bien voilà : tu es celle qui m'empêche de me suffire. J’ai une grande puissance de solitude, je peux rester seul des jours, des semaines, des mois, somnolent, tranquille. C'est cette somnolence que tu es venu interrompre. On peut donner bien des choses à ceux que l’on aime. Des paroles, un repos, du plaisir. Tu m’as donné le plus précieux de tout : le manque. Il m’était impossible de me passer de toi, même quand je te voyais tu me manquais encore. Ma maison mentale, ma maison de cœur était fermée à double tour. Tu as cassé les vitres et depuis l’air s’y engouffre, le glacé, le brûlant, et toutes sortes de clartés. Tu étais celle-là, tu l'es encore aujourd'hui, celle par qui le manque, la faille, la déchirure entrent en moi pour ma plus grande joie. Un tel trésor est inépuisable. Il devrait me suffire pour aller de maintenant en maintenant jusqu’à l'heure de ma mort…
La Plus que vive (1996)

Posté le 27/11/2022 - Thème : Vie

Christian Bobin (1951-2022)

Ecrivain et poète français

Personne n'a une vie facile. Le seul fait d'être vivant nous porte immédiatement au plus difficile. Les liens que nous nouons dès la naissance, dès la première brûlure de l'âme au feu du souffle, ces liens sont immédiatement difficiles, inextricables, déchirants. La vie n'est pas chose raisonnable. On ne peut, sauf à se mentir, la disposer devant soi sur plusieurs années comme une chose calme, un dessin d'architecte. La vie n'est rien de prévisible ni d'arrangeant. Elle fond sur nous comme le fera plus tard la mort, elle est affaire de désir et le désir nous voue au déchirant et au contradictoire. Ton génie est de t'accommoder une fois pour toute de tes contradictions, de ne rien gaspiller de tes forces à réduire ce qui ne peut l'être, ton génie est d'avancer dans la déchirure, ton génie c'est de traiter avec l'amour sans intermédiaire, d'égal à égal, et tant pis pour le reste. D'ailleurs quel reste ?
La Plus que vive (1996)

Posté le 23/11/2022 - Thème : Homme

Albert Jacquard (1925-2013)

Biologiste, généticien, ingénieur et essayiste français

Il faut complètement rebâtir une société humaine où la compétition sera finalement éliminée. Je n'ai pas à être plus fort que l'autre, j'ai à être plus fort que moi grâce à l'autre.

Posté le 23/11/2022 - Thème : Homme

Théodore Monod (1902-2000)

Scientifique naturaliste biologiste, explorateur, érudit et humaniste français

Je fais partie de la race humaine et pourtant je dis : qu'importe si l'homme disparaît du globe. Il l'aura bien mérité ! Sa folie actuelle est telle, tant de stupidités et d'imprudence ! Il existera toujours des relais dans la nature. Dans l'évolution biologique, si une branche disparaît, elle est relayée par une autre. La nature et les animaux existaient avant nous sans avoir à supporter notre rapacité. Et l'évolution peut dessiner un cercle, lequel se refermera sur les origines neuves, c'est-à-dire préhistoriques.

Posté le 06/11/2022 - Thème : Solitude

Christian Bobin (1951-2022)

Ecrivain et poète

La solitude occupe ma maison à un point incroyable de sans gêne. Elle ne laisse rien en dehors d’elle, sauf la page blanche. C’est lorsque j’écris que je suis le moins seul. La solitude, quand elle monte dans un couple, est terrible, malfaisante. Quand elle entre chez moi, elle est – comment dire : détendue. Elle a ses habitudes, sa place faite. La solitude est une maladie dont on ne guérit qu’à condition de la laisser prendre ses aises et de ne surtout pas chercher le remède, nulle part. J’ai toujours craint ceux qui ne supportent pas d’être seuls et demandent au couple, au travail, à l’amitié, voire, même au diable ce que ni le couple, ni le travail, ni l’amitié ni le diable ne peuvent donner : une protection contre soi-même, une assurance de ne jamais avoir affaire à la vérité solitaire de sa propre vie. Ces gens-là sont infréquentables. Leur incapacité d’être seuls fait d’eux les personnes les plus seules au monde.
L'épuisement

Posté le 26/10/2022 - Thème : Ecrire

Jean Teulé (1953-2022)

Romancier et auteur de bande dessinée français

Les gens me disent souvent que mes livres sont très visuels, qu'on "voit" très bien ce que je raconte. Il y a une raison à ça avant d'être écrivain, j'étais dessinateur de bande dessinée. Et moi, pour raconter une scène, il faut que je la visualise. On associe souvent cette écriture au cinéma. Alors qu'il faudrait plus la rapprocher de la bande dessinée. D'ailleurs, quand je bloque pour raconter une scène, je la griffonne sur un bout de papier. Et une fois que je regarde le dessin, j'arrive à raconter la scène. La plupart des écrivains sont beaucoup plus intellectuels, beaucoup plus axés sur la psychologie de leurs personnages. Ils ont bien le droit. Mais moi, la psychologie, ça me casse les couilles. Je n'en ai rien à foutre. J'ai juste envie de raconter des histoires. Et qu'elles soient imagées. C'est ce qui doit attirer les gens de cinéma. Mais une fois que l'un des mes livres est adapté, je ne m'en occupe pas. Je ne m'occupe de rien. Je n'interviens pas sur les scénarios et ne donne aucun avis.

Posté le 22/10/2022 - Thème : Paresse

Sénégal Henry Miller (1891-1980)

Romancier et essayiste américain

Ne pas dire un mot de toute une journée, ne pas voir de journal, ne pas entendre la radio, ne pas écouter de commérages, s'abandonner absolument, complètement, à la paresse, être absolument, complètement, indifférent au sort du monde, c'est la plus belle médecine qu'on puisse s'administrer.

Posté le 21/10/2022 - Thème : Ecrire

Henri Baron (1967-aujourd'hui)

Enseignant et poète

Écrire, c’est rendre immortelle l’éphémérité de la vie ; c’est la matière à l’infini renouvelée, le rêve à l’infini reconstruit. Les formes changent, mais l’écrit rend vaine toute notion du temps qui s’écoule. Il procède à la fois de l’instant et de l’intemporalité ; il fixe à jamais les choses, en même temps qu’il les modèle indéfiniment, de manière à ce qu’elles ne soient ni passées ni futures, mais tiennent du présent, éternellement.
Écrire,  c’est donner de sa  propre substance ; c’est une forme de suicide lent par lequel on côtoie jour après jour la mort sans qu’elle veuille nous saisir, sans qu’on veuille se donner à elle. C’est avec son sang, non avec de l’encre, que le poète écrit.
in Mes sages poétiques n° 44, revue publiée par Gil Roc, Soisy-sous-Montmorency (1999)


Textes de l'auteur sur le site :
Jour 53 - A Lily 
(G)rève
Funambules 
La Rochelle 2020
Ecrire 

→ Son blog
→ Sa page Facebook

Posté le 18/10/2022 - Thème : Artiste

Jacques Higelin (1940-2018)

Auteur-compositeur-interprète et comédien français

Le rôle d'un artiste, pour moi, c'est d'ensoleiller la vie, de la montrer sous un jour qui donne du courage. Les chanteurs, les poètes sont les amis des gens. Si on oublie ça, on n'a pas le droit d'être un artiste.

