Ecrire des vers à vingt ans, c'est avoir vingt ans.
En écrire à quarante, c'est être poète.
Francis Carco 

Un vent de liberté


Liberté je t'ai aimée
Tony RICHARD

y

La vie fut en partance dans cette danse qui avance
Un arrêt sur images c'est la fin du voyage.

 

Un don du ciel pour croire à l'éternel
La bande rembobinée la vie et ses secrets.

 

En toile de fond de divers horizons
L'oiseau n'est qu'un passage voguant vers d'autres rivages.

 

Encore un peu plus loin encore d'autres demains
Sur le temps incessant le flou des sentiments.

 

Quelques fois esseulé le cœur écorché
Regarder l'avenir pour bien d'autres sourires.

 

Sur le regard mouvant d'un zoom sur le temps
Le très beau nuancé d'une vie diversifiée.

 

Un arrêt sur images dans cette danse qui avance
la vie fut en partance c'est la fin du voyage.

 

La bande rembobinée pour croire à l'éternel
Voguant vers d'autres rivages de divers horizons.

 

En toile de fond l'oiseau n'est qu'un passage
Un don du ciel la vie et ses secrets.

 

Encore un peu plus loin le flou des sentiments
Sur le temps incessant encore d'autres demains.

 

Un zoom sur le temps le très beau nuancé
Sur le regard mouvant d'une vie diversifiée.

 

Le cœur écorché quelques fois esseulé
Pour bien d'autres sourires regarder l'avenir.

 

Liberté je t'ai aimée même le prix à payer
Ne m'a fait renoncer liberté je t'ai aimée.


© Tony RICHARD

 


Tony Richard (1950-aujourd'hui)
Né à Coblence d'un père militaire et d'une mère bretonne, Tony Richard a d'abord exercé le métier de pâtissier pendant une vingtaine d'années puis a été enseignant pendant 30 ans. Une carrière bien remplie pour ce voyageur qui a sillonné la France, de Paris à Cagnes-sur-Mer en passant par Boulogne, Limoges et bien d'autres contrées. Il a également voyagé en Chine et au Japon. Ecrivain sur le tard et passionné de poésie, il a publié plusieurs recueils, à découvrir sur son blog.
Du même auteur : → L'amitié
Son blog : → https://pourvouslesfemmes.com/


Libres
Christian SATGÉ

y

Je suis libre
De marcher dans les bons clous
Avec, au col, un licou ;
Je suis libre
De faire du jour un joug
Et de la nuit un bijou.

Tu es libre
De passer, là, à ton tour
Sans tarder et sans détour ;
Tu es libre
D’être la proie des vautours
Dans des allers sans retours.

On est libre
De suivre d’autres pas,
De vivre entre peu et pas ;
On est libre
De n’être qu’un alinéa
Se rêvant en lauréat…

© Christian SATGÉ

 


Christian Satgé (1965-aujourd'hui)
Auteur prolifique, fabuliste et conteur éclectique, Christian Satgé est professeur d'histoire-géographie dans le département des Hautes-Pyrénées. Il a publié plusieurs recueils et près d'une trentaine de ses textes figurent dans Le Monde de Poetika.
→ Voir la liste de tous ses textes sur le site
Son blog : → https://lesrivagesdurimage.blogspot.com/

→ Sa page Facebook


Liberté
Denise DODERISSE

y

Libre comme voilier sous le vent

Ivre de sinueux mouvements -

Bercé par les flots d'un bleu profond

Elégamment ponctués de blanc -

Riche d'espace infini et vierge -

Toutes voiles gorgées d'alizés -

Empreint d'harmonie avec la terre.


© Denise DODERISSE

 


Denise Doderisse
Résidant en région parisienne, Denise Doderisse aime écrire des haïkus et s'adonne également à la peinture et au dessin. Elle a été de nombreuses fois candidate au concours Poetika.
→ Son blog


Dès la naissance...
Jean-Charles PAILLET

y

Dès la naissance
la liberté vit naturellement
en chacun de nous
comme le vol majeur de l’oiseau
en surplomb du monde


Cette vérité bafouée
par la confusion des voix
des usurpateurs au pouvoir
est une odieuse atteinte au peuple


Dans l’amoncellement
des jours de lutte
la main s’affermit


L’espace se rétrécit
entre le pouvoir illégitime
et la Résistance citoyenne


Chaque samedi envoisiné
les drapeaux français
claquent dans les rues
la colère avance à grands pas
un vent de liberté s’intensifie


