Ecrire des vers à vingt ans, c'est avoir vingt ans.
En écrire à quarante, c'est être poète.
Francis Carco 

Soleil, plage et farniente...

La mer toujours
de Jean-Charles PAILLET

y


La mer toujours

te gagne

La plage est ta demeure

où l’empreinte de tes pas

sans cesse se réinvente

 

Tandis que tes yeux

comme la lumière d’un phare

veillent sur l’étendue

Jamais patience

ne fût aussi longue

 

*

 

Dans la blondeur

du sable et des jours

 

tu dessines contre le temps

s’échappant de tes mains

 

cet autre soleil

qui palpite en toi

 

Vagues, je vous salue
de Ombrefeuille

y


Vagues, je vous salue, vous que le vent salé
Berce dans sa clarté, caresse langoureuse
Où s'assoupit, repu, l'infini de l'été,
Vous qui vous attardez sur la plage rêveuse.

Vous dressez sous l'azur votre galbe insoumis,
Avant de replonger aux mille voix mêlées
Des grands fonds inconnus, aux abysses tapis
Là où n'atteignent pas les heures irisées.

Je voudrais tant saisir, je voudrais embrasser,
Je voudrais boire enfin, vagues, votre silence
Puissant comme un orage où s'apprête à gronder
La masse des rochers d'où la foudre s'élance.

Votre danse éternelle où se posent mes yeux
A ce calme enfanté des tempêtes premières,
Cet éblouissement venu de chez les dieux,
Ces courbes effleurées et ces crêtes altières.

Je préfère cent fois votre ailleurs sans pareil
A l'inerte chaleur d'une journée perdue
Parmi le vide nu du sable et du soleil !
Et dans le vent salé, vagues, je vous salue ...

 

Ecume
de Pascal FOUQUET

y


J'ai l'image étrange
De cette écume blanche
Qui se mélange aux yeux
Qui glisse sur le sable
Soulevée par les vagues
Et vient mourir heureuse
Sur une nuit d'insomnie.

Le jardin de sable
Se noie à marée montante.
Des brumes d'océan
Dessinent des visages
Effaçant la tristesse
Des cruautés d'amour.
Elles abandonnent à l'estran
Des formes passagères
Que vient brûler le vent.

Du haut de la dune
Je regarde l’île
Cette fille allongée
Les cuisses écartées,
Le sexe grand ouvert
À tous ces vents d'ailleurs
Vertige de magnificence
Comme je le fis sans cesse
À l'onde de tes caresses.

Je suis là, à t'attendre,
Recomptant les flots
Et d'étranges lumières.
Je l'ai fait mille fois ;
Le referai-je encore,
Espérant sur ma soie
La chaleur et l'amour
De ton écume plaisir.

 

Echos logiques
de Christian SATGÉ

y


Sur la lande, le crachin sema des bruyères,
De touffe d’ajoncs en buissons de genêts
Qui jouent, pour un soleil sale, humbles chenets.
Les nues époumonent souvent ici leur colère,
Fauchant à vif, en de bruyantes moissons,
Toute une récolte de verdure que, naguère,
Bruine et ondée bruissante firent en chanson.

Je vais, pas pressé mais oppressé par ces souffles,
Marcher loin du chant des rus et des cris des rues
Sur cette lande-là, où toutes en arêtes crues
 Des pierres crèvent le sol dans le barouffle
Des vents vains pour s’accrocher au gris du ciel.
Elles poussent mieux dans ces terres de mistoufle 
Que le blé noir ou les mots artificiels.

Près de la lande, la plage drapée de brumes
Regarde sécher un astre las, lessivé
Par la nuit, sur le fil ténu, ravivé,
D’un vague horizon aux pâles teintes d’agrumes.
Flouté, il y flotte des rafales affolées
Qui bousculent nos corps en bourrasques d’écume
Qui cornent à nos oreilles prêtes à s’envoler,…

Sur la lande, le crachin sème des bruyères,
De touffe d’ajoncs en buissons de genêts,
Alors qu’un jour endort la nuit, son aînée.
J'y vois les visages des vents aux manœuvrières
Voltes, aux hurlantes révoltes et me fonds, sans teint,
Dans ces airs régnant, violence familière,
Sur l’étain éteint d’un vieil océan sans tain.

 

Rythme des vagues
de François COPPÉE

y


J’étais assis devant la mer sur le galet.
Sous un ciel clair, les flots d’un azur violet,
Après s’être gonflés en accourant du large,
Comme un homme accablé d’un fardeau s’en décharge,
Se brisaient devant moi, rythmés et successifs.
J’observais ces paquets de mer lourds et massifs
Qui marquaient d’un hourra leurs chutes régulières
Et puis se retiraient en râlant sur les pierres.
Et ce bruit m’enivrait ; et, pour écouter mieux,
Je me voilai la face et je fermai les yeux.
Alors, en entendant les lames sur la grève
Bouillonner et courir, et toujours, et sans trêve
S’écrouler en faisant ce fracas cadencé,
Moi, l’humble observateur du rythme, j’ai pensé
Qu’il doit être en effet une chose sacrée,
Puisque Celui qui sait, qui commande et qui crée,

N’a tiré du néant ces moyens musicaux,
Ces falaises aux rocs creusés pour les échos,
Ces sonores cailloux, ces stridents coquillages
Incessamment heurtés et roulés sur les plages
Par la vague, pendant tant de milliers d’hivers,
Que pour que l’Océan nous récitât des vers.