Posté le 11/10/2022 - Thème : Rire

grande bretagne AudreyHepburn (1929-1993)

Actrice britannique

Je crois en la couleur rose.
Je crois que le rire est la meilleure façon de brûler des calories. Je crois aux baisers, beaucoup de baisers. Je crois qu'il faut être forte quand tout semble aller mal. Je crois que les filles joyeuses sont les plus jolies. Je crois que demain est un autre jour et je crois aux miracles.

Posté le 10/10/2022 - Thème : Vie

Marc Levy (1961-aujourd'hui)

Romancier français

On peut blâmer son enfance, accuser indéfiniment ses parents de tous les maux qui nous accablent, les rendre coupables des épreuves de la vie, de nos faiblesses, de nos lâchetés, mais finalement on est responsable de sa propre existence, on devient ce que l'on a décidé d'être.

Posté le 10/10/2022 - Thème : Poésie

Maxence Fermine
(1968-aujourd'hui)

Ecrivain français

En vérité, le poète, le vrai poète, possède l’art du funambule. Écrire, c’est avancer mot à mot sur un fil de beauté, le fil d’un poème, d’une œuvre, d’une histoire couchée sur un papier de soie. Écrire, c’est avancer pas à pas, page après page, sur le chemin du livre.
Le plus difficile, ce n’est pas de s’élever du sol et de tenir en équilibre, aidé du balancier de sa plume, sur le fil du langage. Ce n’est pas non plus d’aller tout droit, en une ligne continue parfois entrecoupée de vertiges aussi furtifs que la chute d’une virgule, ou que l’obstacle d’un point.
Le plus difficile, pour le poète, c'est de rester continuellement sur ce fil qu'est l'écriture, de vivre chaque heure de sa vie à hauteur du rêve, de ne jamais redescendre, ne serait-ce qu'un instant, de la corde de son imaginaire. En vérité, le plus difficile, c'est de devenir un funambule du verbe.
Neige (1999)

Posté le 10/10/2022 - Thème : Amour

Gilles Legardinier
(1965-aujourd'hui)

Ecrivain, réalisateur et scénariste français

Quand on aime quelqu'un, on nourrit pour lui des craintes et des rêves. Il cristallise nos peurs et nos espoirs. Nos plus beaux élans naissent de cela. Ce lien nous anime, nous porte, nous construit. La chose qui compte est d'avoir quelqu'un pour qui espérer mieux.

Posté le 09/10/2022 - Thème : Poésie

Georges Perros (1923-1978)

Ecrivain et comédien français

La poésie ridiculise la notion de solitude. Elle sauve Beethoven de sa surdité, Van Gogh de son vertige, elle sauverait tout le monde si le beau n'était pas l'apanage dérisoire des gens qui ont besoin de pisser dans de l'or. La poésie est dans la rue, dans le ruisseau, elle est tout à fait dénuée de hiérarchie, elle ne sait pas. Elle ne sait rien. Elle est le chant de notre ignorance. Elle ne connait pas son homme, ni ses amours, ni ses idées politiques, ni ses ambitions sociales. Elle est ce qui est toujours là, dans nos jours et nos nuits difficiles, et pourquoi rêvons-nous la nuit sinon parce qu'elle ne lâche pas.


Textes de l'auteur sur le site :
Ainsi soit-elle
Il y a cent façons de mourir

Posté le 09/10/2022 - Thème : Vie

Katherine Pancol (1954-aujourd'hui)

Journaliste et romancière française

La vie ....... Elle te donne des raisons de pleurer et des raisons de rire. C'est une personne, la vie, une personne qu'il faut prendre comme partenaire. Entrer dans sa valse, dans ses tourbillons, parfois elle te fait boire la tasse et tu crois que tu vas mourir et puis elle t'attrape par les cheveux et te dépose plus loin. Parfois elle t'écrase les pieds, parfois elle te fait valser. Il faut entrer dans la vie comme on entre dans une danse. Ne pas arrêter le mouvement en pleurant sur soi, en accusant les autres, en buvant, en prenant des petites pilules pour amortir le choc. Valser, valser, valser. Franchir les épreuves qu'elle t'envoie pour te rendre plus forte, plus déterminée.

Posté le 09/10/2022 - Thème : Femme

g Benoît Poelwoorde
(1964-aujourd'hui)

Acteur et humoriste belge

Je ne finirai pas comme un crétin dans un hôtel, avec une fille de 22 ans qui m'emmerde parce qu'elle a envie de sortir. J'adore les femmes qui ont de l'expérience, quand leur histoire s'inscrit sur leur corps, j'adore les femmes qui ont des complexes, parce que j'aime la pudeur. Toutes les femmes avec qui j'ai vécu sont les plus belles femmes du monde.... Vous vous souvenez de cette réplique de Gérard Depardieu à Michel Blanc dans "Tenue de soirée" de Bertrand Blier ? : « Regarde-toi dans mes yeux, tu vas te trouver sublime. » C'est ça l'amour, cela n'a rien à voir avec les canons. Les hommes sont tellement fatigués de sexualité qu'ils ne voient pas quand l'amour tape à la porte. La perfection, quel ennui !! .... C'est Proust qui disait : « Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination. »

Posté le 08/10/2022 - Thème : Paysage / Cinéma

Henri Cueco (1929-2017)

Peintre et écrivain français

Je bois mon thé en regardant le soleil se lever. Je l'attends sur le balcon. Il se lève au-dessus de la vallée. Souvent, il y a de la brume au fond. Toi, tu appelles ça un paysage. Mais un paysage, c'est quand rien ne bouge, quand on s'arrête pour regarder. Pour moi, il faut que ça bouge, il faut qu'il se passe quelque chose, sinon je regarde pas. Et d'ailleurs, il se passe toujours quelque chose quand tu regardes bien. Moi, j'aime voir le soleil se lever, les brumes partir. Je regarderais jusqu'à la fin des temps, c'est mieux que du cinéma. C'est en vrai. Il faut savoir regarder. Il faut attendre.
Dialogue avec mon jardinier (2007)