© Jean-Charles PAILLET

 


Jean-Charles Paillet
Jean-Charles Paillet est animé par l’instant présent et les belles valeurs qui élèvent le coeur et l’âme... Sa poésie se retrouve dans ses dessins, ses photographies et ses chansons. Sa rencontre avec Yves Broussard est un tournant dans sa vie de poète.
→ Voir la liste de tous ses textes sur le site
→ Sa page Facebook


Liberté chérie
Elea LAUREEN

y

Un vent de liberté s'est emparé de moi
Un courant de pensées, de frissons et d'émoi
Qui m'a laissé transie dans cette cage pourrie
Depuis l'apologie de cette nouvelle vie

La misère s'est étendue sur notre univers
Comme une rivière dont la source est pétrolifère
Nos ressources s'amenuisent et nos corps s'épuisent
Faut-il qu'on le dise que dans cette nouvelle crise

Tout est calculé afin de nous écraser
A constamment nous surveiller
Dans cet avaloir gavé de peste noire
Marqués au pochoir sans l'ombre d'une échappatoire
 
Nous humbles humains, communs des mortels
Sommes désormais à la merci de leur tutelle
Mais jamais ils ne possèderont nos pensées
Nos cœurs s'élèvent et chantent liberté

Même si celle-ci est déjà à l'intérieur
De chacun de nous, l'âme en fleur !

 

© Elea LAUREEN


Elea Laureen
Inscrite depuis peu sur les réseaux sociaux, Elea Laureen a découvert l'opportunité d'y publier ses créations, la poésie étant pour elle une véritable thérapie.
Autres textes sur le site :

→ A nos héros
→ En votre âme et conscience
→ La magie de Noël
Ses blogs :
→ https://loumissangelpoesie.blogspot.com/
→ https://soupir-d-une-plume-de-lyre.blog4ever.com/


Liberté
Maurice CARÊME

y

Prenez du soleil
Dans le creux des mains,
Un peu de soleil,
Et partez au loin.


Partez dans le vent,
Suivez votre rêve ;
Partez à l’instant,
La jeunesse est brève !


Il est des chemins
Inconnus des hommes.
Il est des chemins
Si aériens !


Ne regrettez pas
Ce que vous quittez.
Regardez, là-bas,
L’horizon briller.


Loin, toujours plus loin,
Partez en chantant.
Le monde appartient
A ceux qui n’ont rien.


© Maurice CARÊME

 


Maurice Carême (1899-1978)
Poète et écrivain belge de langue française, il écrit ses premiers vers inspirés par une amie d'enfance. Il devient instituteur de métier à Anderlecht-Bruxelles où il passera le reste de sa vie, tout en continuant à écrire poésies et comptines. Élu « Prince en poésie » au Café Procope à Paris en 1975, Maurice Carême est traduit dans le monde entier. Il est en particulier très apprécié pour son amour des enfants, un registre essentiel de son œuvre. Une oeuvre abondante qui comprend quelque quatre-vingt recueils de poèmes, contes, romans, légendes dramatiques, essais, traductions de poèmes néerlandais de Belgique.
Autres textes :
Le chat et le soleil
A la petite épicerie 
L'école 
Pour ma mère 
La main de ma mère 
Le goûter
Fondation Maurice Carême : → http://www.mauricecareme.be/index.php
→ Biographie détaillée sur Wikipédia


Liberté
Mokhtar EL AMRAOUI

y

Nulle plainte,
Nul regret,
Si c’est pour toi
Que je meurs
Liberté.
Nul regret,
Nulle plainte,
Tu es le seul chemin du bonheur.
Si l’on meurt pour toi,
La mort n’est plus un malheur
Et tant qu’on vivra par toi,
La vie ne sera plus un leurre.
Liberté
Sans toi, la mort,
Sans toi, la vie
Ne seraient plus qu’erreurs.


