UN Poète, une vie

t

Claude de Burine est née dans le château familial des Burine de Tournays, à Saint Léger des Vignes, dans la Nièvre, le 19 septembre 1931 et morte le 24 juillet 2005 d'une embolie pulmonaire. Elle fut l'épouse du peintre surréaliste et illustrateur Henri Espinouze, dit Espinoza.


Après des études à Sainte-Marie de Decize et à Fénelon à Nevers, elle épouse un architecte et vit au Maroc de 1949 à 1956, à Casablanca, où elle est institutrice. A son retour, elle divorce et connait à Paris les poètes contemporains : Rousselot, Bosquet, Guillevic, Marissel… Elle rencontre le peintre Henri Espinouze, qui devient son mari. Ce dernier illustre son recueil : « L’Allumeur des réverbères » (1963). A sa mort en novembre 1982, elle devient la compagne du meilleur ami d’enfance d’Espinouze, l’avocat Roland Massot, qui meurt en septembre 1985.
Reconnue de son vivant pour l'originalité de son ton comme une grande dame de la poésie, elle aura publié dans de nombreuses revues dont les Hommes sans épaules, édité onze recueils de poésie, dont deux illustrés par des amis artistes, plus un livre en prose et un essai. Elle a remporté plusieurs prix, dont le Prix Louise-Labé en 1996 pour L'Arbre aux oiseaux, le Prix Max Jacob en 1977 pour Le Passeur, tous deux édités aux Éditions Saint-Germain-des-Prés,et le Prix Georges Perros pour Le Pilleur d'étoiles, paru chez Gallimard, en 1997. Paul Farellier a présenté ce recueil dans la Revue des Belles Lettres (n°1, 1998).

Biographie complète : https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_de_Burine