Posté le 08/10/2022 - Thème : Vide

Bernard Werber (1961-aujourd'hui)

Ecrivain français

C'est le vide qui crée l'appréciation du plein. Pour les moines il faut faire vœu de silence pour goûter le plaisir de parler, il faut jeûner pour savourer la nourriture, faire abstinence pour apprécier la puissance de l'acte charnel. C'est le silence qui nous apprend à jouir de la musique. C'est l'obscurité qui nous apprend à comprendre les couleurs.
Le Rire du cyclope (2010)

Posté le 04/10/2022 - Thème : Vie

Charlotte Valandray (1968-2022)

Actrice et écrivaine française

Soyons authentiques, apprenons à aimer celle ou celui que nous sommes vraiment, le beau et le moins beau, sans nous morceler ni nous juger, avec bienveillance, indulgence.
L’enjeu est important. Il s’agit de vivre en harmonie, plus heureux, plus longtemps, d’éclairer notre part sombre, de ne plus avoir peur, de progresser, d’être en meilleure santé en savourant la vie.
Il s’agit de continuer ce chemin en aimant le seul compagnon qui ne nous laisse jamais tomber, nous-mêmes.
Il s’agit de réparer notre confiance abîmée, de prendre conscience de notre pouvoir de changer ce qui nous insatisfait, de devenir le meilleur de nous-mêmes.
La vie est vraie. Elle est belle et cruelle. Je le sais. La rose a des épines. Mais c’est la plus belle des fleurs. J’ai appris à la cueillir.
Chaque jour, j'écoute battre mon coeur (2018)

Posté le 04/10/2022 - Thème : Vie

Olivier de Kersauson
(1944-aujourd'hui)

Navigateur, chroniqueur et écrivain français

Vivre est un privilège. Ce n'est pas un dû. Alors on doit avoir la politesse, l'élégance de profiter du fait d'être vivant pour que cette vie soit belle. La conscience de notre privilège doit engendrer un comportement. Une seule question, chaque matin : comment faire en sorte que cette journée qui débute soit belle ?
Le Monde comme il me parle (2014)

Posté le 04/10/2022 - Thème : Amour

Albert Camus (1913-1960)

Ecrivain, philosophe, romancier, dramaturge, essayiste et nouvelliste français

Si j'avais à écrire ici un livre de morale, il aurait cent pages et 99 seraient blanches. Sur la dernière j'écrirais : " Je ne connais qu'un seul devoir et c'est celui d'aimer. " Et pour le reste je dis non. Je dis non de toutes mes forces.
Carnets (1962)

Posté le 04/10/2022 - Thème : Amour

Albert Camus (1913-1960)

Ecrivain, philosophe, romancier, dramaturge, essayiste et nouvelliste français

Tu es entrée, par hasard, dans une vie dont je n’étais pas fier, et de ce jour-là quelque chose a commencé de changer. J’ai mieux respiré, j’ai détesté moins de choses, j’ai admiré librement ce qui méritait de l’être. Avant toi, hors de toi, je n’adhérais à rien. Cette force, dont tu te moquais quelquefois, n’a jamais été qu’une force solitaire, une force de refus. Avec toi, j’ai accepté plus de choses. J’ai appris à vivre. C’est pour cela sans doute qu’il s’est toujours mêlé à mon amour une gratitude immense.
Albert Camus - Maria Casarès
Correspondance (1944-1959)

Posté le 04/10/2022 - Thème : Amour

grande bretagne Thomas Merton (1915-1968)

Moine cistercien-trappiste américain, connu comme écrivain spirituel, poète et militant social

Le début de l'amour, c'est la volonté de laisser ceux qu'on aime être parfaitement eux-mêmes, la résolution de ne pas les façonner à notre image. Si en les aimant nous n'aimons pas ce qu'ils sont, mais seulement leur ressemblance potentielle avec nous-mêmes, alors nous ne les aimons pas : nous n'aimons que le reflet de nous-mêmes que nous trouvons en eux.

Posté le 04/10/2022 - Thème : Bonheur

Guillaume Musso (1974-aujourd'hui)

Romancier français

Aujourd'hui est le plus beau de notre vie car hier n'existe plus et demain ne se lèvera peut-être jamais. Le passé nous étouffe dans les regrets et les remords, le futur nous berce d'illusions. Apprécions le soleil qui se lève, réjouissons-nous de le voir se coucher. Arrêtons de dire « il est trop tôt » ou « il est trop tard », le bonheur est là, il est l'instant présent.

Posté le 04/10/2022 - Thème : Ecrire

Paul Baudiquet (1926-2001)

Prêtre français, connu notamment pour ses commentaires de l'oeuvre picturale de Rembrandt

Le seul danger serait en effet de se réveiller un jour avec une âme qui n’aurait jamais servi. Une âme ensevelie de précautions. Soigneusement amidonnée, repassée et pliée en quatre. Mais qui tombe en poussière faute d’usage. Car ce qu’il y a de pire, C'est d’avoir une âme habituée, une âme tellement encroûtée, tellement imperméabilisée, que la grâce roule sur elle sans rien mouiller, comme des gouttes d’eau sur la toile cirée.

Posté le 04/10/2022 - Thème : Sagesse

Maroc Tahar ben Jelloun
(1947-aujourd'hui)

Ecrivain, poète et peintre franco-marocain, auteur de romans, de poèmes et d'essais, il est lauréat du prix Goncourt pour son roman La Nuit sacrée.

Il y a des moments intenses où seule une présence suffit et on ne sait pas pourquoi quelque chose de puissant et parfois de déterminant se produit. On ne peut le nommer. Seule l’émotion le trahit pour des raisons obscures et on s’en trouve chargé et heureux comme un enfant qu’une joie transporte dans un monde merveilleux...

Posté le 04/10/2022 - Thème : Sagesse

autriche Stefan Zweig (1881-1942)

Ecrivain, dramaturge, journaliste et biographe autrichien

« Regarde-les donc bien, ces apatrides, toi qui as la chance de savoir où sont ta maison et ton pays, toi qui à ton retour de voyage trouves ta chambre et ton lit prêts, qui as autour de toi les livres que tu aimes et les ustensiles auxquels tu es habitué. Regarde-les bien, ces déracinés, toi qui as la chance de savoir de quoi tu vis et pour qui, afin de comprendre avec humilité à quel point le hasard t'a favorisé par rapport aux autres.
Regarde-les bien, ces hommes entassés à l'arrière du bateau et va vers eux, parle-leur, car cette simple démarche, aller vers eux, est déjà une consolation ; et tandis que tu leur adresses la parole dans leur langue, ils aspirent inconsciemment une bouffée de l'air de leur pays natal et leurs yeux s'éclairent et deviennent éloquents. »
Voyages (1902-1939)

Posté le 04/10/2022 - Thème : Sagesse

grande bretagne Meryl Streep (1949-aujourd'hui)

Actrice et chanteuse américaine

Avec le temps, j'ai arrêté de dialoguer avec ceux qui ne m'écoutaient pas et avec ceux qui voulaient toujours avoir raison.
J'ai aussi arrêté de chercher les gens qui ne me cherchaient jamais, de penser à ceux qui ne pensaient jamais à moi.
J 'ai commencé à faire ce qui me fait du bien, sans excès mais avec passion.
J 'ai commencé à faire confiance à mon intuition pour tout, pour chaque choix, pour chaque personne.
J'ai commencé à éviter les gens négatifs et j'ai commencé à fréquenter les rares personnes positives.
Parce que j'ai appris à me respecter et j'ai commencé à me mettre en premier.
Parce que je pense que je le mérite.