© Mokhtar EL AMRAOUI
Extrait du recueil Arpèges sur les ailes de mes ans

 


Mokhtar El Amraoui (1955-aujourd'hui)
Poète d’expression française né à Mateur, en Tunisie, Mokhtar El Amraoui a enseigné la littérature et la civilisation françaises pendant plus de trois décennies, dans diverses villes de la Tunisie. Il est passionné de poésie depuis son enfance. Il a publié quatre recueils de poésie et plusieurs de ses poèmes ont été publiés sur Internet et en revues-papier.
→ Voir la liste de tous ses textes sur le site
→ Blog de l'auteur : https://mokhtarivesenpoemesetautresvoyages.blogspot.com/


Rages de Césars
Arthur RIMBAUD

y

L’homme pâle, le long des pelouses fleuries,
Chemine, en habit noir, et le cigare aux dents :
L’Homme pâle repense aux fleurs des Tuileries
– Et parfois son oeil terne a des regards ardents…


Car l’Empereur est soûl de ses vingt ans d’orgie !
Il s’était dit :  « Je vais souffler la liberté
Bien délicatement, ainsi qu’une bougie ! » 
La liberté revit ! Il se sent éreinté !


Il est pris. – Oh ! quel nom sur ses lèvres muettes
Tressaille ? Quel regret implacable le mord ?
On ne le saura pas. L’Empereur a l’oeil mort.


Il repense peut-être au Compère en lunettes…
– Et regarde filer de son cigare en feu,
Comme aux soirs de Saint-Cloud, un fin nuage bleu.



Arthur RIMBAUD
Ecrit en 1870, le manuscrit autographe de ce poème et conservé à la British Library. Il fait partie du recueil Le cahier de Douai. "Rage de Césars" nous présente un portrait de Napoléon III amorphe, mais à travers ce dernier monarque français c'est à ses idées d'un pouvoir absolu, sans opposition, qu'on s'attaque.


Arthur Rimbaud (1854-1891)
Figure première de la littérature française, Arthur Rimbaud a écrit ses premiers poèmes à 15 ans. Il entretient avec Verlaine une relation tumultueuse, avec lequel il mènera une vie d'errance et de bohême, entre drogue et alcool. Ses idées marginales, anti-bourgeoises et libertaires le poussent à une vie aventureuse. Il finira par abandonner la poésie pour voyager en Europe et en Afrique où il sera commerçant. Une synovite au genou précipitera son retour à Marseille où les médecins l'amputeront de la jambe droite. Son état de santé s'aggrave et il meurt à trente-sept ans d'un cancer généralisé.
→ Voir la liste de tous ses textes sur le site
→ Biographie détaillée sur Wikipédia


La liberté
Sylvie CROCHARD

y

Tu es mon souhait

Le plus cher au monde.

Grâce à toi la joie abonde :

Le bonheur tu revêts.


Tu es la clef

De la vie de la République

Laïque, le chef

D’œuvre qui nous implique.


Tel un bijou,

Tu vaux le coup.

Tu t’envoles comme un oiseau.

Avec toi tout est beau tout chaud.


© Sylvie CROCHARD

 


Sylvie Crochard (1976-aujourd'hui)
Ouvrière en milieu protégé, Sylvie Crochard a publié plusieurs recueils. Passionnée de piano, elle s’inspire également de la musique dans ses poèmes.
Autres textes :
→ Les petits oiseaux
→ L'Ukraine saigne...
Sa page Facebook : → https://www.facebook.com/poetecrochard


Un goût de liberté
Helen JUREN

y

Un peu tard, je saurai enfin

Nager vers les solitudes

Gronder les brumes de la nuit

Onduler dans les amertumes

Un certain temps peut-être

Trouver des destins tracés

Dans le marbre ou le sable

Et courir, courir sans aucun but

Libre de toute sagesse

Invisible et fière de cette folie

Boire le ciel et la terre

En respirant le vent des souvenirs

Restaurer peut-être aussi

Toutes les étoffes craquelées

En un instant de bonheur

… un goût de liberté

 

© Helen JUREN


Helen Juren
Helen Juren est une artiste chanteuse auteure-compositrice et photographe. Elle chante ses poésies en français mais aussi dans plusieurs langues du monde : tchèque, wolof, zoulou, turc, kabyle, espagnol...
Son site : → https://www.helenjuren.com/


Vos nom, prénom...
Francis BLANCHE

y

Ne cherchez pas à lire mon nom sur mes papiers,
J’ai lavé mes empreintes et j’ai perdu mon âge.
Appelez moi fumée, appelez moi nuage,
Laissez le reste en blanc sans rien me demander.


Je n’ai jamais volé que mes instants de chance,
Je n’ai jamais tué que le temps qui passait.
Mes poches sont percées, mais je garde en secret,
Le coquillage bleu du fond de mon enfance.


Vous n’avez pas le droit de prendre mes bretelles…
Ouvrez moi cette porte….rendez moi mes lacets!
Je n’ai rien demandé, simplement je passais.
Si je n’ai pas de nom, c’est que nul ne m’appelle.