 

Brins d'été
de POETIKA


L’été citron
En éventail
Tout en coton
Et brins de paille

L’été jazzy
Sur une plage
Toute la nuit
Près du rivage

L’été de blé
Epouvantails
Et vent léger
Dans la rocaille

L’été concert
Qui vagabonde
En bord de mer
Et sur les ondes

L’été vanille
Sur les terrasses
Sous la charmille
Où l’on s’embrasse

Mon cœur de pomme
Sous ma chemise
Se déboutonne
En gourmandise

Je te le donne
Jusqu’au matin
Il s’abandonne
Entre tes mains

 

Far-niente
de Théophile GAUTIER

y


Quand je n’ai rien à faire, et qu’à peine un nuage
Dans les champs bleus du ciel, flocon de laine, nage,
J’aime à m’écouter vivre, et, libre de soucis,
Loin des chemins poudreux, à demeurer assis
Sur un moelleux tapis de fougère et de mousse,
Au bord des bois touffus où la chaleur s’émousse.
Là, pour tuer le temps, j’observe la fourmi
Qui, pensant au retour de l’hiver ennemi,
Pour son grenier dérobe un grain d’orge à la gerbe,
Le puceron qui grimpe et se pende au brin d’herbe,
La chenille traînant ses anneaux veloutés,
La limace baveuse aux sillons argentés,
Et le frais papillon qui de fleurs en fleurs vole.
Ensuite je regarde, amusement frivole,
La lumière brisant dans chacun de mes cils,
Palissade opposée à ses rayons subtils,
Les sept couleurs du prisme, ou le duvet qui flotte
En l’air, comme sur l’onde un vaisseau sans pilote ;
Et lorsque je suis las je me laisse endormir,
Au murmure de l’eau qu’un caillou fait gémir,
Ou j’écoute chanter près de moi la fauvette,
Et là-haut dans l’azur gazouiller l’alouette.

 

La mer
de Nérée BEAUCHEMIN

y


Loin des grands rochers noirs que baise la marée,
La mer calme, la mer au murmure endormeur,
Au large, tout là-bas, lente s’est retirée,
Et son sanglot d’amour dans l’air du soir se meurt.

La mer fauve, la mer vierge, la mer sauvage,
Au profond de son lit de nacre inviolé
Redescend, pour dormir, loin, bien loin du rivage,
Sous le seul regard pur du doux ciel étoilé.

La mer aime le ciel : c’est pour mieux lui redire,
À l’écart, en secret, son immense tourment,
Que la fauve amoureuse, au large se retire,
Dans son lit de corail, d’ambre et de diamant.

Et la brise n’apporte à la terre jalouse,
Qu’un souffle chuchoteur, vague, délicieux :
L’âme des océans frémit comme une épouse
Sous le chaste baiser des impassibles cieux.

 

 

La lune et le soleil
de Jean-Luc MOREAU

y


La lune est une orange
Sur un bel oranger,
Une orange qu’un ange
Chaque nuit vient manger,
Une orange qui change,
Qui bientôt, c’est étrange,
N’est plus que la moitié
D’une orange qu’un ange
Sans pitié mange, mange
Jusqu’au dernier quartier.
Le soleil, quant à lui,
Même quand il nous cuit,
Le soleil est un fruit :
C’est un gros pamplemousse
Qui tombe avec la nuit,
Qui tombe sur la mousse,
À ce que j’en déduis,
Puisqu’il tombe sans bruit.
Le soleil est un fruit
Qui pousse et qui repousse ;
Le soleil est un fruit,
Même quand il nous fuit ;
Le soleil est un fruit
Qui montre sa frimousse
De bon soleil qui luit
Dès le premier cui-cui

Je suis en vacances
de Christian MERVEILLE


Assis tout au bord d’un nuage,

Ça fait des jours que je voyage

Et dans mes vagabondages

J’ai le vent comme équipage…

Funambule au fil de l’eau,

Je fais la papote aux oiseaux

Et - il faut ce qu’il faut-

J’ai mis une plume à mon chapeau.

J’ai mis mon chapeau de soleil

Mon écharpe arc-en-ciel,

J’ai tout oublié, je pense :

Je suis en vacances.

 


→ Votre poème ici
Un texte sur le même thème à me proposer ?
Courriel : poetika17(arobase)gmail.com
Vous pouvez joindre également une courte biographie. Voir les détails ici.

→ Textes sur cette page
La mer toujours de Jean-Charles Paillet
Vagues, je vous salue de Ombrefeuille
Ecume de Pascal Fouquet
Echos logiques de Christian Satgé
Rythme des vagues de François Coppée
Brins d'été de Poetika
Far-niente de Théophile Gautier
La mer de Nérée Beauchemin
La lune et le soleil de Jean-Luc Moreau
Je suis en vacances de Christian Merveille

→ Autres textes sur le site
Vacances de Esther Granek
Chaleur de Anna de Noailles
Soleil couchant de José Maria de Hérédia
Je n'aime pas l'été de Vette de Fonclare


Citations autour du thème

La meilleure condition de travail, c'est les vacances.
Jean-Marie Gourio



Je pensais que les vacances me videraient la tête. Mais non, les vacances, ça ne vide qu'une chose : le porte-monnaie.
Jean-Philippe Blondel



Le soleil doit être amoureux de l'océan pour s'éteindre dedans.
Guelai Inesse



Si mon coeur est une île, viens échouer sur la plage de mes sentiments.
Josiane Coeijmans



Ecrire liberté sur le bord d'une plage, c'est déjà avoir la liberté de l'écrire. Même si la mer efface ce mot : la liberté demeure.
Jean-Michel Wyl