Posté le 04/10/2022 - Thème : Vie

Albert Camus (1913-1960)

Ecrivain, philosophe, romancier, dramaturge, essayiste et nouvelliste français

Pour revivre, il faut une grâce, l'oubli de soi ou une patrie. Certains matins, au détour d'une rue, une délicieuse rosée tombe sur le cœur puis s'évapore. Mais la fraîcheur demeure encore et c'est elle, toujours, que le cœur exige. Il me fallait partir à nouveau.

Posté le 04/10/2022 - Thème : Sagesse

Paulo Coelho (1947-aujourd'hui)

Romancier, journaliste et interprète brésilien

Il est tellement important de laisser certaines choses disparaître. De s’en défaire, de s’en libérer. Il faut comprendre que personne ne joue avec des cartes truquées. Parfois on gagne, parfois on perd. N’attendez pas que l’on vous rende quelque chose, n’attendez pas que l’on comprenne votre amour. Vous devez clore des cycles, non par fierté, par orgueil ou par incapacité, mais simplement parce que ce qui précède n’a plus sa place dans votre vie. Faites le ménage, secouez la poussière, fermez la porte, changez de disque. Cessez d’être ce que vous étiez et devenez ce que vous êtes.

Posté le 04/10/2022 - Thème : Espoir

Romain Gary (1914-1980)

Ecrivain français, de langues française et anglaise, mais aussi romancier, diplomate, scénariste et réalisteur

La vérité, c'est qu'il y a des moments dans l'histoire, des moments comme celui que nous vivons, où tout ce qui empêche l'homme de désespérer, tout ce qui lui permet de croire et de continuer à vivre, a besoin d'une cachette, d'un refuge. Ce refuge, parfois, c'est une chanson, un poème, une musique, un livre.

Posté le 04/10/2022 - Thème : Ecrire

Guy de Maupassant (1850-1893)

Ecrivain et journaliste français

Car c'est par l'écriture toujours qu'on pénètre le mieux les gens. La parole éblouit et trompe, parce qu'elle est mimée par le visage, parce qu'on la voit sortir des lèvres, et que les lèvres plaisent et que les yeux séduisent. Mais les mots noirs sur le papier blanc, c'est l'âme toute nue.


Textes de l'auteur sur le site :
Nuit de neige
Ma source 
Voici mon compliment

Posté le 04/10/2022 - Thème : Vieillesse

grande bretagne Bertrand Russell (1872-1970)

Philosophe britannique

Une vie humaine devrait ressembler à un cours d’eau : petit au début, étroitement contenu entre les rives, puis dévalant impétueusement rochers et cascades. Peu à peu, la rivière s’élargit, les berges reculent, les eaux du fleuve coulent plus tranquillement, et à la fin, sans rupture visible, ces eaux se fondent dans la mer ou elles se perdent sans douleur. L’homme qui, dans la vieillesse, peut voir son existence de cette manière, ne souffrira pas de la peur de la mort, puisque les choses auxquelles il tient continueront.
Comment vieillir

Posté le 04/10/2022 - Espoir

Paul Eluard (1895-1952)

Poète français

La nuit n'est jamais complète.
Il y a toujours puisque je le dis,
puisque je l'affirme,
une fenêtre ouverte,
une fenêtre éclairée.
Il y a toujours un rêve qui veille,
désir à combler,
faim à satisfaire,
un coeur généreux,
une main tendue,
une main ouverte
des yeux attentifs,
une vie : la vie à se partager.


Voir tous les textes de l'auteur sur le site

Posté le 04/10/2022 - Thème : Vie

Alexandre Jollien (1975-aujourd'hui)

Philosophe et écrivain suisse

La vie est bien trop courte pour perdre son temps à se faire une place là où l’on en a pas, pour démontrer qu’on a ses chances quand on porte tout en soi, pour s’encombrer de doutes quand la confiance est là, pour prouver un amour à qui n’ouvre pas les bras, pour performer aux jeux de pouvoir quand on n’a pas le gout à ça, pour s’adapter à ce qui n’épanouit pas.
La vie est bien trop courte pour la perdre à paraître, s’effacer, se plier, dépasser, trop forcer.
Quand il nous suffit d’être, et de lâcher tout combat que l’on ne mène bien souvent qu’avec soi, pour enfin faire la paix, être en paix.
Et vivre. En faisant ce qu’on aime, auprès de qui nous aime, dans un endroit qu’on aime, en étant qui nous sommes, Vraiment.

Posté le 04/10/2022 - Thème : Vie

Marguerite Yourcenar
(1903-1987)

Femme de lettres française naturalisée américaine en 1947

Quand on aime la vie, on aime le passé parce que c'est le présent tel qu'il a survécu dans la mémoire humaine. Ce qui ne veut pas dire que le passé soit un âge d'or : tout comme le présent, il est à la fois atroce, superbe ou brutal, ou seulement quelconque.
Les yeux ouverts (1902-1939)


Texte de l'auteure sur le site :
Erotique

Posté le 04/10/2022 - Argent

Jean Giono (1895-1970)

Ecrivain français

On a dû te dire qu'il fallait réussir dans la vie ; moi je te dis qu'il faut vivre, c'est la plus grande réussite du monde. On t'a dit : "Avec ce que tu sais, tu gagneras de l'argent." Moi je te dis : "Avec ce que tu sais tu gagneras des joies." C'est beaucoup mieux. Tout le monde se rue sur l'argent. Il n'y a plus de place au tas des batailleurs. De temps en temps un d'eux sort de la mêlée, blême, titubant, sentant déjà le cadavre, le regard pareil à la froide clarté de la lune, les mains pleines d'or mais n'ayant plus force et qualité pour vivre ; et la vie le rejette. Du côté des joies, nul ne se presse ; elles sont libres dans le monde, seules à mener leurs jeux féeriques sur l'asphodèle et le serpolet des clairières solitaires.