Je suis très bien ainsi, laissez moi m’en aller.
Je ne mendiais pas, n’étais même pas ivre.
Et s’il faut à tout prix mettre un nom sur vos livres,
Appelez moi nuage, appelez moi fumée.

 

© Francis BLANCHE


Francis Blanche (1921-1974)
Auteur, acteur, chanteur et humoriste français très populaire, Francis Blanche est une figure emblématique de la scène et du cinéma français des années 1950 et 1960. Il est sur scène et sur les ondes, le partenaire de Pierre Dac.
→ Sa biographie sur Wikipédia


La liberté, c'est ce cours d'eau...
Madeleine RIFFAUT

y

La liberté c’est ce cours d’eau
Qui vient passer sur ta maison.
Tous les gens de la rue y puisent à pleins seaux
Les filles fatiguées y viennent se baigner
Le soir, quand la sirène ouvre les ateliers.
Et l’on y lave, aussi, les vestes de travail.

Je te regarde face à face
Et je vois l’eau du fleuve
Aux hublots de tes yeux.

Tu t’en vas sur le fleuve,
Avec le fleuve, vers la mer.
Je viens, nous venons tous, nous nageons près de toi,
Écume du sillage ou feuilles emportées,
Frôlés de poissons d’or, survolés d’éperviers.

C’est un fleuve sans rive et notre foule s’y perdra,
Se fondra, fraternelle, à celle de partout.

Demain, ceux qui vivront trouveront naturel
D’être au large, au soleil, sur la mer Liberté.


 

© Madeleine RIFFAUD
Poème écrit en 1946, dédié à Paul Eluard

 


Madeleine Riffaud (1924-aujourd'hui)
Héroïne de la Résistance, poète, journaliste et correspondante de guerre française, Madeleine Riffaud s'est engagée à 18 ans dans la Résistance sous le nom de code Rainer où elle a participé à plusieurs "coups de mains" contre l'occupant Nazi. Capturée par un milicien, elle est livrée à la Gestapo. Torturée, condamnée à mort, elle échappe cependant à son exécution et à la déportation. Libérée à la mi-août 1944, elle reprend immédiatement son combat et elle est affectée à la Compagnie St-Just. Son engagement s'arrête à la Libération de Paris. Journaliste, poète, correspondante de guerre, grand reporter pour le journal l'Humanité, écrivaine, après 1945, elle couvre la guerre d'Algérie, où elle est victime d'un attentat organisé par l'OAS. Elle part ensuite au Viet-Nam pendant sept ans, dans le maquis du Vietcong sous les bombardements américains. À son retour, elle devient aide-soignante dans un hôpital parisien, expérience dont elle tire le best-seller "Les Linges de la nuit" (1974). En 2021, quatre albums de bande dessinée, retraçant son parcours, ont été édités chez Dupuis, scénario de Madeleine Riffaud et Jean-David Morvan, dessin de Dominique Bertail, collection Aire libre.
→ Sa biographie sur Wikipédia


L'évadé
(Le temps de vivre)
Boris VIAN

y

Il a dévalé la colline.
Ses pieds faisaient rouler des pierres.
Là-haut, entre les quatre murs,
La sirène chantait sans joie.
Il respirait l'odeur des arbres,
Il respirait de tout son corps.
La lumière l'accompagnait et lui faisait danser son ombre.
Pourvu qu'il me laisse le temps...
Il sautait à travers les herbes.
Il a cueilli deux feuilles jaunes gorgées de sève et de soleil.
Les canons d'acier bleu crachaient de courtes flammes de feu sec.
Pourvu qu'il me laisse le temps...
Il est arrivé près de l'eau, il y a plongé son visage.
Il riait de joie! Il a bu.
Pourvu qu'il me laisse le temps...
Il s'est relevé pour sauter
Pourvu qu'il me laisse le temps...
Une abeille de cuivre chaud l'a foudroyé sur l'autre rive.
Le sang et l'eau se sont mêlés
Il avait eu le temps de voir
Le temps de boire à ce ruisseau
Le temps de porter à sa bouche,
Deux feuilles gorgées de soleil.
Le temps de rire aux assassins,
Le temps d'atteindre l'autre rive,
Le temps de courir vers la femme.
Juste, le temps de vivre...

