UN Poète, une vie


Poète, romancier et peintre, Jean-Claude Pirotte est né à Namur en Belgique le 20 octobre 1939. Il exerce la profession d'avocat pendant onze ans avant d'être condamné à 18 mois de prison ferme pour avoir favorisé la tentative d'évasion d'un de ses clients (acte qu'il a toujours nié). Il se soustrait à l'emprisonnement en vivant clandestinement jusqu'à la péremption de sa peine en 1981. 


Pour celui qui défendait les exclus, les marginaux, les pauvres et les immigrés, commence alors une longue errance entre la Bourgogne, la Charente, la Catalogne au gré de l'accueil que lui offrent ses amis.  Il se consacre à la littérature et la poésie, et publie au fil des ans une cinquantaine de livres, des articles, des poèmes et des préfaces. Peintre, il a aussi illustré plusieurs livres. Cette vie précaire, douloureuse parfois, se retrouve dans ses livres. Même après la péremption de sa peine, il poursuivra ses errances.

Durant les années 1980-90, il devient un personnage médiatique de la scène littéraire française. Il a obtenu le Prix Victor-Rossel en 1986 pour "Un été dans la combe", et le Prix des Deux Magots en 2006 pour son roman "Une adolescence en Gueldre". En 1995 il s'installe au Portugal, revient en France en 1996, réside à la villa Mont-Noir, la résidence d'écrivains installée dans la propriété de Marguerite Yourcenar, près de la frontière belge, en 1998, et s'installe dans l'Aude en 1999.

En 2010, il s'installe à Beurnevésin dans le Jura, à la frontière suisse, avec sa compagne, l'écrivaine Sylvie Doizelet (1959). Ils se sont rencontrés en 1999 à la Villa Mont-Noir.

En 2011, il obtient le Prix Guillaume Apollinaire pour "Cette âme perdue".  Il reçoit en juin 2012 le Grand prix de poésie de l'Académie française et en décembre 2012 le prix Goncourt de la poésie pour l'ensemble de son oeuvre.

Il est à l'origine de la création du prix littéraire Cabardès, et directeur de collection des Lettres du Cabardès aux éditions Le temps qu'il fait.


Crédit photo : espritsnomades.com