Posté le 04/10/2022 - Homme

Victor Hugo (1802-1885)

Poète, dramaturge, écrivain, romancier et dessinateur romantique

La principale fonction de l'homme n'est pas de manger mais de penser. Sans doute qui ne mange pas meurt, mais qui ne pense pas rampe ; et c'est pire.


Voir tous les textes de l'auteur sur le site

Posté le 04/10/2022 - Femme

Fanny Ardant (1949-aujourd'hui)

Actrice, réalisatrice, scénariste et metteuse en scène française

J'ai beaucoup de mal à définir ce qu'est un homme, une femme, en dehors du sexe même. Je ne vois pas de caractéristiques communes aux uns ou aux autres. Le féminin ne tient qu'à l'aspect extérieur : une tenue, une coiffure, des talons. Ce n'est qu'une question d'enveloppe. Je n'ai jamais été une adepte du féminisme et n'ai jamais ressenti le besoin de me défendre en tant que femme. Pour moi, un combat qui réduit les gens à un dénominateur commun a quelque chose de caricatural. Je me méfie des catégories. Qu'est-ce qui nous définit ? Notre sexe ? Notre métier ? Notre couleur ? Notre nationalité ? Non. C'est bien plus complexe que ça. La richesse des êtres humains tient à leur dualité, à leurs contradictions. J'aime franchir les lignes, brouiller les rangs, faire se télescoper les extrêmes.

Posté le 04/10/2022 - Bonheur

grande bretagne Romy Schneider (1938-1982)

Actrice allemande naturalisée française

Réussir, ce n'est pas toujours ce qu'on croit.
Ce n'est pas devenir célèbre,
Ni riche ou encore puissant.
Réussir, c'est sortir de son lit le matin et être heureux de ce qu'on va faire durant la journée,
Si heureux qu'on a l'impression de s'envoler.
C'est travailler avec des gens qu'on aime.
Réussir, c'est être en contact avec le monde et communiquer sa passion.
C'est se coucher le soir en se disant
qu'on a fait du mieux qu'on a pu.
Réussir, c'est connaître la joie,
la liberté, l'amitié et l’amour.
Je dirais que réussir, c'est Aimer.

Posté le 04/10/2022 - Sagesse

mexique Alda Merini (1931-2009)

Poétesse et femme de lettres italienne

Et puis la vie m'a appris qu'il faut toujours voler plus haut. Plus haut que la jalousie, plus haut que la douleur, que la méchanceté. Plus haut que les larmes, que les jugements. Il faut toujours voler plus haut où certains mots ne peuvent pas vous atteindre, où certains gestes ne peuvent pas vous blesser, où certaines personnes ne pourront jamais arriver...


Texte de l'auteur sur le site :
Et puis faites l'amour

Posté le 04/10/2022 - Silence

Jacques Salomé (1935-aujourd'hui)

Psychosociologue et écrivain

Les mots du silence sont des mots très rares qu'on ne trouve dans aucun livre, qui restent longtemps coincés dans la poitrine, qui se glissent parfois jusque dans la gorge mais n'arrivent pas jusqu'à la bouche.
Les mots du silence ne sont pas faits pour être entendus avec les oreilles.
Les mots du silence se murmurent avec des gestes infimes et des mimiques immobiles, ils se lisent avec les yeux fermés, s'écoutent avec le cœur, se gardent au profond de soi, dans la douceur des émotions.

Posté le 04/10/2022 - Amour

Guillaume Musso (1974-aujourd'hui)

Romancier

On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.

Posté le 04/10/2022 - Bonheur

Edouard Baer (1966-aujourd'hui)

Auteur, metteur en scène, comédien et producteur de théâtre, animateur de radio, animateur et producteur de télévision, acteur, scénariste, réalisateur et producteur de cinéma

Tous les matins, on a une mission. Trouver la gaieté au milieu des raisons de désespérer. La beauté au milieu des laideurs. La gentillesse au milieu des visages fermés. L'ouverture au milieu des fermetures. Si vous acceptez cette mission, la journée sera magnifique. Si vous la refusez, allez vous recoucher tout de suite !

Posté le 04/10/2022 - Solitude

David Foenkinos (1974-aujourd'hui)

Romancier, dramaturge, scénariste et réalisateur français

J'ai consulté mon téléphone : je n'avais aucun message. C'est à cela qu'ils servent les téléphones portables, à se rendre compte que personne ne pense à vous. Avant, on pouvait toujours rêver que quelqu'un cherchait à vous joindre, à vous parler, à vous aimer. Nous vivons maintenant avec cet objet qui matérialise notre solitude...
La Tête de l'emploi (2016)

Posté le 04/10/2022 - Amour

mexique Frida Kahlo (1907-1954)

Artiste peintre mexicaine

Tu mérites un amour décoiffant, qui te pousse à te lever rapidement le matin, et qui éloigne tous ces démons qui ne te laissent pas dormir. Tu mérites un amour qui te fasse te sentir en sécurité, capable de décrocher la lune lors qu’il marche à tes côtés,
qui pense que tes bras sont parfaits pour sa peau.
Tu mérites un amour qui veuille danser avec toi, qui trouve le paradis chaque fois qu’il regarde dans tes yeux,
qui ne s’ennuie jamais de lire tes expressions.
Tu mérites un amour qui t’écoute quand tu chantes, qui te soutiens lorsque tu es ridicule, qui respecte ta liberté, qui t’accompagne dans ton vol, qui n’a pas peur de tomber.
Tu mérites un amour qui balayerait les mensonges et t’apporterait le rêve, le café et la poésie.

Posté le 04/10/2022 - Homme

g Pablo Neruda (1904-1973)

Poète, écrivain, diplomate et homme politique chilien

Je veux vivre dans un monde où les êtres seront seulement humains, sans autres titres que celui-ci, sans être obsédés par une règle, par un mot, par une étiquette.
Je veux que l'immense majorité, la seule majorité : tout le monde puisse parler, lire , écouter, s'épanouir. Je n'ai jamais compris la lutte autrement que comme un moyen d'en finir avec la lutte. Je n'ai jamais compris la rigueur autrement que comme un moyen d'en finir avec la rigueur.
J'ai pris un chemin car je crois que ce chemin nous conduit tous à cette aménité permanente. Je combats pour cette bonté générale, multipliée, inépuisable. Il me reste malgré tout une foi absolue dans le destin de l'homme, la conviction chaque jour plus consciente que nous approchons de la grande tendresse.