 

© Boris VIAN


Boris Vian (1920-1959)
Ecrivain, poète, parolier, directeur artistique, musicien de jazz... Boris Vian, dont l'oeuvre littéraire fut peu appréciée de son vivant, est saluée par la jeunesse dès les années 1960-1970. L'Écume des jours en particulier, avec ses jeux de mots et ses personnages à clef, est passé à la postérité. Il est désormais un classique, qu'on étudie souvent dans les collèges et les lycées.
→ Voir la liste de tous ses textes sur le site
→ Sa biographie sur Wikipédia


Negro Spiritual
Pierre BÉARN

y


Nous sommes la nuit des faces noires

en marche vers la lumière

la nuit des faces noires

qui montent vers l’aurore

Nous sommes les affamés

du soleil de la liberté.

Nous tendons nos mains enchaînées

vers la levée des roses

Nous tendons nos mains couleur de lune

vers le paradis des roses

nos mains de nègres

vers la saignée de l’espoir.

Nous cernons le bonheur des hommes

qui se sont emparés du soleil

Nous cernons le bonheur lumineux des hommes

dont la liberté nous néglige.

Nous voulons goûter au bonheur

de la lumière des hommes dans la joie

Nous voulons marcher dans la lumière

des hommes lumineux de joie

Et que soit oubliée la nuit de nos visages.

Nous voulons que la nuit de nos coeurs

se dissipe

et que devienne lumineux

notre corps

Nous voulons que s’illumine dans la joie

notre corps de douleur

Notre corps semblable au vôtre

 

© Pierre BÉARN


Pierre Béarn (1902-2004)
Né à Bucarest en Roumanie, Pierre Béarn, de son vrai nom Louis-Gabriel Besnard, est un homme de lettres français. Poète, romancier, fabuliste (360 fables à son actif), journaliste, auteur de récits de voyages, critique gastronomique et littéraire, il a vécu une vie assez aventureuse avant de se fixer à Paris comme libraire. Il invente l'expression "Métro-boulot-dodo" en 1968 qui deviendra l'un des slogans de Mai 68. Fin mai 2004, quelques mois avant sa mort, il se marie à 101 ans, avec Brigitte Egger. Il meurt à l'âge de 102 ans.
Autre texte : → Dans la nuit qui finit
Site consacré à Pierre Béarn : → http://pierrebearn.free.fr/
→ Sa biographie sur Wikipédia


m

→ Textes sur cette page
Liberté je t'ai aimée de Tony Richard
Libres de Christian Satgé
Liberté de Denise Doderisse
Dès la naissance... de Jean-Charles Paillet
Liberté chérie de Elea Laureen
Liberté de Maurice Carême
Liberté de Mokhtar El Amraoui
Rages de Césars de Arthur Rimbaud
La liberté de Sylvie Crochard
Un goût de liberté de Helen Juren
Vos nom, prénom... de Francis Blanche
La liberté, c'est ce cours d'eau... de Madeleine Riffaud
L'évadé (le temps de vivre) de Boris Vian
Negro Spiritual de Pierre Béarn

Sur le site
Liberté de Paul Eluard
Ma bohême de Arthur Rimbaud
L'oiseau de Jean Dornac
L'aventure est d'abord humaine de Winston Perez
Mai 68 de Jacques Prévert
Far-niente de Théophile Gauthier
Voir tous les textes sur le même thème

Votre poème ici
Envie de rejoindre l'anthologie virtuelle permanente ? N'hésitez pas à m'envoyer vos textes avec une mini biographie (facultatif mais conseillé !).
Voir les détails ici.
Courriel : poetika17(arobase)gmail.com

→ Citations autour du thème

La liberté d'aimer n'est pas moins sacrée que la liberté de penser.
Victor HUGO


Au train où vont les choses, bientôt la seule liberté qui nous sera tout à fait indispensable sera la liberté de réclamer.
Marcel JULLIAN


La seule vraie menace sur la liberté est l'abus de cette liberté.
Maureen LOUIS


Ecrire liberté sur le bord d'une plage, c'est déjà avoir la liberté de l'écrire. Même si la mer efface ce mot : la liberté demeure.
Jean-Michel WYL


L'Amour est l'unique liberté qui existe dans ce monde parce qu'il élève l'âme à un rang suprême, où ni les codes des êtres humains, ni leurs coutumes ne peuvent l'atteindre, où ni les lois ni les ordres de la Nature ne peuvent le gouverner.
Khalil GIBRAN


Quelques symboles

y

y

y