J'avoue que j'ai vécu (1974)


Textes de l'auteur sur le site :
La reine 
Fusions
Sonnet 48
Sonnet 89

Posté le 04/10/2022 - Intelligence

Christian Bobin (1951-2022)

Ecrivain et poète

L'intelligence n'est pas affaire de diplômes. Elle peut aller avec mais ce n'est pas son élément premier. L'intelligence est la force, solitaire, d'extraire du chaos de sa propre vie la poignée de lumière suffisante pour éclairer un peu plus loin que soi - vers l'autre là-bas, comme nous égaré dans le noir.

Posté le 04/10/2022 - Caresse

Paul Valéry (1871-1945)

Ecrivain, poète et philosophe français

Si vous saviez combien la peau est profonde. Oui, cela dépend comme on la caresse. Il y a des personnes qui vous effleurent comme une écorce et d'autres qui vous remuent jusqu'à la sève. Il y a des mains qui vous chosifient, qui vous bestialisent, et il y a des mains qui vous apaisent, vous guérissent et quelquefois vous divinisent.
L'idée fixe ou Deux hommes à la mer (1933)

Posté le 04/10/2022 - Voyage

Hervé Hamon (1946-aujourd'hui)

Ecrivain, cinéaste et éditeur

Il n’est point de voyage sans retour. La mer ramène toujours à la côte ce qu'elle brasse. Elle a raison. Partir et revenir. C’est tout un. J’ai besoin de la mer pour toucher terre. Allongez-vous sur une grève, n'importe laquelle, à n'importe quelle heure du jour, pourvu que la mer ne soit pas étale. Fixez le paysage. Fermez les yeux. Rouvrez les yeux. Fixez le paysage. Il est autre. Une table sous-marine a surgi, le croc d'un schiste se profile, la frange du sable humide s'est étirée, des rochers épars sont unis, des champs d'algues naissent. Les cartes postales montrent le plus souvent la côte à pleine mer : on y gagne du bleu, un bleu vide qui n'est ni très marin ni très breton. Mais c'est à marée basse que le territoire offre sa fantaisie, ses chemins, ses prés et ses jardins cachés.

Posté le 04/10/2022 - Vérité

Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944)

Ecrivain, poète, aviateur et reporter

On dit : Ce n'était qu'un conte de fées.
On sourit de soi.
Mais au fond, on ne sourit guère.
On sait bien que les contes de fées, c'est la seule vérité de la vie.

Posté le 04/10/2022 - Homme

Victor Hugo (1802-1885)

Poète, dramaturge, écrivain, romancier et dessinateur romantique

Si les âmes étaient visibles aux yeux, on verrait distinctement cette chose étrange que chacun des individus de l’espèce humaine correspond à quelqu’une des espèces de la création animale ; et l’on pourrait reconnaître aisément cette vérité à peine entrevue par le penseur, que, depuis l’huître jusqu’à l’aigle, depuis le porc jusqu’au tigre, tous les animaux sont dans l’homme et que chacun d’eux est dans un homme. Quelquefois même plusieurs d’entre eux à la fois.


Voir tous les textes de l'auteur sur le site

Posté le 04/10/2022 - Mer

François-René de Chateaubriand (1768-1848)

Ecrivain, mémorialiste et homme politique

Il y a dans la vie du marin quelque chose d'aventureux qui nous plaît et qui nous attache. Ce passage continuel du calme à l’orage, ce changement rapide des terres et des cieux, tiennent éveillée l'imagination du navigateur. Il est lui-même, dans ses destinées, l'image de l'homme ici-bas : toujours déployant ses voiles ; cherchant des îles enchantées où il n'arrive presque jamais, et dans lesquelles il s'ennuie s'il y touche ; ne parlant que de repos, et n'aimant que les tempêtes ; périssant au milieu d'un naufrage, ou mourant vieux nocher sur la rive, inconnu des jeunes navigateurs dont il regrette de ne pouvoir suivre le vaisseau.

Posté le 04/10/2022 - Ecrire

Paul Léautaud (1872-1956)

Ecrivain, mémorialiste et critique dramatique

Le meilleur moment du travail littéraire, c'est presque honteux à dire, le meilleur moment c'est quand on écrit rapidement, sans penser à son sujet, pour ainsi dire, quand on ne cherche pas, quand tout vous vient de soi-même, quand la plume ne va pas assez vite. C'est là le meilleur moment — et le meilleur travail. Tout ce qui est cherché, construit, assemblé, arrangé, — tout le contraire. C'est toujours l'axiome : il faut écrire avec plaisir et naturel.

Posté le 04/10/2022 - Mort

Christian Bobin (1951-2022)

Ecrivain et poète

La mort tombe dans la vie comme une pierre dans un étang : d'abord, éclaboussures, affolements dans les buissons, battements d'ailes et fuites en tout sens. Ensuite, grands cercles sur l'eau, de plus en plus larges. Enfin le calme à nouveau, mais pas du tout le même silence qu'auparavant, un silence, comment dire : assourdissant.

Posté le 04/10/2022 - Poésie

g Rainer Maria Rilke (1875-1926)

Ecrivain autrichien

Pour écrire un seul vers, il faut avoir vu beaucoup de villes, d’hommes et de choses, il faut connaître les animaux, il faut sentir comment volent les oiseaux et savoir quel mouvement font les petites fleurs en s’ouvrant le matin. Il faut pouvoir repenser à des chemins dans des régions inconnues, à des rencontres inattendues, à des départs que l’on voyait longtemps approcher, à des jours d’enfance dont le mystère ne s’est pas encore éclairci, à ses parents qu’il fallait qu’on froissât lorsqu’ils vous apportaient une joie et qu’on ne la comprenait pas (c’était une joie faite pour un autre), à des maladies d’enfance qui commençaient si singulièrement, par tant de profondes et graves transformations, à des jours passés dans des chambres calmes et contenues, à des matins au bord de la mer, à la mer elle-même, à des mers, à des nuits de voyage qui frémissaient très haut et volaient avec toutes les étoiles – et il ne suffit même pas de savoir penser à tout cela. Il faut avoir des souvenirs de beaucoup de nuits d’amour, dont aucune ne ressemblait à l’autre, de cris de femmes hurlant en mal d’enfant, et de légères, de blanches, de dormantes accouchées qui se refermaient. Il faut encore avoir été auprès de mourants, être resté assis auprès de morts, dans la chambre, avec la fenêtre ouverte et les bruits qui venaient par à-coups. Et il ne suffit même pas d’avoir des souvenirs. Il faut savoir les oublier quand ils sont nombreux, et il faut avoir la grande patience d’attendre qu’ils reviennent. Car les souvenirs ne sont pas encore cela. Ce n’est que lorsqu’ils deviennent en nous sang, regard, geste, lorsqu’ils n’ont plus de nom et ne se distinguent plus de nous, ce n’est qu’alors qu’il peut arriver qu’en une heure très rare, du milieu d’eux, se lève le premier mot d’un vers.


Texte de l'auteur sur le site :
La fontaine

Posté le 04/10/2022 - Ecrire

g Jean-Claude Pirotte
(1939-2014)

Poète, romancier et peintre belge

Ecrire pour moi, pour l’unique plaisir de voir se former les mots sous ma main, de découvrir des vocables que je croyais ignorer, des tours de phrase inédits, des surprises. Il va de soi que consciemment ou non je puisais dans mes lectures à l’improviste, inspiré par une mémoire confuse, et le dictionnaire devait m’apprendre le sens réel du mot dont je m’étais servi. C’était un bonheur de se procurer son propre étonnement.


Textes de l'auteur sur le site :
Le vent d'hiver 
Leçons de solfège
L'homme se penche vers l'enfant 
Le feu ne brûle pas...

Posté le 04/10/2022 - Enfance

Alain-Fournier (1886-1914)

Ecrivain français mort au combat à 27 ans, dont la seule oeuvre célèbre est Le Grand Meaulnes.

Mais quelqu'un est venu qui m'a enlevé tous ces plaisirs d'enfant paisible. Quelqu'un a soufflé la bougie qui éclairait pour moi le doux visage maternel penché sur le repas du soir. Quelqu'un a éteint la lampe autour de laquelle nous étions une famille heureuse, à la nuit, lorsque mon père avait accroché les volets de bois aux portes vitrées. Et celui-là, ce fut Augustin Meaulnes, que les autres élèves appelèrent bientôt le grand Meaulnes.
Le Grand Meaulnes (1913)

Posté le 04/10/2022 - Enfance

g Francis
Scott-Fitzgerald (1896-1940)

Ecrivain américain

Il me sourit avec une sorte de complicité - qui allait au-delà de la complicité. L'un de ces sourires singuliers qu'on ne rencontre que cinq ou six fois dans une vie, et qui vous rassure à jamais. Qui, après avoir jaugé - ou feint peut-être de jauger - le genre humain dans son ensemble, choisit de s'adresser à vous, poussé par un irrésistible préjugé favorable à votre égard. Qui vous comprend dans la mesure exacte où vous souhaitez qu'on vous comprenne, qui croit en vous comme vous aimeriez croire en vous-même, qui vous assure que l'impression que vous donnez est celle que vous souhaitez donner, celle d'être au meilleur de vous-même.
Gatsby le Magnifique (1925)

Posté le 04/10/2022 - Café

Laurent Gaudé (1972-aujourd'hui)

Ecrivain français

En parlant du café, je sais faire les cafés pour chaque désir, chaque humeur. Violent comme une gifle pour se réveiller le matin. Enrobé et serein pour faire passer un mal de crâne. Onctueux pour appeler à soi pour ne plus dormir. Le café pour atteindre. Le café pour se mettre hors de soi. Je dose comme un alchimiste.
La Porte aux enfers (2008)

Posté le 04/10/2022 - Hiver

g Dominique Fortier
(1972-aujourd'hui)

Romancière et éditrice

L’hiver est une créature redoutable, qui mord, gifle, ronge et dévore ses victimes à petit feu. Il fait fendre les clous, et éclore dans les glaces et sur le verre des floraisons délicates comme des dentelles à la beauté maléfique, il engourdit les membres et l’esprit, jusqu’à l’âme qui bientôt ne souhaite plus que se fondre dans ce tout silencieux dont la pureté meurtrière semble repos et paix.

Posté le 04/10/2022 - Enfance

g Blaise Cendrars (1887-1961)

Ecrivain et poète suisse

En ce temps-là, j’étais dans mon adolescence. J’avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus de mon enfance. J’étais à 16000 lieues des mille et trois clochers et dans sept gares. J’ai passé mon enfance dans les jardins suspendus de Babylone. Et l’école buissonnière, dans les gares devant les trains en partance. Maintenant j’ai fait courir tous les trains devant moi.
La Prose du Transibérien (1913)


Texte de l'auteur sur le site :
Tu es plus belle que le ciel et la mer

Posté le 04/10/2022 - Malheur

Valérie Perrin (1967-aujourd'hui)

Romancière, photographe de plateau et scénariste

Mon présent est un présent du cœur du ciel. C’est ce que je me dis chaque matin, quand j’ouvre les yeux. J’ai été très malheureuse, anéantie, même, inexistante. Vidée. J’ai été comme des voisins de palier mais en pire. Mes fonctions vitales fonctionnaient mais sans moi à l’intérieur. Sans le poids de mon âme, qui pèse, paraît-il, que l’on soit gros ou maigre, de grand ou petit, jeune ou vieux, vingt et un grammes.
Mais comme je n’ai jamais eu le goût du malheur, j’ai décidé que ça ne durerait pas. Le malheur, il faut bien que ça s’arrête un jour.

Changer l'eau des fleurs (2018)

Posté le 04/10/2022 - Homme

Sénégal Léopold Sedar-Senghor (1906-2001)

Homme d'Etat français puis sénégalais, poète, écrivain, et premier président de la République du Sénégal.

Quand je suis NÉ, j'étais NOIR !
Quand j'ai GRANDI, j'étais NOIR !
Quand j'ai PEUR, je suis NOIR !
Quand je vais au SOLEIL, je suis NOIR !
Quand je suis MALADE, je suis NOIR !
Quand tu es NÉ, tu étais ROSE !
Quand tu as GRANDI, tu es devenu BLANC !
Quand tu vas au SOLEIL, tu deviens ROUGE !
Quand tu as FROID, tu deviens BLEU !
Quand tu as PEUR, tu deviens VERT !
Quand tu es MALADE, tu deviens JAUNE !
Et APRÈS tout ça,
Tu oses M'APPELER "HOMME de COULEUR" !!!


Textes de l'auteur sur le site :
Femme noire
Cher frère blanc

Posté le 04/10/2022 - Mère

g Albert Cohen (1895-1981)

Ecrivain, dramaturge et poète suisse romand

Fils des mères encore vivantes, n’oubliez plus que vos mères sont mortelles. Je n’aurai pas écrit en vain, si l’un de vous, après avoir lu mon chant de mort est plus doux avec sa mère, un soir, à cause de moi et de ma mère. Soyez doux chaque jour avec votre mère. Aimez-la mieux que je n’ai su aimer ma mère. Que chaque jour vous lui apportiez une joie, c’est ce que je vous dis du droit de mon regret, gravement du haut de mon deuil. Ces paroles que je vous adresse, fils des mères encore vivantes, sont les seules condoléances qu’à moi-même je puisse m’offrir. Pendant qu’il est temps, fils, pendant qu’elle est encore là. Hâtez-vous, car bientôt l’immobilité sera sur sa face imperceptiblement souriante virginalement.
Le Livre de ma mère (1954)

Posté le 04/10/2022 - Thème : Poésie

Laurent Gaudé (1972-aujourd'hui)

Romancier français

Je veux une poésie du monde, qui voyage, prenne des trains, des avions, plonge dans des villes chaudes, des labyrinthes de ruelles.
Une poésie moite et serrée comme la vie de l’immense majorité des hommes. Je veux une poésie qui connaisse le ventre de Palerme, Port au Prince et Beyrouth, ces villes qui ont visage de chair, ces villes nerveuses, détruites, sublimes, une poésie qui porte les cicatrices du temps et dont le pouls est celui des foules.
Je veux une poésie qui s’écrive à hauteur d’hommes. Qui regarde le malheur dans les yeux et sache que dire la chute, c’est encore rester debout. Une poésie qui marche derrière la longue colonne des vaincus et qui porte en elle part égale de honte et de fraternité. Une poésie qui sache l’inégalité violente des hommes devant la voracité du malheur.
Je veux une poésie qui défie l’oubli et pose ses yeux sur tous ceux qui vivent et meurent dans l’indifférence du temps. Même pas comptés. Même pas racontés. Une poésie qui n’oublie pas la vieille valeur sacrée de l’écrit : faire que des vies soient sauvées du néant parce qu’on les aura racontées. Je veux une poésie qui se penche sur les hommes et ait le temps de les dire avant qu’ils ne disparaissent.
Le territoire de cette poésie, c’est le monde d’aujourd’hui, avec ses tremblements et ses hésitations. Elle s’écrit dans un corps à corps avec les jours. Elle sent la sueur et l’effroi. Elle est charnelle, incarnée. Le monde d’aujourd’hui est épique, tragique, traversé de forces violentes. Il se rappelle à nous avec brutalité. Des failles idéologiques réapparaissent. Des menaces grondent. Il faut dire et tenir ce que l’on est, ce que l’on veut être. L’écriture ne m’intéresse pas si elle n’est pas capable de mettre des mots sur cela. Qu’elle maudisse le monde ou le célèbre mais qu’elle se tienne tout contre lui.
Nous avons besoin des mots du poète, parce que se sont les seuls à être obscurs et clairs à la fois. Eux seuls, posés sur ce que nous vivons, donnent couleurs à nos vies et nous sauvent, un temps, de l'insignifiance et du bruit.

Posté le 04/10/2022 - Education

g Pablo Casals (1876-1973)

Violoncelliste espagnol

Chaque seconde que nous vivons est un moment nouveau et unique dans l'histoire de l'univers, un moment qui ne reviendra plus jamais...
Et qu'enseignons-nous à nos enfants ?
Nous leur enseignons que deux et deux font quatre, et que Paris est la capitale de la France.
Quand leur enseignerons-nous aussi à savoir qui ils sont ?
Nous devrions dire à chaque enfant: « Tu sais qui tu es? Tu es une merveille. Tu es unique. Depuis le début des temps, il n'y a jamais eu un autre enfant comme toi. Tes bras, tes jambes, l'agilité de tes doigts, ta façon de marcher. Tu pourrais être un Shakespeare, un Michel-Ange, un Beethoven. Tu es capable de réussir en tout. Oui, tu es une merveille. Et quand tu seras grand, oserais-tu faire du mal à quelqu'un qui, comme toi, est une merveille? »
Tu dois travailler, nous devons tous travailler, à rendre le monde digne de ses enfants.

Posté le 04/10/2022 - Amour

Romain Gary (1914-1980)

Romancier, diplomate, scénariste et réalisateur

Je n'ai jamais imaginé qu'on pût être à ce point hanté par une voix, par un cou, par des épaules, par des mains. Ce que je veux dire, c'est qu'elle avait des yeux où il faisait si bon vivre que je n'ai jamais su où aller depuis.
La Promesse de l'aube (1960)

Posté le 01/06/2022 - Amour

Frédéric Beigbeder (1965-aujourd'hui)

Ecrivain, critique littéraire, animateur de télévision et réalisateur

Je pense à toi tout le temps. Je pense à toi le matin, en marchant dans le froid. Je fais exprès de marcher lentement pour pouvoir penser à toi plus longtemps. Je pense à toi le soir, quand tu me manques au milieu des fêtes, où je me saoule pour penser à autre chose qu'à toi, avec l'effet contraire. Je pense à toi quand je te vois et aussi quand je ne te vois pas. J'aimerais tant faire autre chose que penser à toi mais je n'y arrive pas. Si tu connais un truc pour t'oublier, fais le moi savoir.
L'Amour dure trois ans (1997)

Posté le 04/10/2022 - Amour

g Albert Cohen (1895-1981)

Ecrivain, dramaturge et poète suisse romand

Les autres mettent des semaines et des mois pour arriver à aimer. Moi, ce fut le temps d’un battement de paupières. Dites-moi fou, mais croyez-moi. Un battement de ses paupières, et elle me regarda sans me voir, et ce fut la gloire et le printemps et le soleil et la mer tiède et sa transparence près du rivage et ma jeunesse revenue, et le monde était né.
Belle du seigneur (1968)

Posté le 04/10/2022 - Amour

ff Vladimir Nabokov
(1899-1977)

Ecrivain américain d'origine russe

Lolita, lumière de ma vie, feu de mes rein. Mon péché, mon âme. Lo-li-ta : le bout de la langue fait trois petits bonds le long du palais pour venir, à trois, cogner contre les dents. Lo. Li. Ta.
Elle était Lo le matin, Lo tout court, un mètre quarante-huit en chaussettes, debout sur un seul pied. Elle était Lola en pantalon. Elle était Dolly à l’école. Elle était Dolorès sur le pointillé des formulaires. Mais dans mes bras, c’était toujours Lolita.

Lolita (1955)


Texte de l'auteur sur le site :
Lolita

Posté le 04/10/2022 - Voyage

Philippe Delerm (1950-aujourd'hui)

Ecrivain et poète français

Partout on s'emmène soi-même. Alors partir sans vouloir un ailleurs. Partir pour se trouver. Dans le silence, dans l'espace. Juste au dessus du temps, juste au-delà des peines. Partir sans oublier. Pour regarder plus haut, faire semblant de se laisser aller au vent. Pour inventer le sens du fil qui nous attache.

Posté le 04/10/2022 - Vieillesse

Sénégal Arthur Schopenhauer
(1788-1860)

Philosophe allemand

Nous avons beau vieillir, dans notre for intérieur, nous nous sentons toujours le même que nous étions dans notre jeunesse, dans notre enfance même. Cet élément immuable, qui demeure toujours identique à soi sans jamais vieillir, c'est précisément le noyau de notre être qui n'est pas dans le temps.